Magazine Finances

Les technos et la bourse.

Publié le 22 septembre 2008 par Eric Grémont

23/09/2008

Les technos et la bourse.

Aucun secteur n'est à l'abri !

Microsoft valait 35 dollars en Janvier, aujourd'hui son titre est retombé à 25. Selon yahoo finance son PER est désormais à 13.

Google valait plus de 600 dollars en Janvier, aujourd'hui son titre est retombé à un peu plus de 400. Selon yahoo finance son PER est désormais à 28.

Apple a plafonné à un peu plus de 200$, aujourd'hui son titre est retombé à un peu plus de 150. Selon yahoo finance son PER est désormais à 25.

Cisco s est envolé jusqu'à 35$ en décembre dernier avant de retomber à moins de 25$ aujourd' hui. Le tout pour un PER de 18 selon Yahoo finance.

En pratique toutes ces sociétés ont été momentanéement boostées par l'émergence du « Crédit Crunch », elles ont connu leur sommet cyclique en décembre ou en janvier à un moment ou le marché était déjà rentré en phase de repli. Le Nasdaq a connu un sommet au mois de novembre et c'est déjà replié dans des proportions comparables à ces titres phares. Le Dow Jone a connu son sommet en Octobre avant de donner le ton et de décliner.

Autrement dit, si ces titres ont pu paraître ignorer la crise quelques temps ils ont été très rapidement rattrapés par la baisse des cours qui n'a épargné personne. C'est la situation globale du marché qui fixe les niveaux de valorisation des titres, si les sociétés peuvent se distinguer, c'est entre elles en obtenant des arbitrages favorables au préjudice des autres. Dans le repli Google peut s'alourdir face à Microsoft, cela n'empêchera pas son propre cours de baisser.
On doit noter que les PER sont encore assez généreux. La crise économique ne devrait affecter que marginalement la croissance de ces géants. Dans le cas de Google par exemple on peut se demander si la baisse des budgets publicitaires ne va pas accélérer la migration des annonceurs vers internet dans le but de maximiser des budgets moins généreux. Cisco dépend des grands opérateurs télécoms et ceux-ci sont parmis les entreprises les plus stables par gros temps. A notre sens à l'exception d'Apple qui peut être impacté par un repli des ventes sur le front de l'iPod et l'iPhone, aucune de ces sociétés n'est en danger.
Simplement leurs cours baisseront au fur et à mesure que le marché ira vers son étiage de bas de cycle lequel à notre sens ne sera atteint qu'au début de l'été 2009 lorsque le marché aura pu chiffrer le coût global de la crise et que les conditions du crédit se seront stabilisées. Nous n'osons croire que nous retournerons à une phase de crédit aussi laxiste que lors des années 2002-2007. Il y a donc de fortes chances pour que l'on ne soit pas prêt de revoir les sommets atteints en fin 2007 pour très longtemps, la rareté à venir de la monnaie aura un effet déflationniste majeur sur tous les actifs y compris les actions.

C'est dans ce cadre qu il faut comprendre la décision de Microsoft d'initier un plan de rachat d'action massif de 40 milliards de $, ce qui correspond grosso modo à 15% de son capital. Microsoft a l'une des meilleurs signature du marché et peut donc payer son argent pour une misère comparée au coût de son capital boursier (PER de 13), c'est une spécificité qui devient très rare de l'autre côté de l'Atlantique. Son plan de rachat d'actions, si il est lancé maintenant a toutes les chances de s'exécuter au moment le plus opportun. Il s'agit d'une excellente mesure prise dans l'intérêt des actionnaires. En revanche ce mouvement n'a aucune signification particulière concernant le sort industriel de Microsoft, le marché des Technos et, encore moins concernant le marché en général. Le différentiel de PER entre Microsoft et Google suffit à expliquer à l'avance pourquoi Google ne mettra pas en œuvre une telle politique.
En définitive on peut conclure en suivant les enseignements de la crise des dot.com : les entreprises de techno sont des sociétés comme les autres du point de vue financier, tout au plus, leur croissance rapide justifie-t-elle parfois des PER flatteurs relativement aux autres secteurs, c'est tout et c'est déjà beaucoup.

Auteurs: Eric Grémont

Entreprises liées: MicrosoftYAHOO ,  Cisco Systems ,  Apple ,  Google


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Eric Grémont 7 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine