Magazine Côté Femmes

Le pourquoi du comment...

Publié le 06 octobre 2008 par Cecile Berthelon @walinette

... du shopping ban.

Parce que vous avez déjà pu entrevoir une des causes certaines.
Mais c'était la partie immergée de l'iceberg. Si je puis dire.

Cette fois je vous montre TOUT. Le shopping ebayesque qui m'a amenée à reconduire un passif sur le mois d'octobre et me vaut donc un shopping ban jusqu'au 25 de ce mois.
Je suis forte.
Je peux le faire.
(un peu d'auto-persuasion ne nuit pas...)

Voici donc les coupables :

Je vous montre TOUT et je vous dis TOUT.
Ou comment la passion des bonnes affaires peut tout de même conduire à la ruine...

TOUT, absolument TOUT provient d'Ebay et est un résultat de pièces traquées sans relâche ou de pièces "je ne peux décemment pas louper une occation pareille" (les deuxièmes étant résolumment les plus dangereuses...)

Dans la première catégorie rentrent donc :
- Le balenciaga City. Couleur thym donc. Je voulais depuis longtemps le fameux Motorcycle. Je voulais un sac vert. Bingo.
D'occasion et usé, voire décoloré par endroits, l'annonce était très spécifique, ce qui a fait que l'enchère est restée à 300 euros, alors que les City s'envolent plutôt dans les 500 minimum (voire 6-700) d'habitude.
Ceci étant dit : il a du coup une patine et un look plus avachi, chose qui me manquait dans les neufs (pour la petite histoire, je n'ai véritablement flashé sur le modèle que lorsque j'ai vu une fille dans le métro qui portait un modèle encore plus usé que celui-ci...), ET j'ai réussi à plutôt bien récupérer le cuir et la couleur :-)
950 euros il me semble pour le prix du neuf.
- Des Richelieu Chie Mihara. Comme neuves. En saumon. Repérées sur le blog de la Méchante. 100 euros. Contre le double au moins en boutique.
- Une mini-jupe en lin kaki Isabel Marant Etoile. Forme patineuse avec des poches. 8 mois que je pistais un modèle de ce genre. Du coup : 70 euros au lieu de 90 en boutique. Mais elle est neuve.
- La robe courte en liberty A.P.C. Que j'ai désespérément cherchée lors de mes séjours à Paris. Et qui ne voulait pas se laisser acheter sur le site car ça buggait. De cet été donc, à 40 euros au lieu de 90 (collection Madras qui n'est jamais soldée)
- Last but not least : les fameuses bottes plates Isabel Marant. Couleur gold. Pareil. Une ETERNITE que je les pistais. Celles-ci étaient vendues via un dépot-vente marseillais qui les avaient nommées Isabel Marrant. Avec 2 "r". Faute d'orthographe qui élimine des acheteurs potentiels. Mauvaises photos trop pâles. Les bottes n'étaient pas franchement belles sur l'annonce.
160 euros. La paire de gold précédente que je pistais était partie à 350 euros (395 la valeur magasin). Les bottes plates partent généralement vers les 250 euros.

Moralité : petite prise de risque pour les articles en cuir, MAIS l'achat de produits adéquats et un peu d'huile de coude m'ont donné raison : ils sont quasi nickels.
Je vous fais demain un article sur l'entretien des produits en cuir ;-)

Dans la seconde catégorie maintenant :
- un blouson en toile A.P.C neuf, matelassé. Qui va avec TOUT et que je ne quitte plus. 9,90 euros mesdames, messieurs. Personne n'en a voulu. J'ai toujours pas compris pourquoi... sans aucun doute ma meilleure affaire.
- Des plateformes Barbara Bui, NEUVES, couleur corail. Des chaussures absolument somptueuses. 70 euros. Contre 350 au moins en boutique. Je n'ai pas pu les laisser passer...

Je ne vous fait pas le total, mais vous aurez compris que ça chiffre. Même avec la satisfaction d'avoir payé moins cher.
Je me suis donc auto-interdite d'ebay jusqu'à nouvel ordre.
Et des sites de ventes privées
Et d'internet en général
(les boutiques IRL je risque rien vu mon actuelle mobilité)
Dans 3 semaines le nouvel ordre.
Et je peux vous dire que c'est une vraie gageure.
Des volontaires pour tenir avec moi ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cecile Berthelon 711 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine