Magazine Séries

Fringe - saison 1 - episode 2 - the same old school

Publié le 07 octobre 2008 par Ryan

Fringe - saison 1 - episode 2 - the same old school
* * * * * * * * * *
Je n'ai pas été complétement séduit par le pilote de Fringe, mais je crois que maintenant c'est fait. Finalement, un épisode d'une durée moindre et une intrigue beaucoup plus prenante, ça aide pas mal. Bien sur, il y a encore quelques petites choses qui ne vont pas, mais l'ensemble est bon, parfois même très bon. Le pilote donnait l'image d'une série qui allait beaucoup développer sa mythologie, mais au contraire Fringe sera faite d'épisodes indépendants en grande partie. En temps normal, j'aurai pu avoir des craintes car je préfère et de loin les séries plus feuilletonnantes, mais ce second épisode prouve bien que la série pourrait très bien fonctionner avec de simples looners, car on intègre des détails mythologiques et des mystères, et au final, ils sont beaucoup moins indépendants qu'ils en ont l'air. Le problème de la série se situe par rapport aux personnages qui ne sont pour l'instant pas très attachants, même s'ils demeurent sympathiques, on sent que le potentiel est là, mais ne décolle pas véritablement. Tout du moins pour le moment. Mais pour le moment, on ne peut s'empêcher de faire la comparaison des anciennes créations de J.J Abrahams comme Alias ou Lost. Et cela porte un peu préjudice à la série, et même si celle-ci reste de très bonne facture pour le moment, on ne peut qu'en attendre davantage. Pourtant, on ne peut pas lui repprocher grand chose, à commencer par la réalisation qui est parfaitement admirable. L'enquête du jour également, où l'on est pris dans l'action du début à la fin. Enfin surtout au début pour tout dire, car le teaser est tout à fait excellent et constitue à lui tout seul le must de l'épisode. Une call girl ressent de très puissantes douleurs dans le ventre, elle se tord de douleurs et l'on aperçoit son ventre gonflé à vue d'oeil. A peine son compagnon d'une seule nuit l'accompagne et la largue à,l'hopital qu'elle accouche d'un bébé en seulement quelques minutes. Encore plus étrange, son bébé vieillit lui aussi en quelques minutes et meurt. La mère aussi d'ailleurs pendant l'opération. Voilà une mise en bouche comme on les aime, et dès cette scène étonnante et angoissante, on est pris dans le récit.
On ne reste pourtant pas bien longtemps dans le mystère, et le tout est vite expliqué. L'homme que l'on voit en début d'épisode a été victime de dangereuses expériences scientifiiques, Et cela le fait vieillir à un rythme bien rapide, pour survivre il tue des call girl et leur prend une partie du cerveau dont il se sert pour survivre. Voilà pourquoi l'enfant qui était de lui a grandi si vite et est mort. Toute cette intrigue est très bien construite, car elle semble lié à l'ensemble des personnages. Tout d'abord à Olivia qui connait le fameux tueur, puisqu'elle le traque depuis de nombreuses années avec son défunt coéquipier et amant, John. Le fantôme de ce personnage plane toujours au-dessus de sa tête, et elle semble toujours hanté par ce dernier, mais aussi par sa trahison. La scène du rêve est à la fois drôle et très flippante, tout comme le boss de la compagnie que je continue de trouver particulièrement inquiétant. Mais Olivia n'est la seule à être lier à cette affaire, il y a aussi ce cher Walter Bishop qui n'a sans doute pas fait que des expériences scientifiques très légales. C'est un personnage également troublant et enigmatique, mais étrangement attachant. Il faut maintenant en savoir plus à son sujet. Je parlais d'Olivia, et je suis presque convaincu par la prestation d'Anna Torv. Elle n'est pas époustouflante, mais elle est sobre et correcte. Elle ne s'en sort finalement pas mal du tout, alors que c'est typiquement le genre d'héroine boulet pouvant devenir enervante, et pour l'instant ce n'est pas trop le cas. Estimons-nous heureux. Et c'est un peu une généralité dans la série, aucun n'est enervant, mais personne ne sort vraiment du lot. La secrétaire nous montre qu'elle sait parler mais on ne sait quasiment rien d'elle jusqu'à présent. Kirk Acevedo est toujours aussi sympathique, mais pour l'instant il offre le service minimum, un peu dommage de ce côté là. Il faut regarder le trio principal pour trouver des personnages un tant soit peu attachants. Après, pas de raison de s'inquiéter, car ce n'est que le second épisode, on a tout le temps pour développer les divers personnages. Pour ce qui est de l'enquête du jour, elle trouve une bonne conclusion, et les divers moyens pour trouver le mystérieux tueur est efficace et prenante, mais sans doute un peu trop rapide. Par exemple, le matériel miracle servant à découvrir les dernières images vues par la rétine de la victime, c'était un peu facile et même très gros pour aboutir à la découverte du serial killer. Mais à part ce léger détail, tout se passe assez bien. Et l'intrigue indépendante est particulièrement prenante, et c'est avant tout cela que je retiens.
A l'instar de X-Files et Lost, la série semble determiner à poser de nombreuses questions, et dès cet épisode on nage dans le mystère et l'angoisse. Pour autant, la série semble bien maitrisé, pas sur qu'elle le soit véritablement, mais elle en donne l'impression. Il y a tout d'abord le père du tueur en série qui est plus ou moins lié à Walter, c'est très intriguant et on ne demande qu'à en savoir plus. Il y a aussi Olivia qui reçoit une offre de la part de Massive Dynamics, mais qui la refuse pourtant. Là aussi, on reste assez dans le flou à propos de cette compagnie très trouble, et cela sera sans doute un arc principal dans la série, une conspiration est à prévoir de toute évidence. Pourtant, ce n'est pas vraiment ce qu'il y a de plus réussi pour le moment, mais mieux vaut laisser le temps agir. Les meilleures scènes, on les doit une fois de plus aux Bishop, où l'on ne sait plus vraiment sur quel pied danser. Peter va bien sur rester auprès de son père et d'Olivia, et l'on sent déja une tension sexuelle entre eux, mais ce n'est pas très developpé pour le moment. Walter est très étrange comme personnage, souvent à côté de ses pompes, mais il donne pourtant l'impression d'être très intelligent et même de cacher certaines choses qui pourrait d'avérer capitales. La dernière scène entre Walter et Peter est très tendre et même touchante, montrant bien leur relation où Peter tente de jouer les pères pour éviter à Walter de perdre pied, ce qu'il pourrait faire à tout instant vu son atttitude imprévisible. Par contre, l'on se pose beaucoup de questions sur Peter, et je n'ai pas du tout vu venir le cliffangher où Olivia comprend à demi mots que Peter pourrait vouloir cacher de nombreuses choses de son passé. Je n'ai vraiment pas vu arriver ce rebondissement, et c'est donc très bien joué. Le dossier médical de Peter serait donc caché on ne sait où, car visiblement le beau gosse cynique aurait des choses à cacher, on sous entend plein de choses, et ce mystère là est déja très prometteur. Très bien joué également car cela pourrait permettre à Joshua Jackson de jouer autre chose que le marrant du coin faisant les yeux doux à l'héroine.
Bilan : Un très bon épisode où l'on cerne mieux la série qui s'améliore face au pilote. L'enquête du jour est particulièrement prenante et angoissante, et les différents personnages trouvent leur place. La mythologie trouve également une place à travers cet épisode indépendant, c'est donc du mieux. Mais maintenant, il faudra continuer à améliorer et surtout à confirmer sur la distance puisque la série vient tout juste d'obtenir une saison complète de la part de la FOX.
Bonus : La bande annonce du prochain épisode.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ryan 13 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine