Magazine

Oui, tous les trois

Publié le 06 septembre 2008 par Unepageparjour

Oui, tous les trois ! Fleur, toi, moi. C’est bien, hein tous les trois ? Nous trois, on va bien ensemble, n’est-ce pas ? Marie devine dans l’obscurité de la nuit que Jean doit être bien rouge. Mais il ose parler, l’ombre l’encourage. Ils se mettent à marcher, tout doucement, c’est à peine si les roues avancent sur le petit chemin caillouteux. La rivière chante. De loin, on aurait pu croire deux amoureux, rassemblés par le fruit de leur passion.

Tu sais, Marie, j’ai bien réfléchi. J’ai l’air parfois bien bête, nigaud, à côté de la plaque, un grand gamin qui aurait grandi trop vite, qui n’a pas su trouver sa place. Mes redoublements continuels sont le déshonneur de ma famille, mais tu sais, Marie, j’ai bien réfléchi.

Réfléchi à quoi ? S’intéresse Marie, l’encourageant à continuer sur sa pensée. Jean s’arrête. Il a l’air bien grave, soudain. Quelques reflets de lampadaire donnent à son visage resté adolescent quelques traits plus durs, presque tristes, même.

Oui, j’ai bien réfléchi que je pourrais être un bon père, pour cette petite. Je…

Et moi ? S’enquiert Marie.

Toi ?

Oui, que deviendrais-je, si tu deviens le père de cette petite ?

L’idée est difficile à exprimer, à penser, pour Jean. Même si c’est exactement l’idée dont il rêve depuis l’enfance. Le mari de Marie.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :