Magazine

Crans-Montana charme les touristes arabes

Publié le 23 septembre 2008 par Danielle
LU DANS LA LIBERTE - Ayesha Saeed a le nez collé contre la vitrine d'une boutique aux allures de chalets, lisait-on il y a quelques jours dans La Liberté. Avec ses deux filles, la vingtaine, elle examine les tenues de luxe en vente chez Lorenzo Bach, au centre de Crans-Montana. "On fait encore un peu de shopping avant de rentrer chez nous", racontait cette famille arabe qui venait de passer un mois dans notre station. "Au cours de l'été 2007, indique le directeur de CMT Dominique Fumeaux, les Arabes ont passé 23500 nuits ici, et ne pointent donc qu'au 8e rang de régions les plus représentées. Pour le moment, ils ne constituent que le 3% de notre clientèle." Depuis le début 2000, nous apprend La Liberté, les visiteurs arabes sont de plus en plus nombreux à passer leur été dans les Alpes suisses. A Crans-Montana, la clientèle arabe a bondi de 164% en 8 ans.
CMT constate que le nombre d'hôtes venus des pays du Golfe est en constante en augmentation. Et Crans-Montana Tourisme de travailler dans cette optique: la station débourse une quinzaine de milliers de francs par an pour aller se vendre dans la région. L'effort est collectif. "Depuis 2000, explique au journal fribourgeois François Rielle, nous allons chaque année à la rencontre de cette clientèle." Et les chiffres de fréquentation du Grand Hôtel du Golf s'en ressentent positivement: "De juillet à août, ils occupent maintenant 40% de nos lits." François Rielle explique qu'il y a cinq ans il a ouvert un restaurant libanais pour attirer sous son toit Saoudiens, Koweïtiens, Qatariens et autres Emiriens.
En septembre, lorsque la journaliste Linda Bourget se baladait dans les rues de Crans-Montana, les touristes arabes n'étaient plus très nombreux. "On n'aime pas quand il fait trop chaud, mais on n'aime pas la plus non plus", lui confiait en riant Ayesha Saeed. Le patron de la bijouterie Crans Prestige se réjouit de voir ces clients acheter toujours plus de pièces exclusives. Même son de cloche du côté des banques privées qui, elles aussi, constate une augmentation de la clientèle arabe. Mais à en croire le journal, les banques ne profitent pas encore beaucoup de cet essor. "Nous commençons tout juste à en ressentir les effets", confie Alexandre Borgeat de la banque Julius Baer.
Les Arabes ne font pas que du shopping, ils s'amusent aussi! Et s'essayent aux sports de montagne, comme le constate Christian Ballestraz (Adrenatur). "Même si, précise-t-il, ils n'ont bien souvent pas la forme physique nécessaire aux activités que l'on fait par ici. Ils tendent à se fatiguer un peu vite. Et puis il y a des sensibilités culturelles dont il faut tenir compte. Difficile par exemple de leur envoyer une femme comme guide d'excursion."
  • 350'085, c'est le nombre de nuitées des touristes du Golfe en Suisse en 2007, soit 1,7% des nuitées étrangères dans notre pays (en 2000, ce chiffre n'atteignait que 189'669).
  • De loin la région de Genève est la favorite, suivie de Zurich, de la Riviera et de l'Oberland vaudois, et le Valais bien sûr.
  • A Crans-Montana, la clientèle arabe a bondi de 164% en 8 ans (à Verbier la croissance pour la même période a été de 734% et 199% à St-Moritz).
  • Un client du Golf dépense en moyenne par jour et par personne 500 francs, ce qui fait des Arabes les touristes qui dépensent le plus (un touriste hollandais débourse en moyenne quotidiennement 140 francs).
  • La durée moyenne d'un séjour est de 3,6 jours (ce Csont ceux qui restent le plus longtemps même si cela semble court, toute nationalité confondue la durée d'un séjour est de 2,3 jours).
  • La moitié de ces hôtes provient d'Arabie saoudite, environ le 20% du Koweït.

Source: La Liberté, 10 septembre 2008

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Danielle 1123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte