Magazine

Pour en finir avec la spéculation

Publié le 14 octobre 2008 par Guy Deridet
360 milliards d'euros, seront consacrés par l'Etat français à sauver la finance. A comparer au déficit de la Sécu, soit 45 milliards (-5 milliards dûs par l'Etat lui même) Cela dit, Sarkozy est aussi bonimenteur que les spéculateurs ; sur les 360 milliards il va en emprunter effectivement 40 et le reste, n'est qu'une garantie de l'Etat Français, supposée ne jamais servir. Pour en finir avec la spéculation Il n'y a pas si longtemps Fillon proclamait que l'Etat français était au bord de la faillite. Aujourd'hui on nous dit : un Etat ne peut faire faillite. Nous voila rassurés !

En fait on veut nous faire croire qu'il s'agit d'une simple crise de liquidités alors qu'il s'agit d'une crise de solvabilité.Ce qui est beaucoup plus grave, car cela veut dire tout simplement que le système n'est plus viable. Une crise de liquidités est temporaire, une crise de solvabilité est structurelle.

Pour éradiquer la faim dans la monde cela coûterait environ : 50 milliards de dollars. On n'a jamais réussi, à ce jour, à trouver cette somme. En revanche, pour sauver les spéculateurs et leurs grosses bêtises, on a réuni, en un week-end, 1700 milliards d'euros ! Et ce n'est qu'un début.

Pour comprendre cette crise un seul chiffre, que vous n'entendrez dans aucun journal télévisé : le fondement de la bourse c'est l'aide économique aux entreprises. Or aujourd'hui cela ne représente que 2% des échanges ! Le reste, soit 98 % c'est de la pure spéculation ! Jean Marc Sylvestre, la voix inaudible du marché, ne vous expliquera jamais cela. Avec lui, et ceux de son espèce, quand ils ont fini de vous répondre vous ne savez même plus la question que vous avez posée.

Le mécanisme de la spéculation : en fonction du fameux taux directeur de la banque de France, qui est descendu jusqu'à 1 %, avec 100 euros les banques pouvaient créer 10 000 euros de crédit ! Et elles ne s'en sont pas privées ! Elles ont abusé de ce procédé et on leur a donné largement l'occasion de jouer avec les hedge funds (fonds pourris) ou les subprimes (prêts hypothécaires) Rentabilité maximum mais, la réalité l'a démontré, et comme toujours en bourse ; risque maximum.

A quoi il faut ajouter le système des commissions pharamineuses octroyées aux traders. Ils ont tout intérêt à faire monter la sauce ! Ils sont payés au pourcentage!

Il était bien prévu qu'en échange des fonds énormes qui leur sont attribués les banques et le système boursier devaient s'amender. Et par exemple se préoccuper plus de l'aide aux entreprises et moins de spéculation. Les commissions aux traders devaient être réglementées. Etc.. Bien évidemment, rien de tout cela ne se fera. Pourquoi ? Parce que si on le faisait la bourse replongerait instantanément et les 1700 milliards d'euros n'auraient servi à rien. La bourse est basée sur la confiance et si vous lui rognez les ailes, comme c'est bizarre, elle perd toute confiance. On n'est pas sorti de l'auberge.

Le capitalisme financier (sauvage) a failli mourir. On vient de le sauver, à grand coups de milliards. Pour combien de temps?

A propos : Le libéralisme en revanche en a pris un sacré coup derrière les oreilles. Puisque sans l'intervention des états (naguère honnis) tous ces beaux messieurs pointeraient à l'Assedic. Croyez vous qu'ils vont en rabattre un peu? J'en doute. Tant il est vrai que chez ces gens là, monsieur, si on est contraint de nationaliser les pertes, on ne se gênera pas pour privatiser les profits.

En ce qui me concerne il me parait évident qu'une autre crise ne manquera pas de se reproduire tant qu'on ne fera rien pour s'attaquer aux causes mêmes des dysfonctionnements. Plus grave encore, je ne pense pas que le système financier actuel puisse s'améliorer en douceur, seulement avec des milliards. Les actionnaires sont habitués à des rendements de 15%. Croyez vous une seconde qu'ils ont changé et qu'ils vont se remettre aux placements de père de famille, à 5% maximum ?

Je pense qu'une grande crise emportera, un jour ou l'autre, tout le système, et que pour en sortir il faudra donner un grand coup de pied dans cette fourmilière, remettre la bourse et les boursiers à leur stricte place d'aide au financement des entreprises, interdire aux banques de spéculer ( ce n'est pas leur métier) et réglementer, une fois pour toutes, la spéculation, ce ver infâme qui ronge nos sociétés depuis trop longtemps.


Adresse Fil Rss http://www.deridet.com/xml/syndication.rss

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Etat dépensier.

    Voici un article que j'ai trouvé sur AGORA VOX et que je publie dans son intégralité. C'est inimaginable de se faire donneur de leçons quand on est pas capable... Lire la suite

    Par  Anakyne
    A CLASSER
  • Series-Blog: Etat des lieux

    Il est temps de faire un petit bilan de Series-Blog. Aujourd’hui, Series-Blog a 1 an et demi. En chiffre, cela donne 830 articles, pleins de commentaires (WP 2. Lire la suite

    Par  Davidous
    CULTURE, MÉDIAS, SÉRIES, TÉLÉVISION
  • Etat civil de la Gironde en ligne

    Registres et tables d??cennales en ligne Consultation gratuite et efficace des ressources de l'??tat civil du d??partement de Gironde Etat civil de la Gironde... Lire la suite

    Par  Alafon
    INTERNET
  • Etat des lieux du e-learning

    Pour ceux qui ne seraient pas encore abonnés à la lettre du Centre INFFO, je fais suivre cet article de Michel Lisowski paru cette semaine sur le site.... Lire la suite

    Par  Emandarine
    INTERNET
  • Les relations entre Etat et religions vues par Wolfgang Schäuble

    "Une stratégie fondée sur le dialogue" A l'heure où nombre de pays européens s'interrogent sur la place de l'islam et des musulmans au sein de la société, le... Lire la suite

    Par  Danielriot - Www.relatio-Europe.com
    EUROPE , POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • L'élection du Grand Rabbin de France - Etat des lieux

    Le 22 juin prochain aura lieu l'élection du Grand-Rabbin de France.Deux prétendants qui se sont déjà opposés en 1994. A ma gauche Joseph Haïm Sitruk, titulaire... Lire la suite

    Par  Frison
    CULTURE
  • Etat des lieux entrant

    Le tribunal de Lille a tranché avec fracas : oui, selon la loi, le mensonge peut être considéré comme une cause d'annulation de mariage. Lire la suite

    Par  Britbrit
    JOURNAL INTIME, TALENTS

A propos de l’auteur


Guy Deridet 377105 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte