Magazine Société

La télé de la crise

Publié le 15 octobre 2008 par Cc
D’un côté, il y a les émissions à deux balles qui vous apprennent à économiser…justement, deux balles. Comment laver ses lunettes avec des patates, comment astiquer sa baignoire avec du vinaigre, comment accommoder les restes et raccommoder les chaussettes…Les émissions qui font dans le misérabilisme.

D’un autre côté, il y a les émissions qui poussent au repli sur soi. Le cocooning comme tendance lourde : le salon repeint et marouflé façon aubergine chocolat. Avec des meubles douillets, des canapés douillets, des stickers douillets.

Ensuite, il y a les séries plus proches des gens. On avait déjà le quartier Marseillais comme microsociété dans laquelle tout le monde se reconnait, il y a maintenant la famille de smicard mi-escrocs, mi-système D. Là, si on est censé se reconnaître, c’est grave. Il paraît que c’est de l’humour. Mais ça ressemble plutôt à une caricature malsaine d’une certaine France d’en bas, franchouillarde, alcoolique, sale, bête et méchante. Pas raciste, visiblement, puisque cette famille bien de chez nous a une fille noire. Les scénaristes ont pensé à tout.

Malgré cela, pendant l’interlude toujours joyeux et publicitaire, il y a toujours les crédits à la conso avec leur petits bonshommes verts et souriants, il y a toujours les banques qui font de l’assurance, du dépannage et du gardiennage, il y a toujours les forfaits internet, téléphone, télé-câble-satellite qui ne sont pas cher tout seul mais qui grèvent quand même un peu le budget quand on les cumule.

Oxymore…

CC

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Cc 11 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine