Magazine Politique

Quand l’idéologie conduit à l’impuissance…et à la catastrophe

Publié le 16 octobre 2008 par Ttdo

L’écoute, la vision ou la lecture des média ces derniers jours laissent perplexes sur l’ampleur de la crétinisation des esprits des puissants et des bien-pensants.  C’est qu’un mal les a rongés, bien plus qu’on aurait pu l’imaginer. Et ce mal a un nom, l’idéologie. Spécialité européenne, la logique d’une idée poussée jusqu’au bout (sens que donne Hannah Arendt au terme idéologie), a conduit aux deux totalitarismes (nazisme et stalinisme) avec la soumission aux prétendues « lois », pour l’un de la nature (a travers la race supérieure), pour l’autre de l’histoire (avec la mission du prolétariat). En octobre 2007 je m’interrogeais, sur ce blog,  sur les dangers de totalitarisme que présentait la construction européenne.

« Les technocrates  et les politiques européens persistent dans une approche et une mise en œuvre totalement idéologique d’un marché où la concurrence serait libre et non faussée. Une telle approche dogmatique et rigide n’existe nulle part ailleurs et sûrement pas aux États-Unis. Cette démarche, non pas dans son fond, mais dans sa forme rappelle les heures très sombres du XXe siècle où deux idéologies fondées, l’une sur des prétendues “lois de la nature”, l’autre sur des prétendues “lois de l’histoire”, ont conduit aux régimes totalitaires remarquablement analysés par Arendt. En quoi ? Dans le développement de la logique d’une idée, indépendamment de toute référence aux enseignements de l’expérience. Dans le monde réel aucun marché ne fonctionne selon les lois de la concurrence pure et parfaite. Dans le monde réel, la concurrence ne conduit pas forcément aux meilleurs prix, à la meilleure qualité et surtout à la satisfaction des vrais besoins. Dans le monde réel, les lois de l’économie ne sont pas des lois naturels mais des lois des hommes fondées sur des conventions, des règles et des institutions crées et amendables par les hommes. »

J’avais apparemment commis une erreur d’appréciation. L’idéologie de la concurrence libre et non faussée et de la marchandisation de l’ensemble des activités humaines (sous le nom de libre-échange généralisé) a aussi contaminé le continent américain et particulièrement les républicains de Bush et Mac Cain.

Essayons de décrypter ce qui se passe cette semaine. Plombé par cette idéologie l’ensemble des dirigeants de droite de la planète a traité, par la parole, la promesse de milliers de milliards de dollars et d’euros le mal-être des bourses, c’est-à-dire des réseaux d’acteurs de la finance. On a vu réapparaitre l’intervention des états mais uniquement sur les marchés financiers un consensus se dessinant pour abandonner, brutalement,  l’idée de l’efficacité de leur auto-régulation. Après une courte embellie, les bourses sont reparties à la baisse par manque de « confiance » et crainte d’une « récession » dans l’économie réelle.

Fascinant et terrifiant. Comme s’il existait une économie virtuelle ! Comme si les marchés incapables d’auto-régulation dans le domaine de la finance, l’était dans les autres domaines (travail, produits agricoles..). Comme si la confiance à restaurer n’était pas celle des consommateurs/salariés/citoyens, , seuls « créateurs de richesses », qui voient leurs conditions d’existence se dégrader dans les pays développés et, pour beaucoup, dans les pays « en voie de développement », ce qui conduit à la réalisation de la prophétie auto-réalisatrice des marchés, la récession.

Pour imiter une expression célèbre de Reagan, « le libre-échange et la marchandisation généralisés » ne sont pas la solution mais le problème! Il reste à espérer, qu’un New-deal américain, que seule la victoire d’Obama peut permettre, redonne confiance au nœud (hub) actuellement le plus critique dans le réseau des échanges mondialisés : celui des consommateurs américains et de leur indispensable confiance dans le « rêve américain ».

Nous disposerons alors, peut-être, du répit pour reprendre nos esprits. Les politiques, pour sortir de l’idéologie de la concurrence généralisée et de l’abandon de l’action pour la gestion. Les citoyens pour sortir de l’idéologie du bonheur par la consommation. Il sera alors possible de réfléchir aux conditions de sortie civilisée et de dépassement du capitalisme du XXème siècle. Sinon, comme le dirait Edgar Morin qui se désespère à juste titre de l’incapacité actuelle à sortir de la « pensée en pièces détachées » et à agir dans un monde complexe …la barbarie nous guette.

éé

éé


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ttdo 46 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines