Magazine

Après la mort d’Emmanuel De Roux

Publié le 29 septembre 2008 par Emmanuel

Il y a parfois des téléscopages de l’actualité et de la vie qui se révèlent douloureux. J’ai naturellement tendance à ne rien rater de l’information à l’état brut, perpétuellement aux aguets, prêt à analyser de manière autistique les dernières nouvelles liées à la production minière de nickel en Nouvelle-Calédonie ou aux décisions à venir en matière de surpêche à l’échelle européenne.

De ce fait, j’ai horreur de rater des épisodes. Surtout lorsqu’il s’agit de la mort de quelqu’un qui a compté pour moi, l’air de rien. Bien sûr, Paul Newman est décédé et avec lui quelques uns de mes derniers rêves de Far West, mais la découverte par hasard dans une brève de la mort de ce journaliste du Monde en août dernier me touche particulièrement. J’avais déjà été ému par la disparition de sa femme quelques mois auparavant, et la disparition de cet homme me donne une sensation de vide dans la façon qu’il avait de rendre compte de la vie des musées et du patrimoine.

Bien sûr, il m’est souvent arrivé de m’agacer à la lecture de certains articles que je trouvais un peu “parisiens” dans la perspective, ou manquant de précisions sur certains sites que je pouvais connaître un peu mieux. Mais j’ai toujours apprécié la justesse de ton, la sensibilité de l’analyse de ce monsieur, son amour et son dévouement aussi pour l’art et le patrimoine sous toutes leurs formes. Je n’ai finalement qu’un regret, c’est de n’avoir jamais eu l’occasion d’échanger directement avec cet homme qui s’est intéressé à des lieux dont j’ai pu traiter ou où j’ai pu évoluer.

Chapeau bas, Monsieur De Roux, et au revoir.

Chevaux, grotte de Lascaux

  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Emmanuel 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog