Magazine

USA : À un battement de cœur près…

Publié le 10 octobre 2008 par Collectifnrv

Un journaliste américain dans un raccourci propre à beaucoup de ses confrères, et dans le bon goût si délicat qui caractérise les professionnels de l’information aux USA, a lancé l’idée suivante ; John Mac Caïn, jouissant, si on peut dire, d’une santé assez déficiente et d’un âge plutôt avancé, il ne serait point étonnant que Sarah Palin, sa co-listière, ne soit contrainte de le remplacer, celui-ci ayant passé l’arme à gauche durant son mandat, d’où l’expression exquise et délicieuse que la vice présidente serait "à un battement de cœur de la Présidence des États Unis"…

mac.jpg

On aurait pu également dire avec malice "à une métastase près" mais aux USA, apparemment, on peut  plaisanter sur les accidents cardiaques, un peu moins sur les maladies...
Tout ceci pour vous avouer, mes amis, combien cette phrase a provoqué chez moi une anxiété terrible ! Dites moi ? Regardez moi dans les yeux : ne sommes nous  pas tous à un battement de cœur de la fin de notre existence ?

Tiens ! Au moment où j’appuie sur les touches de mon clavier ne vais je pas m'écrouler brutalement  ?

Quelle angoisse !
Avez vous conscience de la vanité de la pensée humaine ?  À quoi tient finalement le destin du monde ? À un battement de cœur. À une goutte de sperme ? Avez vous  déjà imaginé cette hypothèse : et si le spermatozoïde qui a atteint le premier, l’ovule de la mère d’Hitler était arrivé quelques dixièmes de seconde plus tard ? Adolf se fût prénommé Delphine et la face de la planète eut été complètement chamboulée…
À quoi tient notre existence tout de même ! À quelques dixièmes de seconde près...

Trêve de plaisanteries.

Bon ! Admettons que le coeur de l'infortuné John s'arrête de battre et projetons nous dans le futur…

Sarah Palin a prêté serment...
La théorie du créationnisme triomphe : voilà les enfants américains obligés d’apprendre qu’il y a 6000 ans, nos ancêtres gardaient des troupeaux de dinosaures qu’ils devaient traire tous les jours et que Dieu a créé la terre et ses créatures en 7 jours…

Chaque femme est considérée comme  une sorcière potentielle qu'il est nécessaire de  désenvoûter régulièrement par un prêtre exorciste…

Le tir au fusil  sur des ours blancs élevés en batterie est devenu une option dans les Universités américaines

La prière obligatoire sur son lieu de travail, matin, midi et soir. L’écologie devient une discipline considérée comme une hérésie passible d’un séjour en Alaska par – 30° C sur une plate forme de forage pétrolier.

Voici ce qui pourrait arriver à nos amis américains si le coeur si fragile de Mac Caïn venait à s'arrêter. Pourquoi ressentez vous des frissons ?

En ce moment toute la presse européenne s'accorde à clamer que Barack Obama est archi favori dans la course à la Maison Blanche selon les sondages. Je suis hélas persuadé du contraire : nous verrons bien dans 3 semaines...

Capt-2212541.jpg

Car...

La middle class américaine éprise de télé réalité, désespérément "beauf" et complètement bouleversée par la crise financière semble particulièrement friande de ce populisme un peu vulgaire et sans complexe qu'incarne  "sexy Sarah", avec sa gouaille et son clin d'oeil enjôleur (Wink en anglais - voir vidéo) digne d'une fille de mauvaise vie, un peu bécasse, qui vous promet avec rouerie le 17ème ciel pour seulement quelques actions Lehman & Brothers. Bien sûr, vous pensiez la rouler avec ces titres,  désormais cotées au prix du papier, que vous auriez réussi à lui fourguer en ces funestes jours où votre patrimoine a pris un sacré coup de jeune, retrouvant le niveau du montant de votre tirelire lors de l'anniversaire de vos 8 ans mais la guêpe est moins folle qu'il n'y parait...

Messieurs, méfiez vous de cette fausse naïveté car il se pourrait que Madame Thatcher de sinistre mémoire n'aie été qu'une midinette ingénue à côté de cette fausse poupée aux canines limées pour l'instant

Parce que vous l'avez compris, de nos jours, inutile d'être une lumière pour devenir le principal dirigeant d'un grand pays comme les USA : il suffit d'inspirer confiance et sympathie. Qu'importe la compétence, l'intelligence, seules comptent une certaine apparence de vulnérabilité et de fragilité, une sensibilité similaire à celle du citoyen moyen et la proximité supposée avec le peuple.

Aux USA, le populisme de droite, depuis Ronald Reagan, a gagné ses lettres de noblesse et Bill Clinton dont on loue à tort les capacités (n'est il pas un des principaux responsables fondateurs de la crise actuelle par la dérégulation excessive des marchés financiers ? Qu'a t-il réformé dans la société américaine ?) n'a certainement pas été, loin s'en faut, on s'en rendra compte progressivement,  une exception.

Vous dire que nous sommes bien mal partis me semble relever d'un doux euphémisme

ours.jpg
 : sans jouer les oiseaux de mauvais augures, il me semble que notre société se dirige droit vers une crise encore pire que celle imaginée, et ce, encadrée par des oligarchies et des dirigeants politiques occidentaux assez peu qualifiés et relativement incompétents pour faire face à une telle situation.

Ces élites  sont pourtant l'émanation démocratique de peuples étourdis par les médias tenus par ces mêmes intérêts financiers car n'oublions pas que dans une société démocratique, seulement 5 % d'électeurs peuvent faire basculer une majorité, d'où l'importance considérable de la maimise sur l'univers médiatique pour gagner ces électeurs fluctuants.

Nous autres, citoyens ordinaires sous le coup d'une propagande habile,  peu au fait de l'économie, accordant plus d'importance aux émotions et à l'apparence  qu'aux idées et à la raison, considérant la politique comme étrangère à nos préoccupations et forcément pourrie étions devenus, pour la plupart, jusqu'à cette crise qui laissera des traces, les ardents défenseurs de la société actuelle. 

Toutefois, il me vient à m'interroger : lors de déséquilibres trop importants, une sorte  "d'intelligence collective" n'a t-elle point anticipée une crise dont on se demande parfois si elle n'a pas été souhaitées par chacun d'entre nous, au plus profond de notre inconscient collectif, pour défaire un système qui générait trop d'injustices et de troubles et qui à long terme risquait de mettre l'essence même de notre société et de nos vies en péril ? Parce que, quoi qu'on en dise, j'ai ressenti, à mon niveau, la crise économique depuis plus de deux ans !

Mais si je me lance dans la philosophie de comptoir, je risque de ressembler de plus en plus à la future Présidente des États Unis d'Amérique, Sarah Palin, moi qui n'ait d'autre but que de vous distraire.

Ceci dit...

Possesseurs de cash, amateurs de trusts et de conglomérats gigantesques, requins des indices boursiers, bon appétit mais gare aux indigestions ! Un monde nouveau, encore meilleur pour vous que le précédent vous tend les bras.

Un univers de gigas groupes. Big fathers...

palin5.jpg
Enfin un petit message affectueux et sarcastique à mes copains néo-libéraux qui se reconnaîtront : longue vie aux nationalisations (provisoires, ne nous leurrons pas)  d'une grande partie du système bancaire européen qui ne sauraient tarderet pour mes amis Sylvestre, Beytout, Aphatie, Marseille, Baverez et tant d'autres propagandistes patentés tellement sectaires qu'ils en ont perdu tout discernement :  bonjour à l'accroissement exponentiel des dettes publiques des pays occidentaux dues au sauvetage des meubles luxueux et coûteux du libéralisme mondial qu'ils défendent toujours becs et ongles mais devant un auditoire de plus en plus clairsemé !

Désormais, inutile de gémir sur la  dette publique : elle passera pour notre pays de la taille d'une mare à celle d'un abîme et pour les nations qui avaient une dette relativement modeste de la grosseur d'un terrier à la profondeur d'un gouffre.

Foutaises donc que ces combats d'arrière garde ! De toutes manières, les dettes publiques deviendront abyssales ! Quant à l'attitude passée de la BCE, on en reparlera dans quelques mois et la campagne de propagande développée frénétiquement par M. Trichet, largement relayée par les laudateurs habituels du néo-libéralisme par ailleurs assez peu férus en économie vu leur formation et leur activité. Lequel président de la BCE cherche à se faire passer pour le sauveur  de l'économie et de la monnaie européenne, conduite se révèlant pour le moins  largement abusive et superflue : l'avenir est souvent impitoyable.

Allez Sarah ! Toi, la future et première femme Présidente of the Unites States of America  (l'eusses-tu cru ?), fais nous au moins rire avec tes oeillades (voir vidéo) avant de nous faire pleurer de désespoir !

On attendait Hillary, et à la surprise générale, ce fut Sarah.

"Destinu" comme il est dit en Corse, avec fatalisme, lorsqu'on découvre le cadavre de son voisin au détour d'un sentier...

Et n'oubliez pas : l'essentiel est de conserver une bonne santé, c'est en général ce qu'on dit quand tout part à vau-l'eau ! So long les gens, gardez vous bien !

Bye bye.

Cui cui, fragile, vulnérable, gauche, fataliste et apôtre de la philosophie à 2 kopecks...



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Collectifnrv 241 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte