Magazine Environnement

L’éco-construction… il faut en vouloir!

Publié le 09 septembre 2008 par Anne-Sophie

L’éco-construction n’en n’est qu’à ses débuts en France, et en tant que particulier il est très difficile: 1) de s’informer clairement sur l’éco-construction, 2) de trouver un archi réellement cohérent sur le sujet (avec une pensée globale), 3) de trouver des éco-matériaux - et qui plus est, locaux, et 4) de trouver des spécialistes pour réaliser la construction. Cette affirmation est volontairement forte, mais elle part d’un constat et d’un vécu personnel récents… que je retrouve aussi autour de moi… Olivier a même décidé d’arrêter son projet d’éco-construction quand on lui a donné le devis répondant à ses exigences… 100% plus cher que son budget… forcément, ça calme!

Reprenons donc un peu les basiques…

1 - L’information

L’information sur l’écoconstruction ne manque pas, mais il faut savoir la trouver et passer du temps à la chercher…

Côté bouquins je n’ai pas de revue de livres à vous proposer, mais il en existe beaucoup, accessibles dans les magazins comme Castorama ou Leroy Merlin en principe. Ainsi que dans les boutiques écolos et certaines librairies, naturellement. En ligne, Alternastyle propose une belle sélection d’ouvrages, ainsi que l’association Oïkos.

Dans votre cheminement, si vous n’y connaissez rien, le site de l’ADEME est l’un des mieux pour saisir l’essentiel en peu de temps. Dans le genre très bien fait et très complet, il y a aussi le portail de l’habitat durable Voizo: il a ouvert il y a peu de temps et continue à s’améliorer et vous y trouverez des articles présentants clairement les différentes alternatives. Domsweb référence aussi depuis longtemps les solutions existant en termes de construction durable. Et Maison Eco n’est pas mal non plus!

Enfin, le mieux lorsque l’on envisage de construire et/ou de rénover consiste à aller se renseigner sur des foires expo ou des salons. A Bordeaux par exemple, lors de la foire internationale en mai dernier, tout un espace était consacré à l’habitat durable: le Creaq (Centre Régional d’éco-énergie Aquitaine) disposait d’un grand espace pour renseigner sur les différentes solutions d’isolation de la maison (j’y ai découvert via les conseils avisés de l’équipe la possibilité d’isoler la maison avec de la ouate de cellulose ou de la laine de mouton), et d’autres fabricants/artisans étaient présents pour montrer leurs produits et proposer faire découvrir leurs services. Vous trouverez dans ce billet des infos sur les salons susceptibles de vous intéresser prochainement en la matière

…Sachant aussi qu’il faut se méfier: j’ai vu sur un salon local dit “éco-citoyen” dont je tairai le nom des choses hallucinantes… comme des légos de en polystyrène à remplir de béton soit-disant très isolants et venant d’Allemagne… Ben oui, beaucoup croient qu’une maison est écolo parce qu’elle est dépense peu d’énergie… mais ce n’est pas assez, désolée… l’énergie grise* des matériaux doit être prise en compte sinon, c’est comme venir prendre son panier de produits bio/locaux à l’AMAP du coin en 4*4, cela relève d’une approche que je qualifierai “d’égoïste” de la protection de l’environnement… (ok, je suis un peu remontée, mais c’est pour l’image!).

Côté annuaires enfin, je ne saurais que vous recommander le travail effectué par Arno avec le site Oikoliga mais l’annuaire éco-construction n’est pas mal non plus.

2 - Les Architectes et la conception de la maison

Lors de l’Université du WWF l’an dernier, je me souviens d’une intervention de Laurence Croslard, alors Vice-Présidente du Conseil National de l’Ordre des Architectes, expliquant que le changement viendrait essentiellement de l’évolution culturelle, et non d’un surplus de réglementation: les architectes étant soumis à un empilement de réglementations, une règlementation de plus ne serait pas forcément plus efficace nous expliquait-elle alors… En attendant donc: les consommateurs doivent être demandeurs (ce qui prend du temps) et les architectes doivent être formés en ce sens. Or à il y a un an, seulement 60% des étudiants en architecture se spécialisaient en DD: apprendre à éco-concevoir un bâtiment restait d’une option et non un enseignement de base… alors que les architectes sensibilisés reconnaissent que l’éco-conception donne un sens nouveau un nouveau sens à leur métier. Mon frère qui est en école d’ingénieur en bâtiment, ne bénéficie d’aucune formation sur les matériaux éco-conçus alors que nous avons besoin aujourd’hui d’utiliser ces matériaux! N’est-ce donc pas bizarre?

Donc pour l’instant, pour trouver un architecte ou un cabinet d’étude qui puisse éco-concevoir votre logement ou s’occuper votre rénovation, j’ai l’impression qu’il s’agit surtout de cas par cas… Trouver quelqu’un qui aura une approche réellement globale doit être possible, mais je ne pense pas que ce soit légion…

3/4 - Trouver les éco-matériaux et la main d’oeuvre spécialisée

En la matière, le choix ne manque pas mais… là encore (voir le point n°1), il faut bien s’informer, regarder la provenance des produits pour être le plus cohérent possible, et surtout… avoir les moyens. Car oui, aujourd’hui pour être responsable dans sa construction, il faut avoir de l’argent. Ou du temps et savoir se débrouiller en construction et bricolage, ce qui n’est pas, vous en conviendrez, donné à tout le monde…

Les 3 petits cochons

Gaëlle Courcoux, dans un article intitulé “A quand les maisons écolos made in France ?” paru ce matin dans Eco-Life, rappelle que “pour construire un bâtiment autonome en énergie, les maisons passives, et a fortiori un bâtiment à énergie positive, les Français (…) doivent souvent faire venir les matériaux et équipements de l’étranger, parfois de l’autre bout de la planète, réduisant du même coup les bénéfices environnementaux“…

Et de poursuivre: “la Maison Zen, inaugurée en novembre 2007, est la première maison à énergie positive réalisée en France. A titre d’exemple, les panneaux photovoltaïques du toit viennent d’Allemagne, les triples vitrages d’Autriche et la pompe à chaleur du Japon. “Bien sûr, nous avons d’abord cherché des équipements français, mais nous n’en n’avons pas trouvé”, regrette Yann Usseglio, consultant pour le cabinet d’études Cythelia spécialisé dans les énergies renouvelables et maître d’oeuvre de la Maison Zen.”

Hum… en réalité la France serait en pleine période de mutation et, le Grenelle aidant, devrait connaître certaines avancées majeures dans le domaine dans les mois à venir. Comme le rappelle la journaliste, “une loi, qui devrait voir le jour fin octobre 2008, stipulera qu’en 2012 tous les bâtiments vont devoir être construits selon le label BBC (Bâtiment Basse Conso)“… mais cela suffira-t-il à faire changer les choses?

En attendant, lorsque vous entrez dans un magasin de matériaux pour choisir des menuiseries, certains logos sont présents et des produits type peintures commencent à être “écolo”… mais souvent, en parlant avec les vendeurs, vous vous rendez compte qu’ils ne sont soit pas au courant, soit surpris de votre demande “car vous êtes le premier à me le demander“, notamment pour les provenances des différents types de bois disponible… alors que Greenpeace et Les Amis de la Terre ont fait beaucoup de com’ à ce sujet…

Mais bien plus encore, alors que vous avez trouvez le matériaux de vos rêves (genre les briques de chanvre ou la ouate de cellulose), là tout peut se compliquer: soit le produit vient de très loin… soit il est plus cher que le reste (assez souvent cela ne rentre pas dans votre budget n’est-ce pas)… soit il n’y a personne pour le poser… Du coup, l’option est de se replier sur une “solution de compromis” ou de ne rien faire…

Conclusion

Se décourager ne sert à rien… il vaut mieux en rire et en prendre de la graine! Une bonne dose d’éco-motivation et de temps disponible est nécessaire si vous avez un projet d’éco-construction. N’hésitez pas à poser plein de questions, et soyez aussi TRES patient… L’idée est surtout de travailler avec des matériaux et des professionnels le plus locaux qui soit, et surtout de la manière la plus cohérente possible… La logement doit surtout être bien isolé, et l’idéal est qu’il soit bien desservi… Adressez vous aux associations, souvent très bien renseignées et très utiles pour vos projets!

Mais il faut aussi bien se rendre à l’évidence: cela coûte encore très cher d’éco-concevoir son logement, il existe des solutions certes, mais ce n’est tout simplement pas donné à tout le monde… Le logement représente aujourd’hui 19 % de l’empreinte écologique des foyers français (source WWF), alors il est temps que les choses changent!! Car s’occuper de son petit chez soi, cela doit rester un bon moment n’est-ce pas!

++ Notes ++

*L’énergie grise est l’énergie dépensée pour l’extraction des matières premières, leur transport, leur transformation, leur emballage, leur stockage, leur promotion ensuite pour leur élimination et leur recyclage. Le secteur de la construction a une incidence importante sur l’environnement. Il faut donc autant que possible réduire les nuisances liées à la fabrication des matériaux, à la construction des bâtiments, à la démolition, au recyclage et à l’élimination des déchets de chantier.

Ce billet n’est pas exhaustif, donc n’hésitez pas à rajouter des liens en commentaires, je sais que certains lecteurs sont des pro en matière d’éco-construction and co!;-)

++ Liens ++

Plusieurs sections dans la barre d’outils vous aiguilleront au mieux: les blogs “habitats” classés dans les “thema Blogs”, les magazines indiqués dans la section “infos écolo”, les associations référencées dans “architecture/construction” et enfin les liens “Pour la maison” de la section “consom’action”.

A noter, une info vue chez Presse Citron aujourd’hui pour savoir si votre toit est éligible à la pause de panneaux solaires: si vous envisagez de poser des panneaux solaires chez vous, et que vous n’êtes pas réfractaire à la conversion d’unités de mesure made in USA, ce site basé sur un mashup Google Maps pourrait bien vous aider à vous faire un idée sur le potentiel énergétique solaire de votre habitation.

RoofRay est un service gratuit reposant sur une idée lumineuse (haha) : calculer le potentiel d’ensoleillement d’une surface donnée à partir de données cartographiques géolocalisées sur Google Maps.

Pour les explication du service, voir chez Eric donc


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anne-Sophie 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte