Magazine Société

Comment les syndicats ont flingué Alitalia

Publié le 22 septembre 2008 par H16

L'avantage des syndicalistes, dans nos sociales-démocraties, c'est leur tendance naturelle à pousser la roue des charrettes... de salariés. Et ce qui est vrai en France l'est aussi dans les pays où le syndicalisme est devenu une sinécure, comme en Italie. Prenant sans doute exemple sur la fine fleur française des défenseurs de la Veuve Subvention et de l'Orphelin Privilège, ils ont héroïquement contribué à la faillite catastrophique d'Alitalia.

Oui, j'entends déjà les vilains et les méchants s'en prendre à ces fiers soldats de la déroute, fustigeant leurs méthodes, leur attentisme ou leur immobilisme.

Eh bien non, je ne laisserai pas faire ! Car il en faut, du courage, pour flinguer plus de 12.000 postes ! Il en faut, de l'abnégation, du travail, et de l'acharnement pour être sûr qu'aucun repreneur ne pourra sauver une compagnie ! Il faut une solide dose de cynisme, d'égoïsme et un courage de sapeur fermement chevillé au corps pour contraindre une compagnie aérienne à fermer ses portes en laissant ses avions aux hangars et ses clients aux abois.

Et, force est de constater que le trajet suivi par ces syndicats ne fut pas de tout repos. Cela fait des mois, en effet, qu'ils luttent d'arrache-pied pour s'assurer une catastrophe économique, financière et industrielle digne de leur ampleur. On peut ainsi remonter à décembre 2007, et s'apercevoir que, déjà, la lutte des syndicats pour torpiller la société n'était pas gagnée d'avance : Air France proposait une alliance avec Alitalia, promettant ainsi de ne sabrer que 1500 postes.

Pas assez violent, pas assez dur, trop d'espoir qu'Alitalia s'en sorte ? On ne saura pas exactement ce qui aura motivé les syndicats, mais leur lutte devait continuer, si l'on comprend que leur but était bel et bien l'éradication totale de la compagnie. Et pour un tel but, on ne pouvait se contenter d'aménagement qui ne supprimaient que quelques centaines de postes. C'est pourquoi en mars 2008, grâce à d'habiles pressions sur le gouvernement Berlusconi, le bluff d'Air-France est rapidement dégonflé : non, la tentative honteuse d'intrusion d'un conglomérat capitaliste fraônçais dans la compagnie italienne ne pouvait fonctionner. Rapidement, quitte à en appeler au capitalisme patriotique, les syndicats forcent les méchants Français à quitter le navire.

C'est grâce à cette action vigoureuse que le 29 août de la même année, les syndicats marquent une première victoire : se déclarant insolvable, Alitalia est placée sous "administration extraordinaire". Les jours qui vont suivre seront alors déterminant pour le déboulonnage en bonne et due forme des plans de sauvetage honteux proposés par les différentes parties en présence : les tentatives des sauveurs putatifs iront jusqu'à la bidouille à la volée de la législation nationale !

Comment les syndicats ont flingué Alitalia

Vite, appelez les syndicats !

Les syndicats, redoublant d'efforts pour en finir une bonne fois pour toute avec cette compagnie trop résistante, rejettent heureusement et avec force le nouveau plan, le 12 septembre, qui a failli faire capoter l'écrasement en flamme de l'entreprise planifié de longue date par nos vaillants syndicalistes.

Alors que la débâcle financière touche les marchés à Wall Street et que les cours du pétrole font du yoyo, le 13 septembre, Alitalia entame enfin son chant du cygne : la compagnie annonce ne plus pouvoir payer son kérosène. Chaque minute qui passe semble rapprocher un peu plus les syndicats de cette faillite tant attendue, mais, même au moment où les repreneurs retirent leur offre, rien ne semble totalement gagné : l'injection massive de fonds en provenance des poches des contribuables italiens n'est pas à exclure... Et là, tout le minutieux travail de sape des syndicats serait à refaire.

Depuis, la tension monte. On sent, à la moiteur des mains des syndicalistes, que la ruine complète de la société n'est pas encore gagnée et qu'il existe encore un risque infime qu'un repreneur fasse une proposition dans les 4 jours qui restent avant un dépôt de bilan fracassant qui signerait enfin, en fanfare et avec une joie bien compréhensible, la fin d'une aventure et d'un effort colossal des entités syndicales pour massacrer l'entreprise.

En tout cas, quelle que soit l'issue de cette histoire, gageons que nos valeureux défenseurs du lourdage de salarié en mode ninja-furtif sauront tirer tout l'enseignement prolifique des embûches qu'ils auront rencontré dans leurs tentatives de sabotage. Ainsi pourront-ils, soyons en certains, faire profiter de leurs intéressantes expériences leurs confrères étrangers ; il n'est probablement pas loin le temps ou des échanges culturels et nécessairement informatifs se feront entre les fiers bousilleurs de l'aérien italien et les rigoureux massacreurs des docks français ou les puissants fusilleurs de la presse nationale.

Syndicalistes de France et d'Italie, c'est grâce à vos actions diligentes pour un monde plus corporatiste, grâce à votre travail de sape minutieux de la relation entre le client et l'entreprise autant qu'entre le salarié et le patron qu'on pourra se débarrasser des entreprises massivement étatisées où vous officiez en toute déconnexion du monde réel.

Merci à vous, et bon courage !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


H16 229672 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine