Magazine Ebusiness

3D Secure, mais pas tout de suite

Publié le 07 octobre 2008 par Marie Servagnat

Depuis le 1er octobre les ecommerçants ont la possibilité de mettre en place le paiement par carte bancaire 3D Secure. Un système qui, comme dans une vraie boutique, demande au possesseur de la carte de rentrer un identifiant personnel et de répondre à une question pour valider la transaction. Par défaut il semble que les banques françaises aient choisi la date de naissance comme question personnelle…

Un choix qui laisse songeur, car lorsqu’on se fait voler son portefeuille avec sa CB, la carte d’identité ou le permis n’est généralement pas très loin, sans parler des réseaux sociaux où l’on trouve facilement ce genre d’info. Cela dit ne crachons pas dans la soupe, 3D Secure est une excellente nouvelle pour les ecommerçants qui n’auront plus à subir la charge des impayés qui pouvaient vite grossir, surtout durant l’été comme je le raconte ici. Et du point de vue du client, ils n’auront plus à craindre l’utilisation de leur numéro de carte bleu par un tiers mal attentionné. Pour le moment seulement 1% des ecommerçants français l’on adopté, mais le mouvement devrait s’amplifier dans les mois qui viennent. De mon côté, j’ai été voir ma banque, le LCL, qui présente d’ailleurs le système sur son site pour avoir plus d’info et éventuellement souscrire à cette option, mais sur place, personne ne semble au courant des modalités et des coûts, et pour tout dire de l’existence même de 3D Secure. Ça laisse songeur.

En fonction du coût de 3D Secure, cela peut être une très bonne alternative à la solution d’assurance Fia-Net qui garantit les transactions pour les commerçants, une fois celle-ci validées grâce à certains nombres de points de vérification comme la présence dans les annuaires, le fait que le mail soit gratuit (hotmail, yahoo…) ou payant, ou encore sur l’historique de m’acheteur si celui-ci a déjà acheté sur un site Fia-Net. Au Royaume Uni, 25 millions de personnes utilisent 3D Secure. Il faut dire que les principales banques anglaises ont rendu le système obligatoire, et facturé sous forme d’abonnement (sic…), auprès des particuliers… Sinon, ceux-ci ne peuvent pas faire d’achat sur Internet ! Mais “dommage collatéral” de cette sécurisation renforcée : il y a eu ”40% d’abandons en plus au moment du paiement lors de l’introduction du dispositif en Angleterre !”. Je crois qu’il est urgent d’attendre…


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marie Servagnat 62 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines