Magazine Politique

UBS: l’action vaut des clopinettes

Publié le 16 septembre 2008 par Kalvin Whiteoak

A force de vouloir jouer les gros bras et surtout de vouloir jouer au plus fin en pratiquant le “window-dressing” depuis des mois alors que son bilan recèle des cadavres de plus en plus nombreux, le fameux grand établissement multifonctionnel et respecté, gardien du temple de l’orthodoxie capitaliste et grand donneur de leçons devant l’éternel (que ce soit au client lambda maltraité et snobé, aux PME pas intéressantes pour qu’on leur prête, à Swissair en son temps ou même aux autorités fédérales - souvenons-nous du “brave” Ospel refusant de prendre au téléphone un digne représentant du Conseil fédéral en plein grounding de Swissair), n’en finit pas de ne ressembler à plus rien du tout sinon à un gigantesque flan vanille plus très frais.

La capitalisation boursière de l’UBS à 16 h 30 représente une valeur de l’ordre de 48 milliards de francs suisses. A la même heure le titre vaut Fr. 16.–, soit une perte réalisée de plus de 30 %  depuis lundi matin pour ceux qui n’ont pas voulu attendre et ont donc vendu.

Certes cette valeur commence à ressembler à quelque chose compte tenu des amortissements supplémentaires inévitables à intervenir encore. Il n’en reste pas moins qu’il y a un an, l’action valait déjà plus grand chose à Fr 69.– On doit donc multiplier par plus de 4 la valeur de ce jour pour aboutir à celle d’il y a un an.

Le carnage peut donc commencer, et ceci dans le meilleur des cas. On a condamné le trio Maus-Roger-Fauconnet pour avoir laissé un trou de quelques millions se creuser en ne prenant rien dans la caisse. Pendant ce temps Ospel et ses boys (qui eux se sont largement servis) roulent sur l’or et font tranquillement leur emplettes à la COOP locale, plutôt du côté de Schwytz : aucun juge n’a encore osé ou même imaginé se poser la question de leur responsabilité pénale dans cette débâcle, et pourtant on est en pleine gestion fautive, manifestement. Il est vrai qu’on ne touche pas aux rois (même déchus) et à leurs commensaux.

Pas sûr que les actionnaires grugés ne finissent pas par obliger les juges négligents à ouvrir une ou des informations pénales justifiées, même contre leur gré : il y a quelques responsables qui en auraient bien besoin, histoire de leur rabattre un peu le caquet.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • HSBC va-t-il avaler UBS ?

    On avait ici évoqué en janvier 2008 le possible triste sort de l’UBS compte tenu du prix très avantageux de son titre. On avait aussi imaginé que la seule... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS, chute, IRS et jésuites

    On apprend que l’UBS SA n’a pas encore reçu de demande officielle de l’IRS (Internal Revenue Service) américain, à la suite de la décision de la juge... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS : crédit d’impôts (suisses) et médias ridicules

    On raconte de nouveau n’importe quoi dans les médias institutionnels. Certains vont même jusqu’à prétendre que le groupe a négocié un échelonnement de paiement... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    MÉDIAS, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS : pas de grounding bis ?

    Sous ce titre l’honorable Marian Stepczynski, chroniqueur économiste affirme dans la Tribune de Genève que la situation de l’UBS n’a rien à voir avec le fameux... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS : mauvaise passe au Sénat US

    Si on avait voulu poignarder le secret bancaire, on ne s’y serait pas pris mieux que l’UBS. Visiblement, ses experts qualifés de “James Bond de mauvais films”... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS : circulez, on ne perd que 358 millions à la période Q2/2008

    358 millions de pertes pour trois mois ça fait quand même 100 millions par mois …. mais tout va bien à bord, on restructure et on coupe les têtes pour se trouve... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • UBS "dressing"

    2000 postes vont disparaître dans la banque d’affaires Grand nettoyage du portefeuille d'activité chez UBS qui taille dans les anciennes activité "stars"... Lire la suite

    Par  Alafon
    FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Kalvin Whiteoak 365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines