Magazine Séries

Dirty sexy money : 1.10 The nutcracker

Publié le 23 septembre 2008 par Tao

Et si Dirty sexy money était la meilleure surprise de cette saison ? La série trouve de plus en plus ses repères et c’est un plaisir renouvelé à chaque fois de suivre les frasques des Darling. Le gros avantage depuis quelques épisodes, la plupart des personnages sont davantage intégrés aux différentes intrigues ce qui permet une meilleure cohérence du récit.

Comme lors de la précédente review, je commencerai par parler de Lisa car c’est un personnage qui me plait de plus en plus. Son intrigue avec Jeremy est excellente et il y a vraie complicité entre les deux personnages. Certes l’intrigue n’est pas nouvelle et se voit venir de loin mais c’est vraiment comme cela que je l’imaginais. Jeremy et Lisa se rapprochent et partagent presque un baiser de quoi mettre de la tension entre ces deux personnages. Et je l’avoue j’adore cette idée de voir Lisa se dévergonder, fumer un joint, rester allonger sur un divan avec un jeune homme qu’au moins 10 ans son cadet. Bref, elle devient moins sérieuse et devient ainsi beaucoup plus cool. La petite intrigue de l’éponge géante était amusante et forcément une éponge ça absorbe toutes les odeurs y compris celle du joint fumé dans la galerie ce qui entraîne le licenciement de Lisa. Bref un tournant pour le personnage. Espérons que l’on va continuer dans cette direction surtout que du côté de Nick même s’il reste un mari aimant et fidèle il n’a semble t’il pas entièrement tourné la page concernant Karen et ne voit pas d’un très bon œil Simon Elder tourner autour de son amour de jeunesse.

 

L’intrigue de Simon Elder, continue d’être l’une des plus passionnante de la série car on assiste à une vraie partie d’échec entre Simon et Tripp. Et on peut vraiment se demander jusqu’où toute cette histoire va aller, quel sera le prochain rebondissement. Tripp est visiblement près à payer le prix pour détruire Simon et n’hésite pas à lui livrer via Nick certain document confidentiel sur les avoirs de la société. La scène avec l’ex femme de Simon n’est pas très intéressante par contre le retournement final est pour le moins inattendu. Alors que l’on pensait voir dans la séduction de Karen une nouvelle manipulation de Simon, on découvre qu’il en est tout autrement car il s’agit au contraire d’un plan monté de toute pièce par Tripp et sa fille. Par contre, Karen semble réellement s’attacher à Simon ce qu’ils n’avaient sans doute pas prévu. Bref on a là une intrigue vraiment tordue. Impossible de dire comment ça va se terminer.

Changement de cap également pour Brian. Après les divers scandales, il laisse tomber son costume de pasteur. Excellente idée. Je n’avais jamais beaucoup aimé cette idée d’avoir un religieux parmi les personnages et donc ça me satisfait amplement. D’autant que Brian a de quoi être un vrai requin et le voir rejoindre Tripp dans la société n’est clairement pas pour me déplaire. D’un personnage hautement antipathique au début, il est devenu l’un des Darling que je préfère. A la fois cynique, blessé, fort et faible à la fois. C’est l’un des personnages les mieux construit de la série. La scène du lavement de pieds revu et corrigé façon Darling est très drôle.

L’intrigue de Carmelita prend également une autre direction avec sa disparition. A t’elle disparu d’elle même par peur ? Helen est elle responsable de sa disparition ? J’aime beaucoup le personnage de Carmelita mais je ne serai pas contre un meurtre bien sordide, Helen en semble d’ailleurs parfaitement capable.

Seule déception, Juliet. Complètement effacée depuis quelques épisodes, elle retrouve une intrigue simplette totalement sans le moindre intérêt avec son petit ami français. Dommage car Samaire Armstrong est toujours aussi magnifique. La fin de l’intrigue de Jeremy et de Sofia sera peut être l’occasion de faire rebondir les jumeaux d’autant plus que depuis Jeremy a acquis une véritable personnalité.

Bilan : L’un des meilleurs épisodes de la série. Les situations deviennent de plus en plus complexes, les personnages continuent à se lâcher et il faudrait vraiment peu pour voir la série partir vers le guilty pleasure le plus total. Avec Dirty sexy money, on retrouve du vrai soap prime time à l’image de séries telle que Dynasty et en nostalgique de cette période je prend de plus en plus de plaisir avec cette nouvelle saga new-yorkaise bien mieux troussée que la fade Gossip girl. C’est également avec cet épisode que se clôture la saison 1 de Dirty sexy money, la grève des scénaristes ayant coupé la série alors qu’elle commençait à prendre son envol. Mais comme j’ai étiré au maximum la publication des articles sur la série, celle ci reviendra bien vite sur Critik en séries.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines