Magazine Culture

Vu cette semaine : Entourage, How I Met Your Mother, Gossip Girl, Worst Week

Publié le 05 octobre 2008 par Nick

Entourage, Episode 5.03, “The All Out Fall Out”
[Dim 21-09-08, HBO]

Vince n’a plus de un rond depuis l’échec de Medellin pour lequel il avait misé une partie de ses économies et, ne désirant pas faire banqueroute, il en est réduit, pour se faire “un peu” de fric, à chanter “Can’t Take My Eyes Off Of You” à l’anniversaire d’une jeune ado mal élevée (c’était ça ou faire des ventes flash au Carrefour du coin avec Evelyne Leclerc) dont les parents sont joués par Kevin Pollak (”Usual Suspects”) et Fran Dreschler (Une nounou d’enfer). Une intrigue sympathique à suivre, en particulier pour le numéro de connasse de mère de Dreschler et pour la scène finale lorsque Drama, complètement bourré (il boit pour oublier sa rupture avec Jaq et semble faire un début de crise de la quarantaine), se met à dégueuler sur le gâteau d’anniversaire.

De son côté, par coups de téléphone interposés, Eric est heureux d’apprendre de la bouche d’Amanda qu’Ed Norton a adoré le script des deux zigotos et veut en faire un film de studio (alors qu’il était prévu d’en faire un film à petit budget) sous la direction de Ridley Scott (”Gladiator”)… ce qu’Ari conseille justement de faire à Vince pour relancer sa carrière. Ca va sûrement jaser entre Eric et Ari/Vince à un moment donné.

Ari nous fait encore un sacré numéro de malade. Il fait d’abord joujou façon “Fast & Furious” avec une belle Ferrari rouge offerte par Mrs. Ari en affrontant son rival Adam Davies (au volan d’une Porsche) et finit par abîmer son cadeau. Furieux, il envoie 100 dollars et de la merde humaine à Davies et celui-ci réplique avec deux flics stripteaseurs alors qu’Ari était en train de parler business avec le rappeur T.I. (dans son propre rôle). Hilarant ! Après une nouvelle contre-attaque, Ari se rend à son ancienne agence où il force Davies à s’excuser après lui avoir cassé mis une gifle, celui-ci ayant eu le malheur de s’en prendre à Mrs. Ari. Le voir débouler en criant le nom de Davies dans son ancienne boîte était assez drôle, quoique non, la scène des stripteaseurs l’était beaucoup plus.

Au final, on obtient un épisode correct, dont le niveau est surtout relevé par les crises de colère d’Ari.

La citation : “Like the great philosopher Sun Tzu said, ‘When you’re done fucking your enemies, fuck ‘em some more.’” (Ari)

How I Met Your Mother, Episode 4.02, “World’s Greatest Burger”
[Lun 29-09-08, CBS]

Plutôt lourd cette histoire de burger ! La bande passe tout l’épisode à chercher l’endroit où Marshall a mangé le meilleur hamburger de la ville et ça finit vite par gonfler puisqu’il ne s’agit que de cela. Barney n’est pas non plus très drôle avec son histoire de banque et les autres sont complètement transparents. L’apparition de l’animateur Regis Philbin relève de l’anecdote. Mais les moments où chacun déguste son burger et se met à en faire l’éloge (mention spéciale à celles de Barney et Marshall) parviennent à faire arracher quelques (sou)rires. Indigeste.

La citation : “I love this burger so much I want to sew my ass shut.” (Barney)

Gossip Girl, Episode 2.05, “The Serena Also Rises”
[Lun 29-09-08, The CW]

Serena/Blair : Serena la girouette ! C’est amusant, mais en regardant le début de cet épisode, j’ai eu l’impression de retrouver la Serena telle qu’on la connaît depuis le début de la série, à savoir une fille gentille, sympa et bien intentionnée. Bref, rien à voir avec la “méchante” jeune femme qui nous faisait son numéro de diva à la fin de l’épisode précédent. “Mais je ne veux pas la blesser !”, “Mais je ne veux pas la blesser !” ne fait-elle que répéter en parlant de Blair lorsqu’on lui propose de s’installer au premier rang du défilé de mode plutôt que de rester comme chaque année depuis toujours en coulisses avec sa meilleure amie. Et puis, il suffit qu’on lui fasse une remarque comme quoi il faut qu’elle pense un peu à elle au lieu de toujours s’inquiéter pour Blair, et tac ! En deux temps, deux mouvements, elle raye sa meilleure amie de la carte, bien que cette dernière l’a bien cherché en cherchant à tout prix à lui mettre des bâtons dans les roues, vexée qu’elle est de ne plus être la Reine incontestée du lycée… Je commence à me demander si Serena ne souffre pas d’un dédoublement de personnalité (je suis gentil, je ne critique pas le talent des scénaristes), à moins que ce ne soit tout simplement le fait qu’elle grandisse et qu’elle est en train de changer. Mouais, non, dans ce cas, c’est amené d’une manière très très très peu subtile… Hum !

Jenny : A la place de Rufus, je lui aurais mis deux claques à la Jenny ! Malheureusement, papa Humphrey traine derrière lui le fait d’avoir laissé de côté l’école pour se concacrer à son groupe de rock. Alors, forcément, sa fille se fiche bien de ne pas faire les mêmes erreurs que lui, elle s’appuie là-dessus pour tracer sa propre route (ce qui se résume ici à “je quitte le lycée à 15 ans pour me lancer dans la mode”. Il faut dire qu’elle est douée la petite puisqu’elle sauve carrément le défilé d’Eleanor.

Dan/Chuck : Dan et Chuck. Je dois dire que j’attendais avec impatience de voir ce que pourrait nous offrir ce duo improbable. La façon dont on nous les colle ensemble est un peu tirée par les cheveux (pourquoi Chuck voudrait passer son temps avec Dan, un type dont il se fiche éperdument, mais admettons, il s’emmerde, alors…) mais cela nous offre quelques scènes sympa même si je trouve que Dan agit de manière un peu trop stupide. Ok, il veut se mettre en danger, mais est-ce une raison pour aller frapper le type dont Chuck a traité la copine de pute ? C’est en tout cas un bon prétexte pour nous flanquer les deux garçons en prison et laisser Chuck se dévoiler un petit peu et expliquer que son père ne peut pas le blairer car il lui en veut d’avoir tué sa mère (morte à sa naissance). J’espère qu’il y aura une suite à cette intrigue sur les états d’âme de Chuck…

Lily/Bart : Ainsi Bart a découvert un secret sur Lily… Ah bon ? C’est très étrange, mais j’ai l’impression qu’il va finir par lui arriver un sale tour au père Bass.

Worst Week, Episode 1.02, “The Bird”
[Lun 29-09-08, CBS]

Une histoire d’oiseaux morts par inadvertance… On a comme l’impression que la série a déjà montré le meilleur d’elle-même dans son pilote. Car ce dernier foisonnait tellement de gags qu’il sera très difficile de faire mieux, voire aussi bien. Et comme la série ne fonctionne que sur les gags… Je vous laisse deviner. Mais ça reste sympa.

(crédits photos : HBO, The CW)

Note : Pas plus de séries au programme du fait d’un manque de temps et d’un retard dans le visionnage… Damn it !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nick 135 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte