Magazine

[PSP] Star Wars : The Force Unleashed

Publié le 06 octobre 2008 par Alex The Ghit
swtfu   Voilà le dernier jeu sur lequel je me suis amusé ces derniers temps, et dont j’avais bien envie de vous parler. Vu qu’il est sorti sur toutes les plateformes possibles et imaginables, j’imagine que vous l’avez peut-être essayé, vous aussi ? En tous cas je serais curieux d’avoir vos avis.
Pour ceux qui n'en auraient jamais entendu parler, Star Wars : The Force Unleashed vous fait incarner un apprenti Sith, dont le maître est Dark Vador, et qui utilise la force aux maximum de ses capacités, puisqu'il n'est pas contraint par le code des Jedi. Selon les studios qui ont réalisé le jeu vidéo, le scénario est étroitement imbriqué à celui des films et a été validé par Georges Lucas himself. Que de pression sur ce jeu, donc !   Je vais aborder le test de ce jeu sous deux aspects : le gameplay, pour commencer, puis le scénario.   Gameplay
Sur PSP, le jeu s’apparente à une espèce de God of War des étoiles. Vous incarnez un personnage à la troisième personne, qui se déplace au sein d’un environnement 3D et qui doit blaster des ennemis à tout va. Un beat them up à la Double Dragon mais en plus moderne, quoi.
Vous avez plusieurs possibilités pour vaincre vos ennemis. Tout d’abord, avec le sabre-laser, qui en plus de vous permettre de détruire des objets ou de tuer de l’ennemi vous sert aussi de bouclier contre les tirs ennemis. Vous pouvez d’ailleurs jeter votre arme au loin, la transformant ainsi en une arme de jet certes moins efficace qu’un pistolet, mais pratique pour atteindre des ennemis sans trop s’approcher.
Image
Ensuite, vous avez la Force avec vous. Et là, c’est le déluge d’effets spéciaux. Vous commencez avec les basiques, à savoir le « force push », qui vous permet d’envoyer valser tout ce qui se trouve devant vous, et le lancement d’éclairs de la main pour électrocuter ce que bon vous semble. A ces pouvoirs viennent s’ajouter d’autres que vous pouvez « acquérir » grâce aux points de force que vous accumulez en butant des ennemis. Ce sont des combinaisons plus ou moins spectaculaires et efficaces. Bien sûr, vous pouvez aussi augmenter la puissance d’un de ces pouvoirs.
Image
Vous vous battez donc contre des ennemis, et ce sans aucune subtilité. En gros, vous avez une mission, vous entrez dans un niveau ponctué par un ou deux boss. Le plus souvent, vous avez une grosse machine à exploser à mi parcours, puis un ennemi en chair et en os à la fin, Jedi ou mercenaire sur-équipé.
Les premières minutes sont absolument jouissives. Comme le titre du jeu l’indique, il n’y a pas de limitation « morale » à l’utilisation de la force. Vous avez deux jauges d’énergie, une pour la santé (que vous pouvez remplir avec des petites fioles rouges disséminées tout au long du jeu), et une pour la force (qui se remplit toute seule assez rapidement). Vous n’avez pas de morale, ça signifie donc que vos ennemis, vous les tuez, vous les broyez, vous les explosez, vous les déchiquetez, avec la subtilité d’un mammouth en période de rut. Les effets sont spectaculaires, ça explose dans tous les sens, ça voltige en haut et en bas, on en prend plein les yeux, c’est un régal.
Image
Et puis, quand on avance dans le jeu, on finit par se lasser. En fait, c’est tout le temps la même chose : on entre dans un monde, on tue tout ce qui bouge, on écrase ses deux boss, et on recommence au monde suivant. L’action est extrêmement répétitive, malgré la beauté des décors, la variété des ennemis, exploser des gens à tout va, c’est marrant un moment, et puis on aimerait bien voir autre chose.
En plus, par moments, on est perdu à cause des caméras (eternel problème des jeux en 3D). Mettons que vous vous faites souffler par une explosion quelconque, et que vous êtes rabattu contre un mur. La caméra va automatiquement se centrer sur vous, et vous ne verrez plus les ennemis qui arrivent (en masse) vers vous. Agaçant.
Un autre point qui m’a légèrement ennuyé, c’est que pour finir les boss, vous devez entrer des combinaisons de touches sans vous tromper. Le principe est sympathique, mais on rate du coup les actions du personnage tant on est concentré pour ne pas rater une touche !
Par moments, toute cette action est vraiment fatigante. Je pense surtout au dernier niveau, où les ennemis sont extrêmement nombreux, où ça tire dans tous les sens, où on ne sait même plus qui fait quoi et où on appuie comme un abruti sur toutes les touches pour s’en sortir. Et le dernier boss est à l’image du niveau, ça explose dans tous les sens, on a des éclairs partout, on n’y comprend plus rien !
Image
L’histoire
Là, je vais spoiler, attention donc si vous n’y avez pas encore joué.
L’histoire commence par l’attaque de la planète Wookie par les forces impériales. Le seigneur Dark Vador s’y rend pour une mission toute personnelle : on y a signalé un Jedi qu’il doit tuer. Après divers combats, il affronte ce Jedi et le tue brutalement. C’est alors qu’il découvre le fils, petit garçon qui semble prometteur car déjà plus puissant que feu son père. Dark Vador décide d’en faire son apprenti en cachette, pour pouvoir renverser l’Empereur quand le moment sera venu.
L’histoire se poursuit 20 ans plus tard. Vous êtes cet apprenti Sith, et votre seigneur et maître vous envoie aux quatre coins de la galaxie combattre es ennemis de l’Empire.
Image
L’histoire, donc, est très prometteuse. On se situe entre les épisodes 3 et 4, à un moment clef de la saga. En plus, on commence le premier niveau en jouant Dark Vador lui-même, l’ennemi de légende. Que du bon.
Sauf que les scénaristes ont trouvé le moyen de ruiner encore plus la légende qu’avec la première trilogie. En effet, ce pauvre gamin sorti d’on ne sait où va être amener à combattre Dark Vador et l’Empereur, et à les battre en duel ! Non mais n’importe quoi ! Ca veut dire quoi, tout ça ? Que les deux personnages les plus malfaisants et soit disant les plus puissants de la saga ne sont que des lopettes ? C’est décevant à un point ! Moi, je m’attendais à ce que vers la fin, on reprenne le rôle de Dark Vador et qu’on doive battre son ancien apprenti. Prouvant que malgré ses progrès, le seigneur Vador reste le plus puissant détenteur de la force. Alors que le gamin batte Vador, passons, Georges Lucas a déjà détruit le mythe en montrant qu’il n’était en fait qu’une pédale trop sensible qui n’a jamais gagné aucun combat. Mais l’Empereur ? Un gamin bat coup sur coup les deux plus grands seigneur Sith de l’Univers ? Vraiment ridicule. Quand on repense aux combats qu’a mené Luke Skywalker dans les épisodes 4, 5 et 6, on finit par se dire qu’il n’avait pas vraiment de mérite.
Image
Voilà donc ma conclusion : le pouvoir de la force est un jeu qui défoule, mais dans la prolongation des épisodes 1, 2 et 3. On y détruit des mythes, et on s’ennuie un peu.   Discuter de cet article dans les forums. (0 Messages) 

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-ętre :

  • Le serpent
  • Die Hard 4.0
  • Black Snake Moan
  • Transformers
  • Le Come-back
  • Interdiction de mourir sous peine de lourdes sanctions
  • La cité interdite
  • Sunshine
  • L'oreille interne, de Robert Silverberg
  • Le livre de Joe, de Jonathan Tropper

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alex The Ghit 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte