Magazine Rugby

Au tour de la délocalisation positive !

Publié le 23 septembre 2008 par Misterrugby

Après la discrimination positive, la laïcité positive, voici venu… la délocalisation positive ! Nouveau « truc » au service de la communication du gouvernement Fillon ? Vous n’y êtes pas !

La délocalisation positive : ce sont les clubs de rugby qui abandonnent provisoirement leur stades, pour jouer dans un stade plus grand, en général pour une affiche de ce championnat. Les clubs qui pratiquent ces délocalisations peuvent le faire pour deux raisons principales : Accueillir plus de spectateurs lors des gros matchs, et aussi pouvoir asseoir la notoriété du club au-delà de la simple ville. C’est très clairement ce que cherchera à faire le CSBJ lors de la 6ème journée du Top 14 en recevant le Stade Français au Stade des Alpes de Grenoble. Le blason du club isérois est on ne peut plus explicite les ciel et grenat ont vocation à devenir LE grand club de rugby du Dauphiné, n’en déplaise au Football Club Grenoblois. Ce week-end, donc le CSBJ recevra le Stade Français et sa pléiade d’étoiles : Juan Martín Hernández « El Mago », Dimitri Szarzewski, Sergio Parisse, les anciens Berjalliens Stéphane Glas et Papé pour ce qui devrait être les grands début de Mark Gasnier à XV. Les Parisiens retrouveront en face d’eux une prometteuse formation dauphinoise avec de grands espoirs du rugby français tels que Morgann Parra, Yann David entre autres. Les deux clubs ont connu un début de saison différent : le sans faute pour les Franciliens et des débuts plus difficiles pour le CSBJ, mais les ciel et grenat paraissent petit à petit retrouver la bonne carburation.

Le rugby à semble t’il trouver la bonne formule avec ces délocalisations : On construit des stades ultramodernes mais qui n’excèdent pratiquement jamais les 20 000 places. Pour les grosses affiches, celles susceptibles d’attirer le grand public, on délocalise dans des stades de football. La formule fonctionne un peu partout dans l’Hexagone. Le Stade Toulousain a reçu Biarritz au Stadium et devrait en faire de même pour le Stade Français et l’ASM Clermont Auvergne, le Stade Français va commencer le 25 octobre prochain une série de 4 matchs au Stade de France (Toulouse, Perpignan, Clermont, Biarritz et les Harlequins). Le Stade Français semble l’exemple à suivre, car d’année en en année, le club délocalise de plus en plus, ce qui signifie que la clientèle est en train d’être fidélisée. Le RC Toulon devrait aussi jouer deux matchs au Vélodrome de Marseille, à moins que l’offre de la Principauté de Monaco ne revienne sur le tapis. L’Usap rêve depuis des années de délocaliser certaines de ses grosses affiches à Barcelone, mais pour l’instant cela n’est pas possible pour des raisons légales (Cf. Le Top 14 débarque à Monaco).

En revanche, certains clubs comme Montpellier tardent à en faire de même, probablement pour la peur de l’échec et de jouer dans un stade vide. À moins que ce ne soit pour rassurer le contribuable qui se demanderait pourquoi on a construit le Stade Du Manoir si c’est pour délocaliser ensuite à La Mosson. À n’en pas douter des matchs contre le Stade toulousain, le Stade français, ou le voisin perpignanais seraient à coup sûr de francs succès, le peu que l’opération de communication soit bien montée.

Voilà si vous habitez la région Rhône-Alpes, je vous recommande d’aller voir le match ce vendredi 26 septembre au Stade des Alpes de Grenoble. Si vous êtes supporters parisiens sachez que Grenoble est une très jolie ville à 3hH30 de la Capitale en TGV. Cela devrait être un gros match avec à coup sûr beaucoup d’engagement !

Bon de commande à imprimer ici : www.csbj-rugby.fr/BC-Billetterie-Paris.jpg

  

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Misterrugby 1460 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines