Magazine France

Réforme des collectivités territoriales : la tentation monarchique

Publié le 12 octobre 2008 par Juan
La réforme des collectivités territoriales est en passe de devenir une réalité. début octobre, Nicolas Sarkozy a demandé à Edouard Balladur de présider une commission chargée d'établir des propositions. Après la modification de la Constitution, la tentation monarchique réapparaît.
Simplifier le système
La France empile des structures administratives et autorités locales : fusionner les départements et les Régions permettrait d'économiser des élus, des règlementations, et des budgets. La commission des lois de l'Assemblée Nationale s'est empressée de publier un avis rejettant la suppression des départements, mercredi 8 octobre.

"Partageant l'objectif de réduire le nombre de collectivités, les députés préfèrent les inciter à se regrouper "volontairement" dans un délai d'un an, au terme duquel le législateur validerait les résultats obtenus. Les régions, comme la Basse et la Haute-Normandie, pourraient se regrouper entre elles ou fusionner avec les conseils généraux.

Les députés souhaitent également permettre la création de métropoles en fusionnant conseil général et intercommunalité, quand celle-ci exerce un poids prépondérant au sein du département. La commission des lois plaide également pour que soit mis fin à la "dérive des financements croisés" et pour la "spécialisation" des compétences. Un avis dont le gouvernement devra tenir compte s'il veut réussir sa réforme." Source: LE MONDE


Favoriser la droite
L'option retenue par Nicolas Sarkozy est de supprimer les Régions au profit des départements. Si elle était finalement adoptée, cette modification aurait deux effets immédiats favorables au président français. Les conseillers régionaux sont très majoritairement à gauche, depuis les élections de 2004 qui avaient donné 21 régions sur 22 à des majorité de gauche.
Premier effet de la réforme des collectivités territoriales, le prochain renouvellement sénatorial à l'automne 2011 devrait donner presque mécaniquement la majorité du Sénat à la gauche, vu le poids des conseillers régionaux dans le corps électoral des sénateurs. Pour garder le Sénat à sa main, cette réforme est toute trouvée !
"La gauche désespère d'obtenir un jour au Sénat une majorité qui refléterait son implantation territoriale. Alors que six habitants sur dix vivent dans une commune administrée par la gauche, qu'elle gère la majorité des départements et des régions, la surreprésentation des communes rurales lui interdit, cette fois encore, d'espérer conquérir une Chambre qui n'a pas connu l'alternance depuis les débuts de la Ve République, en 1958." Source LE MONDE
Deuxième effet, la droite rééquilibrerait son poids politique local: depuis mars dernier, la gauche détient 58 conseils généraux (y compris le Conseil de Paris) contre 43 à droite.&alt;=rss

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Juan 51795 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte