Magazine Journal intime

Là où l'hibiscus pousse, la pagode s'érige

Par Sheily

Comment expliquer que mon hibiscus, plante tropicale par excellence, ne cesse de bourgeonner et de fleurir abondamment depuis un mois? Lui qui faisait grise mine à la belle saison, il retrouve sa vigueur à l'automne. Sans doute le second effet du doux air parisien.

Partant de ce constat, je ne vois rien de surprenant à tomber sur une pagode au détour d’une promenade.

« A l’angle des rues de Courcelles et Rembrandt, se dresse un spécimen d’architecture extrême-orientale, la Pagode de Loo. Elle apparaît plutôt insolite en ce lieu, avec sa façade rouge et ses auvents de tuiles vernissées à l’ombre des immeubles d’Haussmann. Son commanditaire est un antiquaire chinois, Ching Tsai Loo. En 1928, il choisit d’y abriter sa galerie d’art, qui existe toujours. Les salons, décorés de panneaux laqués, accueillent désormais des réceptions privées » (Côté Maison.fr)

Toutes mes photos de la Pagode de Loo se trouvent ici, dans l’album Architecture.

Pagode de Loo 2008-10-12 006.jpg

Je n’ai pas encore visité la galerie, mais j’ai bien noté toutes les coordonnées.

Galerie Loo et Cie (Pagode de Loo) 48, rue de Courcelles 75008 Paris Tél. : 01 45 62 53 15.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sheily 2211 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte