Magazine Focus Emploi

"Les jeunes vivent plusieurs vies" Serge Tisseron

Publié le 06 octobre 2008 par Jérémy Dumont
                                            mai 2008
      "Les jeunes vivent plusieurs vies"
          

    Auteur de "Virtuel mon amour" (1), le psychanalyste Serge Tisseron a notamment étudié l’impact des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sur les jeunes. Il décrit le nouveau "rapport au monde" qu’ils en tirent, et conseille aux marques de laisser des espaces d’"intimité" aux jeunes consommateurs.

Comment les jeunes utilisent-ils les TIC ?

Les 15-25 ans utilisent les TIC avec entrain et curiosité, en explorant toutes leurs possibilités, contrairement à leurs aînés. Ils profitent "à fond", par exemple, des possibilités d’anonymat et d’emprunt d’identités. Cette curiosité rappelle celle de l’enfance, où l’on tripote tout et multiplie les expériences. Les TIC favorisent le maintien de l’attitude curieuse et exploratrice de la petite enfance. C’est d’ailleurs un conseil que l’on peut donner aux adultes : s’ils veulent profiter des TIC, qu’ils renouent avec cet esprit. Les TIC sont le "pays où l’enfance est permanente".

Les TIC sont aussi à l’origine du multitasking ?

Oui, dans le même moment, on peut écouter son MP3, regarder la télé et feuilleter un journal... Les jeunes ont été les premiers à le pratiquer et les adultes s’y mettent. Cela a commencé par le fait de rédiger ses devoirs avec la radio, puis devant la télé, enfin en téléphonant avec son mobile. Mais les individus ont toujours cherché à faire plusieurs choses en même temps. Cela fait bien longtemps qu’on écoute la radio en épluchant les légumes ou en se rasant par exemple. La nouveauté, c’est qu’aujourd’hui on fait non pas deux, mais trois ou quatre choses à la fois, que les TIC sont impliquées et qu’on a donné un nom à ce phénomène.

Le multitasking vous semble-t-il un phénomène durable ?

Oui. On est toujours plus sollicité et on manque de temps. Le résultat est qu’on cherche à faire plus de choses en parallèle… tout en réduisant son temps de sommeil. De plus, beaucoup de ces outils laissent les mains libres. La télécommande devient unique, le téléphone se greffe à l’oreille... La personne se retrouve pieds et poings "déliés" et peut faire autre chose. En outre, les modes d’emploi sont simplissimes, c’est le "plug and play", et quand il y a une panne, les machines s’auto réparent. Tout cela est-il mieux ou pire qu’avant ? Ni l’un ni l’autre. Les jeunes ont un nouveau rapport au monde, avec de nouvelles valeurs et de nouveaux repères - c’est tout.

N’exagérez vous pas en écrivant que l’ordinateur devient leur "premier interlocuteur" ?

Ce n’est pas la seule tendance, mais ça en est une. D’un côté, derrière les TIC, il y a effectivement un désir d’interagir avec les autres. Téléphoner, jouer en réseau, aller sur un site communautaire, tout cela est de la socialisation. Mais j’observe une autre tendance : celle de se "rabattre" sur l’ordinateur quand on est frustré en société. Une contrariété ? Le jeune se reporte vers un espace virtuel, et non plus vers un ami ou un parent. Toutefois, globalement, les jeunes ont toujours autant de plaisir à se rencontrer. Et si le virtuel est une porte vers l’imaginaire, c’est aussi un tremplin vers le réel. Mais à condition que notre vie réelle ne soit pas trop frustrante...

Qu’en est-il du mobile ?

Il offre une nouvelle "gestion" de sa présence aux autres. Avant, on était appelé, et on répondait ou on offrait la possibilité de laisser un message. Avec le mobile, maintenant, on peut être à la fois présent et absent, comme un avatar. On interagit avec la personne avec laquelle on parle, mais on peut faire beaucoup d’autres choses en même temps. Le jeune, en particulier avec ses amis, répond au téléphone, mais n’est jamais 100% disponible. Le ton est évasif, la qualité de la relation n’est pas garantie. C’est une illustration de plus du fait que les TIC donnent la priorité à la quantité sur la qualité. Regardez les sites communautaires ou les blogs : à quoi rime d’avoir "500 amis" ? C’est évidemment pour se consoler de l’impression pénible de n’en avoir aucun vrai.

Quelles évolutions envisagez-vous ?

D’abord la mobilité, parce qu’elle permet de lutter contre le risque de l’ennui, qu’elle crée un sentiment de liberté et que les TIC la favorisent. Le jeune veut être mobile dans ses relations, ses échanges, son emploi du temps. Les TIC lui offrent l’illusion de pouvoir mener plusieurs vies en parallèle, il en profite et la simultanéité devient reine. Mais souvent, l’illusion n’est là que pour cacher le vide. C’est pourquoi certains jeunes risquent d’entrer en résistance. Ils réduiront leur usage des TIC. Certes, ils conserveront leur mobile, pour des raisons de sécurité : pouvoir joindre et être joint à tout moment. Mais tout le monde n’aura pas un ordinateur dans sa poche pour lire ses mails. Devant les bouleversements, il y a toujours des "pros" et des "antis" qui se dégagent.

Suite

Publié par : jérémy dumont
Publié dans : le vide poches / médiasSource : on off mobile


(1) Albin Michel    


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jérémy Dumont 84 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog