Magazine

Edvige : dernières nouvelles et il y en a

Publié le 10 septembre 2008 par Angelita
Cet article est en gestation depuis trois jours, au gré des discours des uns et des autres. Je le publie maintenant mais je pense revenir très prochainement sur le sujet car les déclarations pleuvent (pour, contre, explications). Depuis ce week-end, nous entendons parler à la télévision d’Edvige (Exploitation Documentaire et Valorisation de l’Information GEnérale) et de son fichier. Pourquoi ? Parce qu’Hervé Morin, ministre de la Défense, mais aussi député Nouveau Centre, a parlé du fichier. Il s’interroge sur certains contenus de ce fichier. “Est-il utile pour assurer la sécurité de nos compatriotes, de centraliser des informations relatives aux personnes physiques ayant seulement sollicité un mandat politique ou syndical ?”. Pendant ce temps-là, MAM ironise. Hervé Morin a été sévèrement tancé par FF ce lundi.
Pourquoi maintenant ? N’était-il pas au courant que ce fichier est en vigueur depuis le 1er juillet 2008 ? Il est un peu tard pour un ministre de se pencher sur cette question et surtout faire des propositions sur ces libertés fondamentales au début de l’année prochaine. Quand on parle de libertés, il faut agir vite et non attendre. Cela démontre, il me semble, un manque de communication entre les membres du gouvernement. Les lois passent sans que personne ne soit au courant à proprement parler à moins de faire des recherches lorsqu’une information paraît dans un communiqué et qu’elle n’est pas développée. Mais le week-end a été le théâtre des grandes messes des partis présents en France. La Présidente du Medef s’y met elle aussi. Elle demande elle aussi des explications en tant que militante de l’entreprise. 108 parlementaires réformateurs libéraux de l’UMP demandent une clarification sur le type et les données collectées, même s’ils sont pour ce fichier Edvige, lequel selon eux, renforce l’ordre public. Cela veut-il dire qu’en France l’ordre public est menacé par des mineurs de 13 ans, faisant partie de bandes organisées, jeunes que l’on surveille pour éviter qu’ils ne partent à la dérive et soient des délinquants mettant le feu aux poubelles, aux voitures, caillassent les voitures de pompiers ou de police ? Cela veut dire que l’on ne fait pas confiance à notre jeunesse. Corinne Lepage, Présidente de Cap 21, a accordé une interview. Elle a déposé un recours. Elle revient sur le fichage des mineurs, des personnes recensées différentes des autres fichiers, d’un système informatique et non mécanique et de la multiplication par 10 du nombre de personnes pouvant le consulter. Elle estime à 20%, la population française pouvant se retrouver dans ce fichier. Elle propose l’organisation d’un référendum afin que chaque citoyen puisse s’exprimer. Je répondrai pourquoi pas ?
Je vous rappelle que des pétitions circulent. Celle qui est en lien sur mon site a recueilli + de 130 000 signatures. Des actions médiatiques vont être lancées par ceux qui s’opposent pour démontrer les dangers d’un tel outil de renseignement en particulier le 16 octobre, le jour de la Sainte Edwige où des rassemblements seront organisés. 13 recours (associations, organisations, syndicats, personnalités) ont été déposés devant le Conseil d’Etat. Les recours vont être étudiés afin que la recevabilité soit accordée. Sa décision doit être rendue fin décembre. Mardi, notre ministre de l’Intérieur a admis qu’un “droit à l’oubli” pour les mineurs pouvait être introduit. Que veut-elle dire par là ? On fiche un mineur à 13 ans et s’il n’a pas fait de bêtises menaçant l’ordre public, à 18 ans, il sort du fichier Edvige. On se croirait à l’école. Lorsque les cinq années seront passées, la banque de données va tilter pour rappeler que c’est l’heure d’effacer. Soit on fiche quelqu’un, soit on ne le fiche pas. I l y a assez de fichiers en France sans que l’on en rajoute un qui révèle tout sur la vie de tout un chacun, amis, connaissances, ennemis, … MAM parle “d’inquétude”, mais ce n’est pas d’inquiétude, c‘est un rejet pur et simple qui est demandé car ce fichier est contraire à la liberté qui nous est propre. NS demande à sa ministre d’ouvrir rapidement “une concertation” afin d’expliquer, afin de “protéger les libertés”. Face au tollé général, voilà la réaction de notre Président et de son gouvernement. Les lois sont passées en douce et après ils tentent de nous faire croire qu’ils vont lâcher un peu de lest en essayant de rassurer. Sauf quand les choses sont faites, c’est facile d’essayer de rassurer, de se concerter. Il faut assumer jusqu’au bout ses idées et ne pas revenir à tout bout de champ en arrière parce que cela ne plait pas. Mais ce gouvernement va-t-il revenir en arrière sous la pression des associations, des organisations politiques, syndicales, religieuses et abroger cette loi qui n’a pas lieu d’être ? Nous devons rester mobilisé jusqu’à l’abandon de ce fichier et relayer autant que possible les infos qui nous parviennent. Il n’est jamais trop tard pour faire ce qui doit être fait. Cela nous montre bien que ce gouvernement et son Président ne sont pas crédibles.
Non a Edvige ! Signez la pétition !

Recommandé par des Influenceurs

Articles liés : Edvige Edvige et les autres Edvige et François Bayrou

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Angelita 404 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte