Magazine

Le système s’en sort grâce au soutien des états !

Publié le 14 octobre 2008 par Hugues-André Serres

Le système s’en sort grâce au soutien des états !

C’est fou tout de même, vous avez un système bancaire qui est pourri jusqu’à la moelle aux États-Unis et en Europe et vous avez tous les états du monde qui volent à sa rescousse. Par contre ils n’ont pas le moindre Euro pour aider les sans-abri. Ceux qui ont perdu leurs emplois suite à des délocalisations, des licenciements et dont la résultante est pour maintenir en place le fonctionnement du système. (La Matrice) On appauvrit les plus pauvres pour enrichir les plus riches… (Leur nombre va de plus en plus se réduire) Vous allez voir tous les nouveaux crédits que les banques avec la complicité des états vont nous sortir.

Nous sommes face à une association de malfaiteurs dont le but est de nous appauvrir pour nous presser encore plus, et tout le monde continue à trouver cela très bien. Bravo les Français, chapeau frères européens. Pas un mot face à ce qui se passe… Qu’est-ce que vous voulez que je dise de plus… ? Il n’y a plus rien à dire. Il n’y a plus rien à faire. C’est trop tard… Le bateau coule petit à petit et personne ne voit rien venir. C’est comme pour l’histoire de la grenouille : «Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite. L’eau se chauffe doucement. Elle est bientôt tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue de nager. La température commence à grimper. L’eau est chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille; ça la fatigue un peu mais elle ne s’affole pas pour autant. L’eau est maintenant vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle est aussi affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien. La température de l’eau va ainsi monter jusqu-au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir, sans jamais s’être extraite de la marmite. Cette expérience peu recommandable est riche d’enseignements. Elle montre que lorsqu-un changement négatif s’effectue de manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps pas de réaction, pas d’opposition, pas de révolte». Je serais vraiment curieux de savoir ce qu’en pensent certains résistants… Le gouvernement mondial (finances/états) se met en place sous nos yeux et nous ne trouvons rien à redire. À croire que cela vous conviens… Par contre là où je décroche grave c’est en vous entendant gémir chez le petit commerçant du coin. La vie est trop chère, nous n’y arrivons plus. À cause de nos crédits, nous avons la corde au cou etc.

Vous qui souffrez et qui voyez là, maintenant, tous les jours à la TV ce qui se manigance depuis des années avec comme suite le crash boursier. Que les banques vous ont volés, que ce sont elles les premières responsables de nos problèmes à toutes et à tous. Vous n’avez pas encore compris… Vous ne voyez toujours pas que l’on vous roule dans la farine et que tout ceci est voulu afin de nous rendre encore plus esclave du système ? Si l’intuition ne vous vient pas à l’esprit, je suis désolé, mais je ne peux plus rien faire pour vous…

Il ne vous reste plus qu’à continué de reproduire, mais surtout, que je ne vous entende plus jamais vous plaindre. Car votre non-action à réagir est la preuve flagrante de votre acceptation du système. Vous êtes donc heureux ainsi, tout est bien pour vous, et c’est tant mieux, je suis satisfait de constater que le bonheur coule à flots dans vos vies. Que demander de plus… ? Tout est juste ! Par contre pour les autres, voici ce que vous pouvez faire… Le choix nous appartient et n’oubliez pas que nous sommes tous co-responsables du système. C’est donc à nous les citoyens qu’il incombe la mission de le changer. A bon entendeur !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hugues-André Serres 11511 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte