Magazine

Les Parisiens sont-ils tous des cons ?

Publié le 07 octobre 2008 par Alxh
2007-10-05_photo032a.jpgComme tout bon ex-provincial, j’ai du passer le cap du changement de plaque numérologique sur ma caisse et apposer sur cette sacro sainte plaque le 75 de la non moins sacro sainte Babylone.
Je vous passe les f.....g commentaires des voisins consanguins et accessoirement demeurés du village, du bled, du trou perdu de mes origines, mais le fait est là je suis 75 depuis quelques années maintenant.
Las de me faire klaxonner par tous les teubés imaginant que leur Normandie natale est le plus beau pays du monde, et que la bouse de leur vache sent le patchouli, je me comporte conformément à leurs attentes : en GROS CON. Je me gare comme une taupe (t’as déjà vu une taupe se garer toi ? Non, et bah c’est pas beau à voir) et j’emmerde le doux peuple même pas élu. Comme ça y’a pas erreur sur la marchandise.
Et je ne peux pas leur en vouloir car conduire dans Paris, c’est prendre des habitudes, c’est se battre contre la terre entière. Oublie ton code, oublie tes neurones, oublie tout et écrase ce crétin de piéton qui ose passer au rouge. C’est la GUERRE. Oublions les droits de l’homme et passons au je passe et j’t’emmerde !
Mais il y a pire, la recherche de la place "stationnement résident" de sa race. Celle avec des pastilles jaunes sur les horodateurs, le saint Graal du conducteur sur les dents, le symbole du racket des pollueurs volontaires et des toxicos de l’échappement. (J’aime pas la nature, elle est dangereuse, on se voue une haine réciproque).
Et puis il y a des petits miracles comme dimanche soir, Paris X, 23heures. Après un marathon famille / cuite / présentation de nouveau né dans notre trop chère Normandie, deux anges en Velib. Ils me voient me galérer à tenter d’entrer ma Polo dans une place tout juste bonne pour une Smart. Ces deux braves gens descendent de leurs montures, ouvrent la voiture devant la mienne (qui était la leur, enfin j’espère) et la pousse pour me laisser m’introduire en tout bien tout honneur dans une place parfaite.
J’ai pleuré. On aurait dit un épisode de "Plus Belle La Vie" mais pas à Marseille. Puis ils sont partis, dignes, tels des héros des temps modernes sur leurs fidèles destriers.
Parisiens, à cette minute je vous ai aimé. 
Prochaine note je ferai un truc viril, genre démonter un moteur de mobylette et mettre un kit polini turbo pour passer de 0 à 80  en moins d’une heure et je vous dévoilerai mon comportement hautement civique en vélo.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alxh 43 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog