Magazine

Pourquoi le générique Dextropropoxyphène Paracétamol Winthrop est moins efficace que le Di-Antalvic

Publié le 20 mai 2008 par Jean-Didier
"Je veux le vrai! Celui que vous m'avez donné la dernière fois ne fait rien!" Voilà la réaction véhémante d'une patiente suite à l'utilisation du Dextropropoxyphène Paracétamol Winthrop que j'avais substitué au Di-Antalvic.
Pour le coup, me voilà totalement stupéfait! Pourquoi? Parce que le Dextropropoxyphène Paracétamol Winthrop et le Di-Antalvic sont tous les deux fabriqués par le groupe Sanofi, et tous les deux issus du même dossier d'Autorisation de Mise sur le Marché; autrement dit, là, c'est la même gélule qui se trouve dans deux boîtes différentes.
Alors pourquoi cette différence d'efficacité? Pour cela, il faut reprendre tout le parcours de la patiente.
L'adage veut qu'on aille déjà mieux lorsqu'on est dans la salle d'attente du médecin. Le traitement commence dès la consultation médicale. Il est établi que la confiance, pierre angulaire de la relation entre le médecin et son patient, conditionne la réussite du traitement. Cet aspect est renforcé par le rituel de l'examen médical (un médecin est-il compétent lorsqu'il ne vous prend pas la tension?) et la rédaction de l'ordonnance. Une ordonnance rédigée sur petit format avec un stylo à plume a plus d'impact qu'une prescription rédigée sur papier A4 à l'aide d'un traitement de texte. Le patient perçoit inconsciemment une réelle application du savoir et pense être mieux pris en compte dans son individualité. La boîte Di-Antalvic étant la matérialisation de toute ces interactions de la relation médecin-patient.
En changeant le nom du médicament, le pharmacien déprécie le traitement puisque ce dernier ne correspond plus à l'aboutissement de la consultation médical et au savoir du médecin. Les patients ont aussi réellement du mal à avoir la sensation d'être aussi bien soigné avec un médicament qui coûte moins cher. Cette sensation prend racine directement dans notre société où ce qui est plus cher est mieux. Et ceci entre en résonnance avec le fait que la santé est un bien précieux qui ne mérite aucune économie de notre part.
En outre, dans le traitement de la douleur, au vu des essais cliniques, l'effet placebo représente environ 50% de l'effet du médicament.
Enfin, tout comme le médecin est aujourd'hui au goulot d'étranglement des problèmes sociaux, le générique cristallise la colère des patients face au démantellement progressif de l'Assurance Maladie. Face au générique, ils peuvent encore ne pas subir et exprimer leur mécontentement en le refusant contrairement aux déremboursements, où ils ne peuvent être que passifs.
En subsituant le Di-Antalvic, j'ai bousculé toutes ces croyances qui conditionne notre regard et notre ressentit du monde. Alors oui, je comprends pourquoi le Dextropropoxyphène Paracétamol Winthrop est moins efficace que le Di-Antalvic, alors qu'ils sortent du même tonneau.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jean-Didier 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog