Magazine Société

Afrique / Les femmes dans les émeutes de la faim

Publié le 15 octobre 2008 par Tanjaawi
Histoire de ferment et yaourt au chocolat - Le blog de Louna Annuaire de blogs over-blog créer un blog en partenariat avec en partenariat avec http://www.tf1.fr/ louna-cuisine Le blog de Louna

Histoire de ferment et yaourt au chocolat

Après ma première expérience avec le ferment lactique dans la confection de mes yaourts dont je vous ai parlé ici, j'ai continué mes expériences en allant en acheter en pharmacie....

Côté prix j'ai payé 5,70 € le ferment, il doit permettre la confection de 150 yaourts....c'est déjà plus économique  !

Bon alors je vais vous expliquer tout ça en me servant de la notice qui est pleine de conseil et autres astuces....

Tout d'abord ce ferment se présente sous la forme d'une poudre dans une petite fiole.
Avant de faire ses yaourts, il faut préparer le ferment :

On verse la poudre dans une tasse on ajoute 2 cuillère à café de lait, on mélange pour obtenir une pâte lisse et onctueuse...
Ensuite on ajoute du lait pour obtenir un volume équivalent à un 1/2 pot de yaourt en remuant.
On laisse le tout reposer 2 heures couvert, c'est le temps nécessaire pour que le ferment sec retrouve son activité maximum.


Viens ensuite le temps d'ensemencer ses yaourts alors là on a deux possibilité qui s'offre à nous :
La première, on verse le lait toujours froid (si on utilise une yaourtière électrique !) on ajoute l'ensemble du ferment préparé et on fouette vigoureusement au moins 30 secondes.... ensuite on réalise ses yaourts comme d'habitude

La deuxième solution consiste à mettre l'équivalent de 2 cuillerées de ferment directement dans chaque pots de yaourts et d'ajouter le lait sans oublier toute fois qu'il faudra bien mélanger les yaourt avant de les mettre en yaourtière....

Pour réaliser les 150 autres yaourt que nous promets ce ferment, il nous faudra prendre le plus beaux yaourts de la première fabrication, à l'aide d'une cuillère enlevez délicatement la pellicule de surface qui pourrait avoir été contaminée par des bactéries en suspension dans l'aire ambiant (dixit la notice !)on procède alors de la même manière que précédemment, en sachant que l'on peux utiliser qu'un 1/2 yaourt pour 1 litre de lait ou ne mettre qu'une cuillerée par pot.
On mélange toujours et on laisse fermenter au moins 1 h....


Voilà moi, j'ai utiliséce ferment pour la première fois et je confirme comme pour celui bio le goût du yaourt est vraiment excellent, je préfère cette technique c'est confirmé.....

Passons maintenant aux conseil et astuces découvertes dans la notice.

Le choix et la préparation du  lait :
Le choix du lait est important jusque là on s'en doutait....
On peut utiliser un lait pasteurisé ou stérilisé ou un lait longue conservation (UHT), ou une poudre de lait instantanée ou un lait de ferme (un vrai !) peu importe la marque, la provenance mais il doit être de qualité irréprochable.

Ce qu'il ne faut pas oublier :
- un lait de même marque n'a pas obligatoirement la même qualité dans toutes les régions, ni tout au long de l'année car le conditionnement se fait dans des usines différentes....
- si vous utilisez un lait cru (lait de ferme ou pasteurisé) il faut le faire bouillir au préalable et l'utiliser une fois froid pour les yaourtières électriques.
- si vous utilisez de la poudre de lait l'eau de reconstitution doit être d'excellente qualité donc il vaut mieux utilisé une eau minérale....
- si vous aimez les yaourts ferme quelque soit le lait utilisé vous devez chauffer le lait 10 à 15 min entre 90° et 100° puis le laisser refroidir.

Enfin voici quelques astuces et conseils :
-Si vous voulez obtenir des yaourts plus acides plus ferme
Il faut si vous le pouvez réglé votre température de yaourtière au dessus de 45 °C

Si vous voulez des yaourts plus doux, moins ferme tout en restant onctueux
Là votre température de yaourtière doit être inférieure à 45°C
Mais là si la yaourtière est électrique il faut manipuler le bouton seulement entre 40° et 50° C pour être certain de maintenir le ferment en vie !

Vous voulez des yaourts plus onctueux et épais
Utilisez de préférence un lait non écrémé ou demi-écrémé.
Le lait écrémé rends la consistance des yaourts plus fragile.
Vous pouvez également ajouter 2 grande cuillère à soupe de poudre de lait.........

Vous trouvez vos yaourts trop acides, cassants, granuleux présentant en surface une exsudation claire de sérum :
Il est probable que cette anomalie provienne d'une température d'incubation trop longue et /ou trop élevé.....

Voilà, j'ai trouvé cette notice très intéressante j'ai donc voulu vous faire partager tout ça, j'espère que cela pourra vous éclairer sur vos ratés en yaourts ou aider celles et ceux qui débutent !

Maintenant je vais quand même vous proposer une petite recette de yaourt !

Le yaourt au chocolat !

Alors attention vous n'allez pas obtenir une crème genre Danette mais bien un yaourt... je le précise car sur de nombreux forum j'ai lu des personnes déçu par le yaourt au chocolat.... c'est assez particulier au niveau du goût et je comprends que cela ne plaise pas !

La recette que je vous propose et celle que j'ai testé et préféré parmi toutes celles que j'ai essayé....elle proviens d'un livre prêté par une amie ("le meilleur du yaourt" de Philippe CHAVANNE aux éditions City)

Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim
Ingrédients :

- 200 gr de chocolat noir
- 40 gr de sucre en poudre
- 20 gr de lait en poudre
- 1 yaourt ou votre ferment ensemencé
- 60 cl de lait
- 25 cl de crème fraîche liquide entière

Préparation :

Faire bouillir votre lait avec le chocolat coupé en morceau
Quand le chocolat a fondu ajouter le sucre et le lait en poudre
Mélanger et laisser tiédir au moins 30 min.

Mélanger la crème et le yaourt ou le ferment.
Ajouter la préparation lait chocolaté
Mélanger vigoureusement

Répartissez dans vos pots de yaourts et mettre en yaourtière 5 h
Puis à la sortie remuer vos yaourts à la cuillère  pour éliminer le dépôt de chocolat sur le dessus
Mettre au frais.


par Louna publié dans : Les yaourts communauté : Les ti-bedons gourmands
ajouter un commentaire 1 commentaire (1)    commentaires (1)    recommander Retour à l'accueil

index des recettes (par ici)

Publicité

Qui suis- je ?

  • Blog : Le blog de Louna
  • louna-cuisine
  • Catégorie : gastronomie
  • Description : des recettes de cuisine faites à la maison pour faire plaisir aux gourmands mais aussi à ceux qui veulent garder la ligne !
  • Recommander ce blog
  • Retour à la page d'accueil

inscrivez vous pour tout voir!

Inscription à la newsletter

La recette ? clic


Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim>
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim< >
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim<

Recherche

Catégories

  • desserts et goûters (74)
  • entrées (6)
  • plats (24)
  • recettes minceurs (5)
  • Les yaourts (14)
  • Pains et viennoiseries (9)
  • Glaces et sorbets (6)

Articles récents

liste complète

Derniers Commentaires

  • 15/10/2008 14:53:24 Histoire de ferment et yaourt au chocolat
  • 15/10/2008 14:25:36 La voici ma charlotte de pain d'épice à l'orange....
  • 15/10/2008 10:46:40 Une pizza aux fruits : Pizza poires et chocolat
  • 14/10/2008 20:25:37 Ma chorba pour les soirées fraiches........
  • 14/10/2008 18:10:24 La voici ma charlotte de pain d'épice à l'orange....
  • 14/10/2008 16:09:38 La voici ma charlotte de pain d'épice à l'orange....
  • 14/10/2008 15:39:30 La voici ma charlotte de pain d'épice à l'orange....
  • 14/10/2008 15:30:44 La voici ma charlotte de pain d'épice à l'orange....
  • 14/10/2008 14:57:09 La voici ma charlotte de pain d'épice à l'orange....

Calendrier

Octobre 2008

L M M J V S D

    1 2 3 4 5

6 7 8 9 10 11 12

13 14 15 16 17 18 19

20 21 22 23 24 25 26

27 28 29 30 31    

<< < > >>

Blogs culinaires mais pas que!

Recommander

Cliquez ici pour recommander ce blog

é mondial, afin d’éviter des spéculations qui feraient flamber les cours nationaux. [9]

Des mesures qui restent des stratégies à moyen terme et ne prennent que partiellement en compte la difficulté réelle et structurelle de la population à se nourrir.

Mesures internationales

Les ministres de l’Economie et des Finances des pays africains, réunis à Addis-Abeba les 28, 29 et 30 mars 2008, n’ont pu que constater que « l’augmentation des prix mondiaux des produits alimentaires présente une menace significative pour la croissance, la paix et la sécurité en Afrique ». Parmi les solutions proposées pour sortir de la crise, outre des allégements fiscaux et des droits de douane revus à la baisse, l’accent a

Il y a  2  personne(s) sur ce blog


blog_app_tit
  
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim

Publicité

Coin Films

Home Cinéma Télé Satellite Achat Vidéo Film DVD VOD

Coin Jeux Vidéos

Vente Jeu Vidéo Nintendo Wii Jeu Playstation 2 Nintendo DS Jeu Vidéo Occasion Jeu Xbox 360 Xbox 360

Coin Loisirs Exterieurs

Baptème Air Paintball Structure Gonflable Chute Libre Montgolfiere Saut Parachute Stage Pilotage louna-cuisine

blog_app_tit
  
Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim
  
Blog : Sport sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur avec TF1 Network - Signaler un abus été mis sur la capacité de l’Afrique à se nourrir elle-même.

Ces 28 et 29 avril derniers, l’ONU se réunissait à Berne, avec d’autres organisations internationales, afin de décider de mesures d’urgence. Peu de choses sont sorties de ce sommet, si ce n’est la création d’un « état-major de crise », dont le mandat reste à préciser. EtRobert Zoellick, le président de la Banque mondiale, également présent à Berne, de déclarer « les promesses d’aide ne remplissent pas les ventres ». En effet…

Jean Senahoun, économiste à la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) avait prévu que des émeutes de la faim éclateraient dans le monde. En décembre, le secrétaire général de la FAO avait lancé une initiative pour limiter la hausse des prix, qui affectait notamment les pays en développement. La FAO mettait aussi l’accent sur la distribution d’intrants aux petits producteurs des pays en développement afin d’augmenter l’offre à court terme. De telles initiatives sont déjà en cours au Burkina, au Sénégal, en Mauritanie et vont bientôt s’étendre.

Ces mesures permettraient aux pays connaissant un déficit céréalier et ayant des revenus limités d’augmenter leur production nationale et de réduire les exportations dont le coût a considérablement augmenté et pèse dans les budgets. « Au final, l’idée est de soulager à court terme les populations affectées et, à plus ou moins long terme, de favoriser la production agricole et d’augmenter l’offre au niveau mondial ». Il semble alors que les résultats se fassent toujours attendre et la FAO reste sur une attitude défensive qui pourrait signifier : « on vous l’avait bien dit ».

Devant la gravité de la situation, un sommet de la FAO s’est néanmoins organisé le 3 juin 2008 pour la résolution de la crise. Dans son discours d’ouverture, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, a décrit les grandes lignes d’un « plan d’action » contre la flambée des prix. Ce plan prévoit de débloquer entre 15 et 20 milliards de dollars (de 9 à 13 millions d’euros). Selon le Secrétaire général, les réserves alimentaires mondiales devraient augmenter de 50% d’ici à 2030. Promouvant davantage de libre-échange, il a également condamné les paysqui limitent leur exportation ou qui imposent des mesures de contrôle des prix. « Ces politiques qui nuisent aux pays voisins ne peuvent pas fonctionner. Elles ne font que créer des distorsions de marché et contribuent à faire encore grimper les prix », a critiqué M. Ban. [10]

II - La faute à quoi et à qui ?
Il est délicat de répondre à cette question dans la mesure où les réponses varient en fonction des interlocuteurs, chacun des acteurs se renvoyant la balle… La population demandant des comptes à leurs dirigeants, ces mêmes dirigeants condamnant les institutions internationales, qui, elles, déplorent la sécheresse, les conditions climatiques, une bureaucratie trop lourde, des distorsions du marché et un cours du pétrole incontrôlable…

Mais cette apparente confusion ne saurait dissimuler les con- séquences des politiques agricoles imposées par le Fonds monétaire international (FMI) aux pays africains. En effet, les Plans d’ajustement structurel (PAS) ont poussé les pays les plus endettés, notamment en Afrique subsaharienne, à développer des cultures d’exportation et à importer la nourriture qu’ils consomment. Cette libéralisation les a rendus vulnérables à l’instabilité des prix. Alors à la question « Faut-il blâmer les institutions financières internationales ? », Olivier de Schutter, rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, répond « oui ». « Rien n’a été fait contre la spéculation sur les matières premières, prévisible, depuis qu’avec la chute de la bourse, les investisseurs se sont repliés sur ces marchés. On paie vingt années d’erreurs. Avec l’augmentation de la demande alimentaire, l’offre ne suit plus. L’agriculture industrielle, fondée sur des intrants coûteux, montre ses limites » [11].

Sous l’égide de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et sous la pression des accords bilatéraux, les politiques agricoles de tous les pays et leurs tarifs douaniers ont été progressivement démantelés : l’agriculture paysanne des pays du Sud se retrouve sans protection, en compétition directe avec l’agriculture subventionnée, industrielle et productiviste des pays du Nord, elle-même en concurrence avec l’agriculture paysanne et biologique locale.

Cette politique n’a pourtant connu qu’un développement croissant ces trois dernières décennies. Une de ces ultimes manifestations étant l’utilisation encouragée de céréales, comme le maïs, afin de fabriquer des agrocarburants. Beaucoup de gouvernements ont subventionné ces agrocarburants et, en 2008, 30% de la production de maïs vont servir à leur production et non à l’alimentation humaine ou animale.

Par ailleurs, on attend avec inquiétude les estimations sur la réaffectation de terres en faveur de ces nouvelles cultures de rente (fréquemment contrôlées par des hommes) et au détriment des cultures vivrières (souvent l’apanage des femmes). En soutenant le développement des agrocarburants, de nombreux pays répondent aux intérêts des multinationales, mais mettent encore plus en danger la sécurité alimentaire nationale et mondiale.

Il est particulièrement important d’évoquer ces décisions internationales dans la mesure où leurs effets ne sont pas neutres en termes de genre. « En mettant l’accent sur les problèmes à résoudre et sur les cibles à atteindre, les politiques publiques, globales comme sectorielles, ont souvent renforcé des comportements et des identités « sexuées ». (…

Afrique /  Les femmes dans les émeutes de la faim
Oui, les politiques publiques ont un genre. » [12] C’est le genre masculin. Et les politiques économiques libérales imposées à l’Afrique comme à l’Amérique du Sud n’échappent pas à cette thèse. Yianna Lambrou, auteure du rapport Gender and Equity Issues in Liquid Biofuels Production – Minimizing the Risks to Maximize the Opportunities, étudie l’impact de la production d’agrocarburants sur les conditions de vie des agriculteur-trices et des paysan-nes. Or, les constats sont alarmants : le lien entre agrocarburants et accroissement des inégalités entre femmes et hommes est évident. La demande mondiale croissante d’agrocarburants favorise la conversion des terres, ce qui pourrait entraîner le déplacement partiel ou total des activités agricoles des femmes vers des terres de plus en plus marginales, ce qui nuirait à leur capacité à produire de la nourriture.

III - Des évènements révélateurs d’une inégalité structurelle : principales productrices, premières victimes.
Un modèle économique contre l’empowerment des femmes

Ce n’est que récemment que leur rôle-clé de productrices et pourvoyeuses de vivres et leur contribution vitale à la sécurité alimentaire du foyer a retenu une certaine attention, mais pas encore celle qui convient. Au sein des ménages agricoles comme dans toutes les situations, les occupations des femmes sont généralement plus diversifiées que celles des hommes, qui se spécialisent dans un nombre limité de tâches. Ecartées des activités salariées pour la majorité d’entre elles, les femmes produisent des biens et des services qui n’ont pas de valeur monétaire parce qu’ils sont réalisés en dehors de la sphère marchande.

Comme le souligne Souad Triki, « qu’il s’agisse de l’artisanat ou de la transformation des produits agricoles ou encore de la préparation des repas et du pain, la création de ces richesses en biens et en services, par les femmes, est destinée essentiellement à la satisfaction des besoins du groupe familial, sans être comptabilisée économiquement ou reconnue socialement » [13].

Mais cette invisibilité dans les statistiques et dans les représentations sociales dissimule une toute autre réalité : les femmes produisent 60 à 80 % des aliments dans les pays du Sud et sont responsables de la moitié de la production alimentaire mondiale. Représentant 70 à 75 % de la main d’œuvre agricole en Afrique subsaharienne [14], elles effectuent à peu près 90 % des travaux de transformation des matières premières alimentaires et de collecte de l’eau et du bois à brûler utilisés par les ménages, 80 % des travaux de stockage et de transport des produits alimentaires de l’exploitation au village, 90 % des travaux de sarclage et 60 % des tâches de récolte et de commercialisation. [15] Dans les ménages agricoles, les femmes consacrent 5 heures en moyenne soit 54,4% de leur temps quotidien d’activité productive, aux travaux agricoles et à l’élevage (contre 3 heures pour les hommes) - [16]. Les études de la FAO le confirment : alors que les femmes sont à la base de la petite agriculture, de la main-d’œuvre agricole et de la subsistance familiale quotidienne, elles ont moins facilement accès que les hommes aux ressources tels que la terre et le crédit, et aux intrants, aux services et aux formations qui renforcent la productivité.

En Afrique subsaharienne, l’épidémie du sida a encore aggravé la situation des femmes. À la mort de son mari, l’épouse risque de perdre, au profit de la famille du défunt, la terre qu’elle a toujours cultivée ainsi que la maison qui l’abrite avec ses enfants. C’est le cas pour 60 % des veuves en Ouganda. [17]

La principale contrainte qui s’oppose à la pleine reconnaissance des rôles et des responsabilités effectifs des femmes en agriculture est le manque de données ventilées par sexe accessibles aux techniciennes, aux planificateur-trices et aux décideur-es.

Droit foncier lacunaire : Les femmes possèdent moins de 2% de la terre, alors que le pourcentage des ménages dirigés par des femmes continue de s’accroître. Dans beaucoup de pays, les programmes de réforme agraire conjugués au morcellement des terres communales ont déterminé le transfert des droits fonciers aux seuls hommes en tant que chefs de famille, ignorant ainsi à la fois l’existence de ménages dirigés par une femme et les droits des femmes mariées à la copropriété.

Accès au crédit : Si les femmes sont éventuellement autorisées, sur le papier, à souscrire un emprunt bancaire, la FAO constate toujours un accès inégal au crédit agricole dans de nombreuses régions rurales. Pour les pays africains où les informations sont disponibles, seuls 10 % des crédits agricoles sont octroyés aux femmes, principalement du fait que la législation nationale et la loi coutumière ne leur permettent pas de partager des droits de propriété foncière avec leurs maris, ou parce que les femmes chefs de famille sont exclues des systèmes de tenure, ne pouvant pas fournir les garanties exigées par les institutions de crédit.

Accès aux intrants agricoles : L’accès des femmes aux intrants techniques tels que les semences améliorées, les engrais et les pesticides, est limité car, dans bien des cas, elles ne bénéficient pas des services de vulgarisation et sont rarement membres de coopératives, lesquelles distribuent souvent aux petits agriculteurs des intrants subventionnés. En outre, elles manquent souvent de l’argent nécessaire pour acheter ces intrants même subventionnés.

Accès aux services d’éducation, formation et vulgarisation : Les deux tiers du milliard d’analphabètes dans le monde sont des femmes et des fillettes. Les chiffres disponibles montrent que seuls 5 % des services de vulgarisation visent les femmes rurales et seulement 15% des vulgarisateurs sont du sexe féminin. En outre, la plupart des services de vulgarisation portent davantage sur la production de cultures de rapport que de cultures vivrières et de subsistance, qui sont le principal souci des agricultrices et la clé de la sécurité alimentaire.

Accès à la prise de décision : Compte tenu du rôle traditionnellement limité des femmes dans les processus de prise de décision au niveau du ménage, du village et du pays dans la plupart des cultures, souvent leurs besoins, leurs intérêts et leurs problèmes ne sont pas pris en compte dans l’élaboration des politiques et des lois qui jouent un rôle important dans l’élimination de la pauvreté, la sécurité alimentaire et la durabilité écologique. Les causes de l’exclusion des femmes des processus de prise de décision sont étroitement liées à leur rôle additionnel de procréatrices et aux travaux domestiques qui absorbent une partie importante de leur temps.

Compétences méconnues : Les femmes possèdent des connaissances détaillées et complexes des systèmes agricoles dont elles sont en charge. Par exemple, en Zambie, en ce qui concerne le système chitimene, complexe, où les sols forestiers et en jachère sont amenés à être cultivés à la suite de l’abattage, du ramassage et de la combustion de la végétation arbustive, les hommes et les femmes connaissent de façon détaillée les essences des terrains boisés et en jachère locaux, leurs schémas de pousse, leurs qualités agronomiques et leurs utilisations. Chaque sexe, toutefois, se spécialise dans certaines essences. De récentes recherches démontrent la valeur de la base de connaissances autochtones des femmes à titre de source de croissance de la productivité. Source : Rapport de la FAO sur « Les femmes et la sécurité alimentaire »

D’autre part, la participation des femmes dans le commerce informel des denrées alimentaires est particulièrement importante. Elles transforment les matières premières, les transportent du lieu de production au lieu de consommation et revendent au détail. Pour beaucoup de femmes, ce secteur offre une certaine flexibilité puisqu’elles peuvent quitter temporairement leur emploi si elles le souhaitent et elles peuvent le combiner avec leurs charges ménagères.

Cependant, leur place dans l’économie informelle est difficile car elles doivent faire face à une forte concurrence et des taux de déperdition élevés. Elles sont souvent à peine capables de générer des revenus suffisants pour renouveler leur stock et achètent fréquemment à crédit aux fournisseurs à des conditions très défavorables. En conséquence, les revenus des femmes dans l’économie du secteur informel sont plus faibles que ceux des hommes et la précarité de leur emploi plus grande. Et pourtant, c’est justement leur activité qui nourrit bien souvent la population locale comme le montre l’expérience des femmes kenyanes qui approvisionnent en produits alimentaires la ville de Nairobi. [18]

Les é <div style="height: 0;"> <img src="http://stat3.cybermonitor.com/overblog_v?R=article&amp;S=total;1_hit_Plurielles.fr" alt="stats" /> </div>

meutes de la faim : une entrée dans la sphère politique ?

Lorsqu’on se penche sur le rôle des femmes dans les émeutes de la faim à d’autres époques ou sur d’autres continents, on remarque qu’il a été forgé par des conditions inégalitaires mais qu’il a permis une certaine prise de conscience de la part de ces femmes. A de nombreuses reprises, les Iraniennes des milieux défavorisés ont exprimé leur mécontentement en manifestant contre la hausse des prix et des taxes à la fin du XIXe siècle. Certaines femmes ont quitté leur foyer pour participer à ces grèves. Ce bouleversement dans leurs habitudes constitue alors le signe d’un changement social futur dont les autorités repoussaient l’avènement.

Dans les années 1880, mille femmes manifestaient contre la pénurie de pain en bloquant le passage du Chah Naser Ul-Din qui ordonnait l’arrestation de leurs maris. Cet épisode n’illustre pas la tolérance du régime mais au contraire, il décrit le statut des femmes qui n’étaient pas considérées comme des citoyennes responsables devant la loi. Ces premiers rassemblements féminins ont permis de faire émerger une réelle conscience politique des femmes qui se manifestera lors de la constitution de 1906. [19]

L’entrée en politique par des manifestations contre les pénuries s’est également déroulée en France, dans le Var, en 1942. En effet, les femmes se sont organisées puis se sont appuyées sur les organisations politiques. En entrant dans la sphère publique, elles ont dû s’organiser différemment, élargir leur réseau traditionnel et s’ouvrir aux partis politiques et aux syndicats. Quand les femmes se sont mobilisées, elles se sont identifiées avant tout à des mères et femmes au foyer, responsables de l’alimentation dans leur famille. Cette identification influence considérablement la forme de la manifestation. Elles ont protesté contre la hausse des prix et des pénuries dans des endroits symboliques comme les magasins et les places de marché. Elles ont alors franchi le pas de se placer dans l’espace public, lieu du politique, qu’elles feront évoluer progressivement. [20]

Cette mise en perspective historique permet de comprendre comment ces récentes émeutes de la faim s’inscrivent dans la thématique du cloisonnement des sphères privée/sphère publique, les femmes entrant dans la scène publique pour dénoncer les conditions intolérables qu’elles vivent dans leur foyer. Il s’agit alors d’une initiation et d’un apprentissage dans la douleur de l’organisation d’un mouvement contestataire qui peut évoluer vers la construction d’une identité politique à part entière. Cette prise de conscience peut éventuellement déboucher sur la formation d’un discours politique plus large qui défendrait un nouvel ordre social et qui tiendrait compte des besoins et des attentes des femmes. Lorsqu’elles analysent et dénoncent les inégalités de l’ordre établi, elles donnent l’impulsion nécessaire à des changements sociaux qui les intégreraient comme nouvelles actrices politiques.

IV - L’intégration de la dimension genre comme nécessité pour la sécurité alimentaire
Depuis les émeutes de février 2008, le discours officiel s’est métamorphosé. « Les Africains vont devoir changer leur façon de produire et de consommer », annonce le ministre camerounais du commerce, Luc Mbara Atangana. « Un verrou idéologique a sauté : nous allons pouvoir aider notre agriculture. » Rompant avec le libéralisme et la priorité aux importations de vivres imposée par le FMI et la Banque mondiale, le gouvernement camerounais magnifie désormais l’agriculture nationale et promet « un grand plan visant la souveraineté alimentaire ». [21]

On peut alors peut-être espérer que les voix des pays du Sud vont enfin se faire entendre… Différents mouvements sociaux avaient organisé une rencontre internationale de la souveraineté alimentaire à Bamako au Mali en février 2007. Les organisations partenaires présentes (Via Campesina, le Réseau des organisations paysannes et de producteurs de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA), la Coordination Nationale des Organisations Paysannes du Mali, la Marche mondiale des femmes, le World Forum of Fish Harvesters and Fishworkers (WFF), le World Forum of Fisher Peoples (WFFP), le Food Sovereignty Network, les Amis de la Terre International) ont défendu « le droit des peuples à une alimentation saine, dans le respect des cultures, produite à l’aide de méthodes durables et respectueuses de l’environnement, ainsi que leur droit à définir leurs propres systèmes alimentaires et agricoles ».

Dans cet objectif, la souveraineté alimentaire « place les producteurs, distributeurs et consommateurs des aliments au cœur des systèmes et politiques alimentaires en lieu et place des exigences des marchés et des transnationales. Elle défend les intérêts et l’intégration de la prochaine génération. Elle représente une stratégie de résistance et de démantèlement du commerce entrepreneurial et du régime alimentaire actuel ». [22] Ce programme a été décrit dans la déclaration de Nyéléni, « symbole au Mali d’une mère nourricière, agricultrice, qui s’est battue pour s’affirmer en tant que femme dans un environnement qui ne lui était pas favorable ».

La lutte contre le capitalisme passe donc par celle contre la domination patriarcale, et réciproquement. « Nous ne pouvons lutter contre la faim et la pauvreté en Afrique, particulièrement dans les régions en difficulté de l’Afrique subsaharienne, que si les femmes ont véritablement leur mot à dire non seulement dans les champs, mais aussi dans le laboratoire », estime Vicki Wilde, responsable du Programme Genre et Diversité du CGIAR (Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale). [23]

Il est alors essentiel d’associer deux thématiques : genre et sécurité alimentaire. Le concept de sécurité alimentaire a subi une évolution au fil des ans, grâce à l’attention de plus en plus intégrée accordée aux dimensions sociales, de genre, écologiques, techniques et économiques du problème.

Le défi à relever à l’avenir consistera à poursuivre l’égalité dans l’accès des femmes aux ressources leur permettant de produire des aliments, et dans la mesure de leurs possibilités, d’acheter les vivres qui ne peuvent être produits localement, accroissant de la sorte leur capacité d’assurer la sécurité alimentaire.

Dans un rapport intitulé, « Les femmes ou la clef de la sécurité alimentaire », des chercheures de l’Institut International de Recherche sur les politiques alimentaires, apportent « la preuve concrète qu’en réduisant les disparités entre les hommes et les femmes par le renforcement du capital physique et humain des femmes, l’on encourage la croissance agricole, des revenus féminins, une sécurité alimentaire et nutritionnelle pour toutes. »

Les trois éléments centraux, ou piliers, de la sécurité alimentaire sont la disponibilité des aliments, c’est-à-dire une production alimentaire adéquate, l’accès économique aux denrées alimentaires exploitables et la sécurité nutritionnelle qui est souvent tributaire de la disponibilité de ressources non alimentaires (soins de puériculture, soins de santé, eau non contaminée et assainissement). Les femmes remplissent des fonctions importantes, sinon prépondérantes, dans l’apport de ces trois éléments, indispensables à l’accomplissement de la sécurité alimentaire dans les pays en développement.

Accroissement du capital physique et humain des femmes : Les capacités des femmes à remplir leurs rôles de productrices alimentaires seraient valorisées si l’on améliorait leur accès aux ressources, aux technologies et à l’information. Il convient de s’efforcer de protéger les droits traditionnels des femmes à la propriété foncière par des moyens non discriminatoires d’immatriculation et d’obtention des titres de propriété, et par l’inclusion explicite des femmes à titre de bénéficiaires individuelles, ou conjointes, des programmes de réforme foncière. L’amplification de l’éducation des filles, notamment dans les zones rurales, constitue l’un des moyens pour garantir les réserves de capital humain de la prochaine génération. Les gouvernements et les bailleurs de fonds pourraient appuyer la formation de davantage de femmes dans les sciences agricoles et connexes.

Amplification des capacités féminines de production de revenus : Il conviendrait que les stratégies soient axées sur l’augmentation de la productivité des femmes en termes de travail rémunéré (que ce soit dans l’agriculture ou d’autres secteurs), afin qu’elles puissent augmenter leurs revenus sans sacrifier davantage de leur temps, ni leur bien-être ou celui de leurs enfants, ni leur propre état nutritionnel ou sanitaire.

Protection de l’état sanitaire et nutritionnel des femmes : Une santé de qualité et une nutrition adéquate sont importantes pour les femmes, à toutes les étapes de leurs vies. Les femmes doivent protéger leur propre état sanitaire et nutritionnel pour être en mesure de remplir leurs fonctions de productrices et de procréatrices. Et enfin, il convient que les femmes se sentent habilitées à solliciter des soins pour elles-mêmes et pour ceux dont la sécurité alimentaire et nutritionnelle dépend d’elles. (Source : A. Quisumbing, « Les Femmes ou la clef de la sécurité alimentaire », Rapport de politique alimentaire, Washington, 1995.)

Pour que ces recommandations soient efficaces à long terme, il faut que les femmes puissent accéder aux postes de décision dans l’élaboration des politiques publiques. Aujourd’hui, en Afrique subsaharienne, les femmes représentent un faible pourcentage (environ 14 %) des membres des organes législatifs locaux et nationaux et elles sont aussi peu représentées dans les gouvernements nationaux.

Nombre de gouvernements de pays d’Afrique subsaharienne ne comptent aucune femme. Il n’y a qu’au Mozambique, en Afrique du Sud, aux Seychelles et en Tanzanie que la représentation des femmes au Parlement et au gouvernement soit acceptable, [24] sans oublier le Rwanda, le pays qui fait rougir la plupart des gouvernements occidentaux grâce à sa quasi-parité au parlement.

Or, le partage du pouvoir et des responsabilités décisionnelles est un des facteurs les plus importants pour atteindre l’égalité et l’autonomie des femmes. Mariette Sineau répond à la question « Qu’attendre de la féminisation des élites ? » : « A défaut de combler la distance sociale entre gouvernants et gouvernés, elle peut à nos yeux, entraîner un renouvellement des priorités comme des pratiques politiques. Parce qu’elles ont une expérience différente – ayant joué jusque-là les tenantes du quotidien et du familial -, les femmes sont bien placées pour infléchir le contenu des programmes politiques, combler les lacunes d’un bien commun défini sans elles. » [25]

Alors que la plateforme d’action de Pékin, élaborée lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes, insistait déjà en 1995 sur le fait que « les femmes ont le même droit que les hommes de participer à la gestion des affaires publiques et peuvent contribuer à redéfinir les priorités politiques, à inscrire de nouvelles questions dans les programmes politiques et à éclairer d’un jour nouveau les questions politiques générales. », il reste toujours d’actualité de revendiquer [26].un meilleur accès aux sphères de pouvoir pour les femmes et de les encourager à exercer des responsabilités sur l’ensemble des niveaux de l’échelle décisionnelle , du niveau communal jusqu’au international, sans oublier les organisations paysannes et leurs fédérations et mouvements qui sont encore très fortement masculins, notamment au sein de leurs structures dirigeantes.

La force potentielle de l’entrée en politique d’un groupe si lamentablement sous-représenté jusqu’à maintenant et la prise en compte de l’appréhension qu’elles ont du rapport entre les sphères privée et publique permettront de renforcer un nouveau modèle de l’acteur politique. Une expérience politique approfondie rendra les femmes plus capables de défendre leurs besoins pratiques et leurs intérêts stratégiques, de mieux comprendre les obstacles qu’elles doivent surmonter et de servir plus efficacement leurs intérêts communs à long terme. Et l’intérêt de pouvoir se nourrir convenablement n’est pas seulement commun aux femmes – à regarder de près, il semble tout simplement insensé et dépourvu de tout fondement éthique que ce besoin fondamental puisse se trouver en concurrence avec l’envie de se déplacer (à travers la compétition des agrocarburants pour l’utilisation des terres et d’autres ressources), voire l’envie de s’enrichir, comme en témoignait ce slogan cynique d’un fond d’investissement belge KBC qui a suscité une vague d’indignation récemment : « Tirez avatage de la hausse du prix des denrées alimentaires ! ».

S’il y a une large convergence sur ce cri d’alarme dans le milieu des spécialistes et des organisations paysannes et de solidarité internationale, l’analyse des causes et les recommandations qui en découlent peinent encore à reconnaître pleinement que les inégalités des femmes et des hommes se trouvent au cœur de la problématique alimentaire et qu’une solution ne saura être viable sans prendre en compte les rôles, responsabilités, intérêts, contraintes et compétences des femmes.

Reste à espérer que la crise alimentaire aura au moins servi à contribuer à cette prise de conscience et à ses répercussions espérées.

Notes
[1] Selon les sources, les estimations varient mais vont jusqu’à 90 % (cette estimation et les autres chiffres cités sont extraits du Rapport de l’OCDE « Les Femmes africaines » en ligne sur http://www.oecd.org/)

[2] http://www.naturavox.fr/article.php3 ?id_article=4124

[3] http://fr.allafrica.com/stories/200804010146.html

[4] « Marche des femmes contre la flambée des prix en Côte d’Ivoire. Mourir de faim ou de la violence policière ? » de Silué N’Tchabétien Oumar, http://www.genreenaction.koumbit.org/spip.php ?article6480

[5] Courrier International du 7/04/2008

[6] http://fr.allafrica.com/stories/200804010146.html

[7] http://www.naturavox.fr/article.php3 ?id_article=4124

[8] http://www.afrik.com/article14153.html

[9] http://www.afrik.com/article14158.html

[10] Le Monde, 03/06/08

[11] Le Monde, 03/05/08

[12] Renée B.-Dandurand, Jane Jenson et Annie Junter, « Les Politiques publiques ont-elles un genre ? », Lien social et Politiques, n° 47, Printemps 2002, p. 5-13

[13] Ibid

[14] L’Essor n°14915 du 11 mars 2003

[15] Oudele Akinloye AKINBOADE, « Les femmes, la pauvreté et le commerce informel en Afrique orientale et australe », Revue internationale des sciences sociales, n°184, 2005

[16] Souad TRIKI, « L’invisibilité du travail des femmes : l’exemple du milieu rural tunisien », dans Thérèse Locoh, Genre et sociétés en Afrique, Institut National d’Etudes Démographiques, Paris, 2007.

[17] « Dossier sur l’accès à la terre pour les femmes », CCFD, 2007.

[18] Oudele Akinloye AKINBOADE, « Les femmes, la pauvreté et le commerce informel en Afrique orientale et australe », op. cit.

[19] Haideh MOGHISSI, Populism and feminism in Iran, The Macmillan Press, London, 1994.

[20] Lynne TAYLOR, “Food riots revisited. Public protests in the seventieth to the nineteenth century”, Journal of Social History, Winter, 1996.

[21] Le Monde du 15 mai 2008

[22] Décalaration de Nyéléni, Fourm pour la souveraineté alimentaire, février 2007, Bamako

[23] http://www.genderdiversity.cgiar.org

[24] Oudele Akinloye AKINBOADE, « Les femmes, la pauvreté et le commerce informel en Afrique orientale et australe », op. cit.

[25] Mariette SINEAU, « L’Elitisme politique n’est pas mort », dans Christine VERSCHUUR et Fenneke REYSOO, Genre, pouvoirs et justice sociale, L’Harmattan, Paris, 2003.

[26] Mariette SINEAU, « L’Elitisme politique n’est pas mort », dans Christine VERSCHUUR et Fenneke REYSOO, Genre, pouvoirs et justice sociale, L’Harmattan, Paris, 2003


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Tanjaawi 215 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine