Magazine Europe

Chronique à ne pas lire avant de manger

Publié le 23 septembre 2008 par Cyrilboyer
Vous ne savez pas ce que c'est ? Vous avez bien de la chance
Avant de signer pour un bébé, les hommes s'imaginent - je crois - que le pire seront les nuits interrompues (d'où l'importance de l'allaitement) et les couches à changer, avec, pour une durée assez réduite, les soins à donner au petit moignon de cordon ombilical avant qu'il ne tombe, si possible pas dans leurs mains. Toutes choses qui, finalement, y compris le moignon, se vivent assez bien. Au contraire du mouchage de bébé.
Précision technique n°1 à l'usage des non parents : le monde moderne, entre autres systèmes d'éducation des masses par la culpabilisation, vous promet les pires horreurs si vous ne nettoyez pas consciencieusement les fosses nasales de votre progéniture. Comme il n'est pas envisageable d'enfoncer un coton tige jusqu'aux sinus d'un bébé, ni de le secouer jusqu'à ce que tombe ce qui doit tomber, il faut trouver un autre moyen.
Précision technique n°2 : jusqu'à un âge que ma petite fille n'a pas encore atteint, les kleenex servent à plein de choses SAUF à se moucher. Si vous espérez qu'il va suffire d'un mouchoir et de dire "vas-y mon petit, souffle un bon coup pendant que papa te bouche la narine", vous pouvez partir en voyage d'affaires pendant deux ou trois ans.
La solution réside donc dans un stratagème assez barbare (c'est mon avis et, apparemment, celui de tous les bébés qui le subissent) qui consiste à injecter un liquide dans le bébé puis à le faire ressortir, avec tout ce qui doit l'accompagner. Pour ce faire, vous avez le choix du matériel à injecter, en général du sérum physiologique ou de l'eau de mer, et de la méthode, en général en pressant sur une petite ampoule en plastique ou avec un vaporisateur. Autant dire qu'il est peu probable que votre petit trésor apprécie ce genre de traitement. Ensuite, vient l'épisode le plus désagréable, le moment où il faut aspirer ce qui reste. Et là, excusez-moi des détails, mais il ne faut pas faire la fine bouche. J'attends déjà les commentaires pour me signaler les appareils perfectionnés qui fonctionnent le mieux, mais chez nous c'est à l'ancienne avec dosage humain de la force d'aspiration et positionnement de gré ou de force de l'embout en silicone près de la narine cible. Tout du moins en attendant que le père Noël m'apporte ce splendide aspirateur à mucosités avec filtre antibactérien, manomètre et tuyau d'aspiration autoclavable.
Et s'il est bien une différence entre la vie à la maison et celle au bureau, c'est que quand est venu le moment d'effectuer une tâche désagréable, il est inutile d'espérer vous en sortir en convoquant une petite réunion ou en envoyant un e-mail assez flou avec 3 ou 4 personnes en copie qui prendront peut-être une partie du travail à votre place. Là, c'est vous. Vous seul. Dernier détail : ne pas penser que la saison du rhume dure une bonne dizaine de mois par an dans cette partie du monde où vous avez la curieuse idée de vous expatrier.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Cyrilboyer 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte