Magazine

The Fountain

Publié le 12 septembre 2008 par Mrbrown

On rentre dans une salle vide.
Juste trois âmes perdues.
La pellicule tourne. On y reconnaît le flap flap qui chante doucement à notre oreille.
L’écran vire au blanc, puis au noir.
Un léger grondement sonore, puis quelques notes de musiques.
A l’écran, Hugh Jackman en position de lotus, lévitant, se nourrissant de l’écorce d’un arbre. Il lui parle. L’embrasse.
L’effectif de la salle se réduit peu à peu.
Pas grave, la solitude est de mise pour goûter à cette expérience.
Car en dépit d’un début poussant à fuir au plus loin le film, le rythme hypnotique, la musique envoûtante, les images somptueuses happent le spectateur au plus profond.
Il sera chamboulé, bousculé, interrogé, frappé violement, achevé à terre et il en redemandera encore.
Parce que The Fountain est un de ces miracles, une œuvre tellement audacieuse qu’elle paraît absconse, et pourtant recèle en elle-même comme l’essence du cinéma.
Une œuvre somme, douloureuse, fondamentalement hermétique, qui demande beaucoup à un spectateur qui reçoit peu en retour, The Fountain est constamment sur le fil du ridicule mais finît par toucher la grâce.
Transcendant son histoire de base, vague empilement d’idées mystico métaphysiques, le film s’envole vers les cimes grâce au génie de ses interprètes principaux, prodigieux Hugh Jackman et Rachel Weisz, qui surplombent le film de leur composition viscérale, leur talent éblouissant. Le score, d’une infinie beauté, d’une insupportable tristesse, provoque un éclatement des sens pour une expérience au final épuisante, un orgasme cinéphilique, corporel, qui retourne la perception et laisse plus bas que terre.
Le final, servi par une réalisation inspirée sans être grandiloquente, est ce que l’on a vu de plus beau, de plus prodigieux en 2006, et est à l’image d’un film difficile à cataloguer, volontairement nébuleux, mais facile à défendre. Après le choc Requiem for a Dream (jusqu’à l’écoeurement), on en ressort soufflé, tremblant, flageolant, sans savoir s’il on a apprécié le puissant trip de .
Puis on y repense, on le revit, et le souvenir du film se grave.
Sans peser ses mots, The Fountain est un film sublime.
Une fois goûtée son eau.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Ma sélection Viedemerde de la semaine

    sélection Viedemerde semaine

    Si dans quelques millons d'années nos descendants découvrent les "Viedemerde" ils auront une idée assez exacte de l'avancement de notre civilisation. Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • Les boules de … Mode d’emploi

    boules Mode d’emploi

    Les boules de geisha, tout le monde en veut… mais sans savoir comment s’en servir. Ce n’est d’ailleurs pas un sex-toy. Les boules servent à muscler le vagin. Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • Clitoridienne ou vaginale?

    Clitoridienne vaginale?

    Un excellent article d'Agnès Viard, sur son blog les 400 culs, qui remet les pendules à l'heure, ou plutôt le clitoris à sa vraie place. Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • Le point G des hommes

    point hommes

    Un article du site "Les 400 culs" que les hommes, ansi que les femmes qui sont attentives au plaisir masculin (elles ne sont pas légion, hélas) devraient... Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • Excitée ? Moi, jamais !

    Excitée Moi, jamais

    Pourquoi les femmes à qui on montre des images de sexe affirment-elles que cela ne les excite pas alors que des appareils de mesure installés sur leur corps... Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • Berlinale 2015

    Berlinale 2015

    Le cinéma c'est l'évasion, alors évadons nous à la 65e Berlinale 2015 et notons que la Bulgarie est représentée 2 fois, la Roumanie 1 fois et la France 7 fois ! Lire la suite

    Par  Mangalia
    A CLASSER
  • Le Calisthenics vous rend plus Créatif

    Calisthenics vous rend plus Créatif

    C'est un fait bien connu, lorsqu'on est enfant nous développons notre intelligence émotionnelle et notre créativité par le jeu. Mais une fois que nous avons... Lire la suite

    Par  Calisthetics
    SPORT

A propos de l’auteur


Mrbrown 13 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte