Magazine Politique

LBO, LBO, LBO, Libéraux, LBO, Libéraux, LBO....

Publié le 07 octobre 2008 par Dagrouik

Vous avez tous entendu parler des Subprimes, ces délires sur des dettes transformées en titre boursiers. Vous vous demandez ce qui a permis cette horreur : c'est la dérégulation des banques chère aux Libéraux et quelques idées loufoques comparable à celle qui expliquerait que les arbres peuvent grimper jusqu'au ciel.

On ne les a pas trop entendu ces libéraux, devant l'intervention gargantuesque de l'état fédéral américain qui va sortir 700 milliards de Dollars pour soutenir les établissements bancaires ayant fauté dans les subprimes. Et oui, il faut sortir des sous publics, par ce que ces banques là n'ont plus d'argent en caisse ou n'en n'ont même jamais eu. C'est une histoire de taux de couverture qu'on a ramené de 9:1 à bien moins. Pour en savoir plus regardez cette vidéo. Ce n'est plus de l'argent que s'échangent les banques, ce sont des dettes. Qu'est ce qui a permis la croissance US ces dernières années ? Un endettement record de l'état fédéral et des particuliers.

l'Etat fédéral US va donc sortir 700 milliards. Et là ça ne va pas être de vrais dollars, ce seront des bons du trésor US pour 700 milliards. Et qui va donc acheter tout ça ? Je vous le donne en mille : les Chinois. Qui va voir sa dette exploser encore une fois ? les USA... On a vu des nations européennes mettre des fonds publics dans des banques, certains appellent ça nationalisation ce qui est faux. Là ce sont des prises de participation, mais on sait déjà que les journalistes sont adeptes de raccourcis.

Et nos libéraux dans tout ça ? Ca serait bien qu'ils nous expliquent que c'est un trop plein de régulation qui a permis cette horreur des subprimes où on transforme en titre boursier la dette d'un individu pas trop solvable au vu des conditions de crédit et du fantasme des arbres. Certaines têtes d'œuf avaient modélisé une hausse permanente de l'immobilier permettant de générer du nouveau faux-cash sous forme de dettes hypothécaires.

C'est sans doute le trop plein de régulation qui a expliqué que certaines agences mettaient des notes AAA partout, ce qui a expliqué que des investisseurs se sont jeté sur les titres en question... D'où leur mouvement de panique au moment où l'un de ces monstres s'est vautré.

La main invisible s'est donc plantée. Et elle se prépare aussi à un second plantage, qui risque de faire mal dans l'Union Européenne.

Mais alors c'est quoi LBO ? Wikipedia peut vous aider un peu à y voir clair :

Un financement d'acquisition par emprunt, également désignée par le sigle LBO (pour l'anglais leveraged buy-out) consiste à racheter une société en s'appuyant sur un effet de levier financier, c'est-à-dire en faisant appel à des organismes spécialisés qui financent cette reprise par de l'endettement. On parle aussi de rachat par effet de levier.

Voilà donc un nouveau mystère, ça commence simplement, une petite société A rachète une société B à crédit. Cela vous semble correct et possible. Voyons la suite, des opérations. En fait, A est un fond d'investissement.C'est ainsi qu'ils se présentent avec vieux gris et jeunes loups en costumes à 1K€. En fait d'investissement, on pourrait plutôt parler de vampirisation de l'économie réelle.

Tout ça est fait pour récupérer du cash avant de devoir rembourser le crédit, et le tout en n'étant pas très solvable, vu que les fonds propres du fond ne sont pas si importants que ça. Les acteurs LBO vont donc puiser dans les caisses de l'entreprise et chercher la rentabilité immédiate.

Pour ce faire, le meilleur moyen dans les dogmes libéraux, c'est de se débarrasser de ces fainéants de salariés, y compris quand la société B est rentable, génère du cash. C'est arrivé à une connaissance, qui m'a expliqué que sous l'effet d'un premier fond LBO , l'effectif de son entreprise parisienne (machine à cash) est passé de 300 à 180 salariés. Pour un libéral, ce n'est pas grave, ce ne sont que des dégâts collatéraux. Où est donc l'excès de régulation qui empêche cela ?

Une fois le fond LBO gavé ou partiellement gavé, il va rapidement revendre la société B - lessivée - et en apparence plus rentable à un autre fond ou investisseur. Et ce à un prix supérieur à son prix d'achat! Et grâce à un nouveau LBO se jeter sur une autre cible qui subira le même sort: On va extraire le maximum de cash de l'entreprise ( caisse, stock, réduction d'effectifs et vente d'actifs) et la revendre 12 ou 18 mois plus tard... en prenant un nouveau crédit pour une opération LBO et laissant derrière eux des sociétés vidées de leur actifs avec effectifs réduits et en grande difficulté pour rembourser leurs nouvelles dettes que les rapaces ont crée en sachant que de toute façon d'autres rapaces allaient reprendre l'activité via un LBO ou même s'en foutent complètement. Et bien sûr le cash est parti dans les poches des actionnaires du fond.

Cette petite vidéo avec des playmobils comme acteurs va vous expliquer comment tout cela se produit dans les faits.

Est-ce que nous souffrons là d'un excès de réglementation que nos libéraux dénoncent régulièrement ? En tout cas, si vous avez des craintes et que par exemple votre entreprise bénéficie des services merveilleux d'un fond d'investissements... Alors vérifiez le pédigrée de celui-ci. Un bon site d'information est collectif-LBO. Le site est moche, mais il est rempli d'informations utiles.

Là, vous vous dite qu'il y a un soucis : On ne va pas laisser des fonds LBO racheter à crédit des trucs à crédits qui sortent pas totalement sains ? Vous espérez qu'on ne va pas prêter tant d'argent à des gens si peu solvable ? Et bien si, et des gogos libéraux peuvent vous expliquer que le LBO c'est bien et qu'on peut transmettre son entreprise par ce bias. Attention, si vous cliquez sur ce lien, ne soyez pas étonné du résultat et du langage très rassurant limite glorification du LBO, c'est le journal du Management.

Bon, a ce niveau là vous vous dites : OK, ce sont les banques qui financent les LBO qui ont foiré, elles vont récupérer la mise de fond. Bien sûr que non, les entreprises achetées sont vampirisées et endettées auprès des mêmes banques. Tout ça représente quand même 140 milliards d'Euros de prêts LBO sur toute l'UE pour l'année 2007 et 26 milliards en France, avec la BNB, Société Générale et Crédit Lyonnais les plus exposées selon le Canard Enchaîné.

Les banques, pas toujours aussi idiotes dès qu'il s'agit de se protéger ont donc commis un autre monstre: Elles ont transformés en titres boursiers ces dettes LBO. Une nouvelle titrisation boursière de dettes, ça ne vous rappelle rien ? Les Subprimes. Sans doute là est-ce encore un excès de régulation qui permet cette horreur sans fondement réel ? Et tout cela est donc placé en bourse, sous formes de titres.

Alors, les libéraux? Ce sont des excès de régulation et de puissance publique qui ont permis ces montres ? Et bien sûrs des fonds endettés dans des ratios de 32 fois leur fonds propres pouvaient encore être notés AAA par ces fameuses agences de notation, censées apporter de l'éthique à un système vermoulu.

Sans doute encore un excès de régulation, n'est-ce pas les libéraux ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dagrouik 2453 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines