Magazine Société

Un Festin Solidaire pour comprendre la faim du monde…

Publié le 15 octobre 2008 par Anne-Sophie

Pour la deuxième année consécutive, le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) organise un Festin Solidaire, deux fois par jour, entre le 16 et le 19 octobre à la Villette à Paris. Si vous avez l’occasion d’y aller n’hésitez pas, car vous y passerez un bon moment et pourrez y saisir de manière pédagogique et un brin artistique les tenants et anoutissants des problèmes d’insécurité alimentaire mondiaux! Un événement à ne pas manquer pour une bonne cause qui plus est!

Il est tard alors que j’écris ce billet… mais aujourd’hui paraît-il que c’était “Blog Action Day”, avec une thématique dédiée à la pauvreté cette année

Blog Action Day 2008

Aujourd’hui nous sommes aussi en période de crise… les montants alloués par les gouvernements pour soutenir le système financier en révoltant plus d’un… alors que des populations crient famine depuis longtemps et auraient bien besoin d’aide aussi…

Aujourd’hui, je suis aussi allée au Festin Solidaire avec mon amie Emilie (doctorante comme moi et membre du comité scientifique du Festin Solidaire), un événement organisé par le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) entre le 16 et le 19 octobre à la Villette à Paris.

Ironie du sort alors que demain a lieu la journée mondiale de l’alimentation… Aura-t-on un jour la journée mondiale de la finance internationale… Hum…? Passons.

En avril dernier nous nous étions attardés ici même sur la crise alimentaire et les émeutes de la faim… Certains spécialistes, tels que Abdolreza Abbassian, économiste à la FAO, estiment que “ce que nous avons vécu cette année, avec les émeutes de la faim, n’était pas une crise, mais une alarme. Si crise alimentaire d’ampleur mondiale il y a, elle est devant nous“… D’autre, tels Jean Ziegler, s’insurgent en expliquant que “depuis 2000, les Etats les plus riches n’ont pas trouvé les 82 milliards de dollars par an pendant cinq ans nécessaires pour atteindre les huit objectifs du millénaire notamment la fin des épidémies ou de la faim mais parallèlement depuis début septembre des milliers de milliards de dollars ont été brûlés dans la crise financière“. Ambiance.

Alors que faire… ? Que faire pour comprendre, pour agir, pour passer le message et motiver d’autres personnes à faire attention et à changer les comportements? Eh bien participer au festin solidaire tient! Cela peut être une idée, et une bonne idée (!), si vous le pouvez !

Un lieu magique pour un repas en 3 temps…

Le lieu où prend place le festin est tout simplement beau, le pavillon Pavillon Paul Delouvrier situé sur l’aile gauche de la Villette: une grande table basse disposée en forme de U, joliment décorée, un éclairage délicat, de magnifiques fleurs au centre de la pièce, quelques bougies ça et là, de la vaisselle éco-conçue, un verre de vin pour chacun… Le lieu est apaisant et donne envie de s’asseoir rapidement à genoux pour en profiter… mais non, je suis arrivée trop tôt et je n’aurais pas du voir tout cela déjà… c’était une surprise presque…!

Je quitte donc la salle, mais pour mieux y revenir ensuite, entrant dans la salle en file indienne, accueillie en tant que Mauritanienne répondant au prénom “Nedwa”, la dame derrière moi, Bernadette, devenant alors une brésilienne nommée “Rosa”… L’acteur qui nous accueille nous explique brièvementnos situations familiales et nous invite à prendre un apéritif… Le temps pour Nedwa (femme de pêcheur) et Rosa (agricultrice) de sympathiser, un délicat goût de gingembre sur le palais… En réalité, chaque convive incarne dès son entrée le rôle d’un des 10 personnages prévu pour ce « repas mise en scène ».

Le temps que tout le monde arrive, et nous nous retrouvons attablées, face à face à une place nous étant attribuée en fonction de notre prénom. On nous raconte alors simplement, de manière imagée, l’histoire de l’agriculture, la révolution verte, les progrès… arrivée dans les années 1990, nous nous arrêtons. La suite de notre histoire respective se trouve dans le menu situé dans notre assiette… Les personnages et les produits servis racontent la crise alimentaire!

Accompagner la prise de conscience…

Après l’entrée, le temps du déjeuner… pendant lequel de charmants comédiens viennent nous servir dans une ambiance éthnique des plats différents d’un convive à l’autre, selon le pays de résidence du personnage attribué… naturellement ! Un gars de Monsanté débarque alors, nous explique en quoi le nicktup et le standup sont bons pour nous, comment, grâce à lui, nos maisons seront grandes et belles et comment nous serons radieux.. Il explique comment Monsanté va faire du blé en Afrique, ou plutôt comment ils y feront pousser du blé… Et il nous demande même de réfléchir, durant le repas, aux 3 vertus principales du poulet surgelé européen, à la qualité des tomates d’Alméria, etc!

Au cours du repas mes voisines de table parlent du Cauchemar de Darwin, du Pain Quotidien, etc. des films marquants… n’est-ce pas ? On se met dans la peau des personnages avec notre regard occidental, mais l’expérience est intéressante !

Les principaux narrateurs reviennent ensuite, 15 ans après le début du repas, et nous demandent ce qui s’est passé pendant tout ce temps… Pour moi, c’est la surpêche qui a changé ma vie, pour mon voisin, la concurrence des subventions américaines, pour mes autres voisines, la concurrence accrue d’autres pays sur certaines production les empêche de vivre de leurs cultures… et partout, partout, la faim et la misère… ou presque. Le temps du débat et d’échanges est instructif.

Le temps que chacun raconte ce qui lui est arrivé, le gars de Monsanté revient, il a été viré depuis, lui qui croyait en ses propos sur les bienfaits de ses produits s’est rendu compte que ses supérieurs ne voulaient pas une part de marché, mais bien plutôt tout le marché ! Il bosse désormais dans une ONG, gagne moins sa vie et n’a plus de 4*4, mais au moins il sait ce qu’il fait et pourquoi…

Pour le dessert, un gâteau est partagé symboliquement, au reflet d’une répartition équitable des modes de production et de consommation des ressources… Un gâteau autour duquel tout un chacun est invité à proposer des solutions justes pour permettre aux générations futures de vivre dignement sur Terre…

Les Responsables…?

On retient de ce festin l’existence de différents “responsables” de cet état de fait… autant de facteurs au premier rang duquel figurent tout de même les politiques agricoles et les agro-carburants, qui n’arrangent rien, au contraire !

Un sondage effectué par le BVA pour le CCFD et le journal La Croix mettent en avant que les Français, s’ils sont inquiets et pessimistes, restent généreux : 58% d’entre eux considèrent que la situation de la faim dans le monde se dégrade, contre 48% seulement l’an dernier. 58% pensent aussi que l’on ne pourra jamais résoudre le problème de la faim dans le monde, contre 44% l’an dernier. Pire, les français font de moins en moins confiance à leurs “responsables” politiques pour lutter contre la faim… “Parmi ceux considérés comme les moins fiables, on trouve en tête les gouvernements des pays pauvres eux-mêmes (79 % ne leur font pas confiance), suivis à égalité par les institutions financières internationales et le gouvernement français (66 % n’ont pas confiance)” explique Catherine Rebuffel pour La Croix.

Mais si les “responsables” ne le sont plus, comment faire pour être plus responsable et trouver des solutions? Eh bien les Français estiment qu’il est impoirtant de développer une agriculture vivrière paysanne pour réduire la faim (83 % contre 79 % en 2007) et ils estiment à 68 % que “la production agricole mondiale est suffisante mais mal répartie“. “Mieux“, souligne la même journaliste de La Croix, « ils ont évolué dans l’idée que les habitudes alimentaires des pays riches pouvaient avoir des conséquences négatives sur la vie des agriculteurs des pays pauvres (47 % contre 43 % en 2007 et 39 % en 2006). Ce qui tend à prouver que les campagnes de sensibilisation menées autour de ces thèmes (notamment par le CCFD) ont porté”

On l’espère bien!! Et donc n’hésitez pas à vous y rendre d’ici dimanche soir!

++ Plus d’infos ++

- Le site du CCFD: http://ccfd.asso.fr

- La pétition contre les Agrocarburants: www.agrocarb.fr

- Le rapport du CCFD sur “L’utilisation des normes à des fins environnementales et sociales: le cas des agrocarburants”, Emilie Pons (PDF)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Anne-Sophie 401 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte