Magazine Régions du monde

C'est mieux que rien, non ?

Publié le 06 mai 2008 par Vivreenislande @vivreenislande
Bon, aujourd'hui, je ne sais pas bien de quoi vous parler. Il pleut. Il y a du vent. Et il fait 10°. C'est donc un jour de grande normalité printanière islandaise. Un jour qui tranche avec l'article précédent. Mais l'Islande étant un pays d'excès et de contrastes, rien d'étonnant à cela.
Sans doute vous interrogez-vous sur la photo ci-dessus.
Tiens, un pingouin faisant un bisou à ma fille ainée ! Quel va être le sujet du jour ?
La reproduction des alcidés en milieu urbain ?
Tss tss !
Le manque d'affection de l'adolescent confronté à l'insularité ?
Pas davantage !
Vous ai-je parlé de Kisan (prononcer "keyssane") ?
Kisan (qui signifie chat en islandais) est un concept-store situé sur Laugavegur (prononcer "lauyaverre" en roulant les "r") à Reykjavik.
Je fais une parenthèse : si les explications relatives à la prononciation des mots islandais vous gonflent, envoyez-moi un commentaire. Ce sera un peu tard pour cette fois, mais j'en tiendrais compte la prochaine fois.
Valérie, l'aventurière bretonne que j'ai suivi par amour... non, pas par amour du froid ! Par amour tout court. Valérie, donc , travaille chez Kisan.
Kisan, c’est une compilation d’objets très disparates sélectionnés par Thorunn et Olivier (nos amis franco-islandais) sur des critères dont je ne connais pas bien la nature.
En général, c’est « design ». Pas toujours indispensable. Parfois rigolo.
Et selon les cas, un peu cher. En tout cas ça se vend. Un second magasin sera même ouvert très prochainement à New York.
On y trouve des produits aussi différents que, dans le désordre : des beaux vêtements pour marmots, des sacs et porte-feuilles chics pour femmes extatiques, des valises magnifiques pour voyageurs « frequent flyer », des ours polaires géants pour enfants, des jouets diverses et variés, quelques sélections de CD et de livres archi tendance, des biches, des hiboux, des écureuils et... des pingouins dévoreurs d’ampoules.
Il s'agit donc bien d'un pingouin dévoreur d'ampoules, à son tour en passe d'être dévoré par ma fille que je vous donne à admirer aujourd'hui. Pourquoi me direz-vous curieux que vous êtes.
Je n'en ai pas la moindre idée. Tout à l'heure, je suis allé me faire un café dans la cuisine et je suis tombé nez à bec avec le pingouin qui m'observait fixement. Et pour je ne sais quelle raison bizarre, j'ai voulu le prendre en photo. Ma fille Félicie s'est pointée à cet instant précis et a manifesté le désir d'être photographiée avec lui.
Voilà. Je me suis donc retrouvé avec une photo de ma fille avec un pingouin, dont je ne savais fichtrement pas quoi faire. J'en tire la conclusion que le grand avantage d'un blog, peut être même le plus important, c'est de pouvoir y afficher des photos qui n'ont aucun sens et de les compléter de commentaires tout autant abscons.
Je tenterai de faire mieux la prochaine fois.
Mais c'était tout de même mieux que rien, non ?
Je m'interroge.
Peut être bien qu'en définitive, rien eut été bien mieux.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vivreenislande 7541 partages Voir son blog

Dossiers Paperblog