Magazine

Noir – projection [Privé]

Publié le 23 juin 2008 par Lazare

Générique :

Un film de Robert Coover

Noir

Avec pour la première fois à l’écran :

Phil M. Noir : un privé privé de flair

Blanche : secrétaire sceptique, blonde, pleine de bon sens et adepte du mercurochrome

Blue : ne reculant devant aucun moyen pour coffrer Noir

Flame : chanteuse rousse torride à la voix rauque, amoureuse de Noir

Et de nombreux seconds rôles, hauts en…couleurs.

Scenario de Robert Coover

Image : Davantage que les poncifs évoqués sur la quatrième de couverture, il serait plus juste, ou moins faux, d’affirmer que Noir accumule les clichés. En noir et blanc, à l’égal des films cultes du genre

« Le genre de film qui passe tous les soirs dans toute la ville. Le film dans lequel tu te trouves. À poursuivre des ombres. » (p.130)

parsemés de réverbères à l’écart desquels, dans l’ombre, grouille et se meut tout une faune d’âmes sombres. Même ce qui est supposé flamboyer – Flame, la rousse, par exemple – ne le fait pas (il y a une bonne raison à cela). Jusqu’à l’humour qui se teinte de noir (pour preuve la correspondance tatouée sur le corps d’une femme que deux gangsters se renvoient jusqu’à la transformer en œuvre d’art). Roman noir, polar cinématographique, Noir s’avère particulièrement visuel : une de ces séries B des années cinquante dont on ne serait pas surpris que l’image tressaute – en ce sens le découpage du récit, le montage, y contribue amplement, on y reviendra – on pense également au Spirit de Will Eisner.


Montage : Chaotique. À l’image d’un Noir qui titube à force d’être matraqué autant qu’à cause de l’alcool qu’il ingurgite comme du petit lait (c’est, au Star Diner, le cas de le dire) qu’en raison des flash-back et de la ville en elle-même.

Décors : Mouvante, toujours différente, son plan ne semblant obéir à d’autre logique que celle visant à égarer ceux qui y évoluent, la ville, sombre, humide, poisseuse, n’est que ténèbres.

Ce qui se passe en pleine lumière, au soleil, devenant, par contraste, irréel.

« (…) le soleil faisait son étrange truc de flamboiement, avec des tables de café installées sur le trottoir comme dans un documentaire touristique pour la promotion de stations estivales sur une île. » (p.180)

Bande son : « Tu » raconte. Tu : deuxième personne du singulier. Oui mais voilà : qui parle à qui ? Curieux et obsédant dédoublement qui s’opère : le lecteur parle-t-il à Noir, lui raconte-t-il son histoire, comme si ce dernier avait perdu la mémoire, ses repères – ce qui n’est pas loin d’être le cas puisque, en digne privé, beaucoup de choses lui échappent – ou la petite voix qui parle dans la tête du lecteur s’adresse-t-elle au lecteur, qui devient alors Noir ? Le « Je », quant à lui, n’est utilisé que lorsqu’un personnage prend la parole pour s’adresser au « Tu »…qui devient « vous », mais un « vous » sous-entendu. Sauf lorsque Noir s’adresse à la ville.

« On n’échappe pas à la mélodie, mon gars, mais on peut se l’approprier. » (p.202)

On se demande alors si le You de la VO n’aurait pas été utilisé pour sa seule duplicité : tutoiement ou vouvoiement ? Dans sa traduction, Bernard Hoepffner a opté pour le singulier : on ne peut que l’en féliciter. Choisir un pluriel n’aurait pas produit ce ton si particulier. Cette voix si…singulière.

Trame : De dédoublement, il est beaucoup question dans Noir : non seulement aucun des personnages ne parait être ce qu’il est – duplicité classique de ce genre de littérature ou de film. Personne n’est vraiment blanc bleu (sic).

« J’avais l’impression d’être unpersonnage dans deux histoires différentes en même temps, comme si les frères jumeaux m’avaient aussi divisée en deux, j’organisais le piège dans une vie, le déclenchais dans l’autre, j’étais désarmée dans les deux. »(p.79)

« Le problème des trames. Quand on est pris dedans, on ne voit pas plus loin que le nœud suivant. C’est comme si on était piégé dans deux dimensions, incapable de toute vision d’ensemble. Pas vraiment possible depuis ici, mais peut-être pourrais-tu en avoir un aperçu depuis les bas-fonds. » (p.153)

Le dédoublement, la duplicité, atteint son paroxysme dans la scène finale, au cours de laquelle intervient tout un jeu de miroir ; une scène quasi labyrinthique qui voit Noir exposer chacun des possibles qu’il n’avait pas déduit et qui de toutes façons ne sont pas les bons, de même que la duplicité, ici dévoilée, rend les choses encore plus obscures : on n’en sort pas.

Épilogue : Effectivement, on n’en sort pas, on ne veut pas en sortir, lâcher la proie pour l’ombre – Noir se dévore autant qu’il dévore, refuse de se laisser abandonner ne serait-ce que quelques minutes : ce « Tu » obsède, puisqu’après tout c’est vous qui racontez l’histoire.

Fin de projection : Lorsqu’à regret on tourne la dernière page, que l’écran redevient blanc et que les lumières de la salle se rallument, on cligne des yeux, ébloui. On conservera longtemps la trace – noire, comme il se doit – de ce polar si singulier dans lequel on n’est pas loin d’avoir tenu le premier rôle.

Celui de « spectacteur ».

De par la galaxie Fric-Frac,
Chez Fausto, The origin of the brunists, Le bûcher de Times Square, Une éducation en Illinois, « The Universal Baseball Association, Inc. »
Chez C., Le bûcher de Times Square, et sur Noir
Chez Lazare, Le bûcher de Times Square
Chez otarie, Pricksongs & Descants
Chez Pedro, Noir


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lazare 17 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog