Magazine

La nouvelle brochure sur "L'île" est enfin publiée.

Publié le 06 octobre 2008 par Princesse101

Ainsi va la brochure:

"Au large, il existe cette île, source de mille lumières plus flamboyantes les unes que les autres. Des rayons arc en ciel de lumière enchantrice et salvatrice en émanent. Son aura est douce et apaisante. Son rayonnement à la fois source de plaisir et de séduction. Lorsque l'on embarque pour l'île, on embarque les yeux fermés et le coeur ouvert. 

Sur la frêle embarcation qui y mène, on se sent aussi fort que Jack Dawson sur la proue du Titanic. Le vent dans les cheveux, le soleil sur le visage, la ligne d'horizon loin à l'infini paisiblement calée derrière la jonction entre le ciel bleu azur et la mer bleue turquoise. 

L''île attire toutes les âmes. Sans préférence, sans distinction. Tous les rêves et toutes les vies y sont permis. Il est même conseillé d'explorer, de vivre, de rêver, d'imaginer à loisirs. Cette île recèle des trésors de promesses et d'espoirs. Plus qu'il n'en faut pour toute une vie."

Alors, on se laisse porter, et dans le creux de son coeur, puis dans le creux de sa tête, puis dans son corps tout entier, on se laisse prendre au jeu de la brochure, et on rêve, on imagine, on formule des attentes sans même s'en rendre compte. Puis ces attentes grandissent toutes seules, nourries par l'optimisme débordant du voyage vers l'île. 

La seule chose que la brochure ne mentionne pas, c'est le doux nom de l'île vers laquelle on vogue le coeur léger et plein d'attentes: 

L'Ile de la Déception. (Forcément, ce n'est dit qu'en caractères de taille 4, en quatrième de couverture.)

Alors une fois arrivé sur l'île, c'est là qu'on revient sur terre. 

- Le café que l'on fait n'est jamais aussi bien dosé que celui que l'on pensait boire.

- Les journées que l'on passe ne sont jamais celles que l'on avait programmées.

- Les gâteaux que l'on enfourne ne ressemblent en rien à ceux que l'on avait imaginés avec la recette.

- Les nuits ne sont jamais aussi reposantes que celles que l'on avait espérées.

- Les chaussures que l'on porte jamais aussi confortables que celles qu'on avait rêvées pour nos pieds.

- Les relations humaines jamais aussi belles que celles que l'on avait fabriquées dans notre petit coeur.

C'est pourquoi, moi, j'ai renoncé officiellement à m'embarquer pour un nouveau voyage vers l'île de la déception: ne pas se formuler d'attentes est la meilleure voie possible pour ne pas être déçue.... "Prendre ce qui vient ", Confucius l'a dit bien avant moi.... Y'a plus qu'à;) 

Read and post comments | Send to a friend


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Princesse101 1302 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte