Magazine Politique

Etre de la grande muette : Un sacerdoce ?

Publié le 09 septembre 2008 par Jean Noël Delorme
Etre de la grande muette : Un sacerdoce ? L’affaire des 10 soldats français mort en Afghanistan lors de l’affrontement  avec les talibans fait resurgir le malaise (récurrent dans notre histoire) que nous éprouvons vis-à-vis de notre armée ; malaise qui influe sur les moral des hommes engagés, donc sur leur action et, à terme, qui nuit aux intérêts supérieurs de l’état.   Que s’est il passé ? Un détachement de soldats français participant à une reconnaissance est  tombé dans une embuscade et s’est heurté à des forces supérieures en nombre et qui, de plus, bénéficiaient de l’effet de surprise. Résultat : 10 morts parmi nos hommes (dont un dans un accident le lendemain).   Que la reconnaissance ait été mal préparée, les dotations en munitions et matériels insuffisantes, les appuis inefficaces ou inexistants,  que le renseignement militaire ait été déficient, Qu’il y ait eu manque de coordination entre les alliés participant à l’opération et que des agents dormants ou un manque de discrétion aient permis aux forces ennemies de tout connaître de l’opération prévue et donc d’anticiper en préparant une embuscade … Tout cela est possible et probable.   L’armée, au lendemain de l’embuscade, n’en a soufflé mot et c’est normal car, l’armée, c’est la grande muette.   Grande muette, pourquoi ? Pour de bonne raisons. Deux principalement.   1)   Parce qu’elle est au service de l’état, ou plutôt, de la nation. Son engagement armé sert à défendre notre territoire, nos concitoyens ou à prévenir une menace à venir avérée. (Ce qui est le cas en Afghanistan).    Le secret absolu en ce qui concerne ses opérations relève de l’intérêt supérieur de l’état.    En d’autres termes donner des informations détaillées sur ses actions relève du cas  « d’intelligence avec l’ennemi ». 2)   Parce que l’efficacité d’une armée dépend essentiellement de la discipline,  de l’unité d’action et de commandement.   Le problème c’est que certains médias et certains politiques qui sont à l’affut de tout ce qui peut faire de l’audience ou servir ce qu’ils croient être leur cause, interrogent et dénoncent sans s’inquiéter des dégâts possibles.   Que les faits soient connus et analysés lorsque nos troupes ne sont plus engagées, c’est normal dans un pays démocratique, mais, en l’occurrence, il fallait prendre, en interne, des mesures pour que cela ne puisse se reproduire, avec des sanctions dans la hiérarchie, les responsables militaires étant appelés à répondre à huis clos devant une commission de la représentation national (à discrétion du chef de l’état, commandant des armées).   Il n’aurait jamais du y avoir ce battage médiatique, tous ces états d’âme de responsables politiques qui ne peuvent avoir que deux résultats : affaiblir nos forces militaires et renforcer les forces ennemies.   Beau résultat, mais nous y sommes habitués.   Déjà, lors de la guerre d’Indochine, grâce aux atermoiements des politiques et aux campagnes de presse, notre armée était stigmatisée et déstabilisée. Les survivants de Dien Bien Phu  ont été envoyés en Algérie et la aussi, ils ont été l’objet de toutes les attaques et trahisons…   C’est devenu un vrai sacerdoce que d’être militaire dans l’armée française.   Si toutes les causes, avancées plus haut, du résultat désastreux de l’embuscade sont réelles, c’est, non pas, à la seule hiérarchie d’en pâtir mais aussi  au monde  politique qui est le véritable chef de l’armée et qui distribue commandements et dotations. Le politique doit en tirer des conclusions et donner les moyens en matériels et en chefs compétents aux hommes engagés dans des combats au service de la France.   En 1793, dans un pareil cas de figure, journaux et peuple auraient loué l’héroïsme de nos soldats et la guillotine aurait éliminé les incompétents ou supposés tels pour faire de la place à des Buonaparte et autres Desaix.   Cela écourtait ainsi le règne des vieilles badernes et des imprécateurs pisses-copie accrochés, à leurs médailles et à leur fauteuils, les mêmes qui nous ont fait perdre en 40 et quitter Indochine et Algérie dans le déshonneur… <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Verdana; panose-1:2 11 6 4 3 5 4 4 2 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:swiss; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:536871559 0 0 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:12.0pt; font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} /* List Definitions */ @list l0 {mso-list-id:1520850114; mso-list-type:hybrid; mso-list-template-ids:1342835232 67895313 67895321 67895323 67895311 67895321 67895323 67895311 67895321 67895323;} @list l0:level1 {mso-level-text:"%1\)"; mso-level-tab-stop:36.0pt; mso-level-number-position:left; text-indent:-18.0pt;} ol {margin-bottom:0cm;} ul {margin-bottom:0cm;} -->

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jean Noël Delorme 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines