Magazine Société

Victoire pour les Indigènes

Publié le 16 octobre 2008 par Bordeaux7
Les anciens tirailleurs marocains ont obtenu hier de la justice une revalorisation de leurs pensions de guerre à la hauteur de leurs camarades de combat «franco-français»
Naïma Charaï, la conseillère régionale en charge de la lutte contre toutes les discriminations, était tout sourire hier au moment de commenter la décision rendue par le tribunal administratif de Bordeaux. Tout en restant prudente : «Nous avons gagné une bataille, mais nous n’avons pas gagné la guerre». Hier en effet, la justice a demandé au gouvernement de revenir sur la cristallisation des pensions des anciens combattants marocains. Une décision lourde de sens qui fait suite aux 60 recours déposés, via la «Coordination décristallisation», par d’anciens combattants des ex-colonies françaises. Des vétérans de guerre qui depuis 1959, touchent des pensions de 8 à 10 fois inférieures à celles de leurs camarades de combat «franco-français». Pour les tirailleurs marocains, l’injustice va être enfin réparée, puisque le paiement des pensions sera rétroactif sur quatre ans. Ce qui devrait permettre à ceux qui reçoivent les pensions les plus importantes de toucher des sommes allant de 10 000 à 20 000 €. Toutefois cette décision de justice ne concerne que les tirailleurs marocains. En clair, les tirailleurs sénégalais, dans la même situation que leurs homologues nord-africains depuis 1959 n’ont toujours pas obtenu gain de cause. «Tout simplement parce qu’ils n’entrent pas dans le cadre des accords euro-mediterranée», regrette Naïma Charaï. Le combat va donc se poursuivre devant les tribunaux, mais peut-être aussi à l’Assemblée Nationale. Hier, Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine mais également député socialiste de la Gironde a fait savoir qu’il avait finalisé un texte de proposition de loi qui «aborde la question de la décristallisation mais aussi celle des conditions de vie et d’accueil en France, de résidence et de développement dans les pays de nos anciens combattants.» Alain Rousset soumettra son texte au groupe socialiste de l’Assemblée Nationale mercredi prochain.
Sébastien Marraud
En 2006, le film «Indigènes», primé à Cannes, avait relancé le débat sur les pensions des anciens combattants maghrébins. Hier à Bordeaux, les tirailleurs marocains ont été reconnus par la justice. Les tirailleurs sénégalais, eux, ne le sont toujours pas

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine