Magazine

La crise écologiste : l’autre crise

Publié le 13 octobre 2008 par Stb

Images Au-delà de la crise financière qui occupe nos médias, de son pendant économique qui s’annonce, l’heure est peut-être venu d’imaginer aussi une « alter-croissance », voire une décroissance qui  permettent, en plus des effets indésirables de l’ultra-libéralisme, d’intégrer à la réflexion la prise en compte politique du fait écologique.

Depuis mes premières années d’engagement, j’ai toujours eu à cœur d’intégrer le respect de la nature et de ses lois à l’action politique. En faculté, bien avant la gauche, je faisais partie de ceux qui dénonçaient – à l’époque tel des extra-terrestres – l’arrivée des ogm dans nos assiettes. Je me souviens alors de militants qui ne comprenaient pas que pour une fois, on leur parle d’autre chose. J’ai poursuivi cet engagement durant mes mandats électifs, me sentant d’ailleurs sur certains points, bien en phase avec des élus verts sur une partie de leurs analyses (que je trouvais parfois pas assez poussées à bout). La lecture des écrits de Edouard Goldsmith, de Konrad Lorenz, de Dumont, de Waechter m’avait ouvert la voie vers la défense d’une politique non écologique, mais « bio centrée ».

En effet, au-delà de l’environnement, c’est bien de vie dont il est question. La nôtre d’abord, celle de nos descendances ensuite.  Comme l’écrivait Laurent Ozon : « avant que d’être une crise de notre mode de production, de redistribution des richesses ou de la dégradation de nos biotopes, la crise écologique est bien une crise relationnelle avec les mondes dans lesquels nous évoluons. En cela, intégrer la culture écologique dans notre champ de réflexion et d’action, c’est reconnaître que, parallèlement à la destruction des écosystèmes, c’est à la dégradation de notre humanité que nous assistons.
Cette dévastation sans équivalent nous bouleverse parce qu’elle nous montre en quoi nous ne nous retrouvons plus dans le monde, en quoi il nous est devenu étranger, en quoi, finalement, notre existence s’est appauvrie. Et puisque c’est au travers de sa culture qu’un peuple, qu’un homme, comprend le monde et lui est relié, c’est bien sur le chemin d’une véritable révolution culturelle que nous devons nous engager.
Nous devons nous interroger, non pas tant sur les remèdes à apporter à des pollutions que sur ce qui a permis qu’elles adviennent. La catastrophe serait que, ignorant les causes profondes de ces phénomènes, à savoir l’état de notre culture et les liens que nous établissons avec le monde, nous nous contentions de n’apporter qu’une réponse technique à des problèmes qui sont d’abord des signes.
Comme une maladie est le signe d’une inadéquation entre une manière de vivre et les lois naturelles, nos pollutions sont les signes d’une inadéquation entre la civilisation industrielle et capitaliste et les lois du monde.
Il est illusoire de croire que nous arriverons à limiter la grande destruction à laquelle nous assistons, en instituant des réglementations de protection environnementales, qu’elle soit d’inspirations libérales, socialistes ou mêmes prétendument écologistes. Car c’est le contrôle technocratique qui s’accentuera alors, sans que soient remises en question les causes fondamentales des problèmes. Le remplacement des normes technocratiques de gestion capitaliste par celle des normes technocratiques de gestion pseudo-écologiste, ne nous réconciliera pas avec le monde
».

On l’aura compris, c’est bien la logique même du rapport à la nature qui doit être revue et pas par une idéologie écologiste, mais bien d’une méthode écologique qui s’ouvre autant à droite du côté de l’ump ou du modem, qu’à gauche.

C’est bien une révolution culturelle qui s’impose. A l’échelle d’une commune, bien entendu mais aussi à l’échelle d’un continent comme l’Europe et par extension au monde trop souvent dominé par une pensée politique et économique unique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Crise prémenstruelle

    Bon vu que quasi personne ne semble vouloir réagir à mes posts sur la musique ou le cinoche( sauf quand je parle de 27 robes et de Quentin de la star ac'),je... Lire la suite

    Par  Cremlystella
    A CLASSER
  • Pas de crise au chateau !

    Les collaborateurs de l'Elysée augmentés de 50% en deux ans ! La crise ? Quelle crise ! Par Julien Martin | Rue89 | Ce n'est pas cette fois le salaire de Nicola... Lire la suite

    Par  Guy Deridet
    A CLASSER
  • La crise est morte... Vive la crise !

    Hier je vous l'annonçais toute fringante et désinvolte : la crise c'est fini le 18 octobre.Alors si la crise est morte : Vive la crise !Je sais... Je suis... Lire la suite

    Par  Anosenfants
    A CLASSER
  • Crise...

    Suis-je vraiment lui?Ce business man accompli promis à un bel avenir?Mon cœur ne saurait longtemps s'abstenir,Et pourtant...Pourtant mes journées défilent... Lire la suite

    Par  Palo_santo
    A CLASSER
  • Délicieuse Crise

    Délicieuse Crise

    C'est la crise, la récession, le bordel, on sait merci. Mais quelle euphorie, que de rebondissements! Quel fabuleux moteur que de se sentir en danger pour se... Lire la suite

    Par  Julie Bbg
    A CLASSER
  • Comment appréhender la Guerre au Bureau dans cette crise financière !

    Comment appréhender en 10 points la Guerre au Bureau dans cette crise financière ! Lire la suite

    Par  Formatio
    A CLASSER
  • Travailleurs au bord de la crise de nerfs ...

    Merci par avance à ma hierarchie de cesser de m'envoyer des mails le we ! Parce que le dimanche c'est sacré, parce que moi je ne travaille pas le vendredi soir ... Lire la suite

    Par  Vianney
    A CLASSER

A propos de l’auteur


Stb 215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte