Magazine

They love Rock’ n’roll !

Publié le 15 octobre 2008 par Letuyo

” Une vraie découverte ! ”, ” très bien, vraiment ”, ” ça m’a énormément plu ”, ” j’me suis pas emmerdé une seconde ! ”… Mardi, 22h30, sur le parvis du TNN. Les deux heures et demie de spectacle ont mis tout le monde d’accord.

Il y a les abonnées du théâtre, contraints mais conquis, comme Sabrina, 39 ans, ” c’est le spectacle ‘obligatoire’, comme toutes les saisons. Mais cette année, je ne suis pas déçue ”. Ou Elisabeth, 44 ans, qui s’en serait voulu de rater LA pièce de la rentrée, ” Je devais venir la semaine dernière mais j’étais malade comme un chien. Je suis venue pleurer pour faire changer ma place ! ”. Un peu plus loin, la classe de lycéens venue en trainant la Converse n’en finit plus de s’extasier et les intrigués du bouche à oreilles ne regrettent pas le déplacement. Retraités, étudiants, mères de famille, initiés ou néophytes, contagieuse, la fièvre Rock’n’roll n’a pas épargné grand monde.

La chute d’un système

L’histoire, c’est celle de Max et Jan, deux personnages symboliques. L’un, prof de philo en Angleterre, communiste encarté. L’autre, élève tchèque, rebelle et passionné de rock. De 68 aux années 90, ils assistent à la chute de leurs idéaux après la répression du Printemps de Prague. Sur fond d’Europe et de politique, de Beach Boys et de Stones, de Gorbatchev et de Thatcher, de Beatles et de Velvet underground, la pièce de Tom Stoppard livre la bande originale d’une époque complexe.

Sur scène, des comédiens bien sûr (Pierre Vaneck, Frédéric de Goldfiem et Maruschka Detmers, entre autre) et puis des musiciens (les Gypsy Queens), des projections et des décors impressionnants. C’est surement ça qui plait. Et si ce n’est pas ça, c’est sans doute tout le reste. ” Peut être que le titre intrigue, peut être que c’est le thème, la chute d’un système alors qu’en ce moment on est dans la merde avec le nôtre, c’est peut être aussi parce que les musiciens sont dans la salle. C’est peut être juste quelque chose de multi générationnel ” résume Fréderic de Goldfiem, à peine sorti de scène. Dehors, on continue de donner son avis : ” c’est un défilé de vie, y’a de l’émotion dans tout ça ”, ” j’vais pousser des potes à venir le voir pour qu’on puisse en discuter ”. Une chose est sûre, le Rock’n’roll n’a pas fini de faire parler de lui.

www.tnn.fr

Tags :théâtre, TNN

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Letuyo 35 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte