Magazine France

Crise des subprimes : sifflets pour Sarkozy

Publié le 17 octobre 2008 par Dedalus

Crise des subprimes : sifflets pour SarkozyIl faut commencer par donner une définition. Qu'est-ce que les subprimes ? Pourquoi sont-ils à l'origine de la crise financière ? L'article de wikipedia étant sur ce sujet assez complet, je me contente d'en citer quelques extraits utiles :

Au sens le plus large, un " subprime " est un crédit à risque, offert à un emprunteur qui n'offre pas les garanties suffisantes pour bénéficier du taux d'intérêt le plus avantageux. Le terme est employé plus particulièrement pour désigner une forme de crédit hypothécaire destinée aux emprunteurs à risque. Ce crédit immobilier est gagé sur le logement de l'emprunteur.
[...]
Après un taux promotionnel initial très bas, sur une durée de 2 ou 3 ans, le taux est indexé sur [un] taux directeur de la banque centrale [...] augmenté d'une marge, pour une durée de 27 ou 28 ans. Ce deuxième taux d'intérêt est donc variable. Il est aussi plus élevé que les prêts classiques, en contrepartie de critères d'attributions plus souples pour ce type de prêt.
[...]
Tant que la valeur moyenne des logements augmentait, la défaillance d'un emprunteur permettait au prêteur [la banque] de se rembourser assez facilement sur la revente du bien immobilier, ce qui rendait le risque pris très acceptable.
[...]
Une hausse des taux longs [entraîne] une augmentation des montants des remboursements des emprunts à taux variable, et les ménages fortement endettés à taux variable [se trouvent] dans l'incapacité de respecter leurs échéances de remboursement.
[...]
L'augmentation du nombre de ménages dans l'incapacité de rembourser leur mensualité a [...] pour effet d'augmenter le nombre de propriétés a vendre. En conséquence [...] le marché immobilier [entre] dans une crise immobilière [...] Dans ce contexte, en cas de défaillance de l'emprunteur, le prêteur n'arrive donc plus à recouvrer la totalité de sa créance en revendant le bien immobilier. À la faillite personnelle des emprunteurs [s'ajoute] une série de graves difficultés financières pour les prêteurs et certains de leurs banquiers.

En résumé, les subprimes sont des crédits à taux variables et hypothécaires, c'est-à-dire garanti par le bien immobilier dont l'achat nécessite que l'on emprunte. Crédits qui sont très risqués aussi bien pour l'emprunteur (en cas de hausse des taux, il ne pourra plus payer et perdra son logement) que pour le créancier (en cas de baisse de l'immobilier, il ne pourra récupérer son capital sur la vente du bien de l'emprunteur).

Il semble aujourd'hui y avoir unanimité aujourd'hui pour reconnaître l'évidence : ce type de crédits est une escroquerie en ce qu'elle conduit directement au surendettement et à la faillite personnelle. Ce n'était pourtant pas le cas il y a quelques mois encore dans le camp des libéraux, et pour Nicolas Sarkozy en particulier.

Nicolas Sarkozy qui joue aujourd'hui les sauveurs pourfendeurs du libéralisme et vante la main sur le coeur les mérites de la régulation, disait il y a peu ceci :

" Il faut mettre en œuvre rapidement la réforme du crédit hypothécaire. Ce n'est quand même pas excessivement audacieux de proposer que les crédits immobiliers soient tout simplement et uniquement garantis sur la valeur des biens achetés ; ni excessivement anormal de demander aux banques d'accorder sur la même hypothèque un nouveau crédit, lorsque le précédent emprunt a été partiellement remboursé. Il faut inciter les banques à prêter à tous et pas seulement aux plus aisés. "

C'était le 17 mars 2005, dans un discours prononcé à l'Assemblée nationale lors de la Convention sociale de l'UMP " Pour une politique de justice et de responsabilité" . Et c'était pire même que les subprimes à l'américaine, puisqu'il proposait en sus de réapprovisionner la capacité de crédit à mesure que l'emprunt initial était remboursé. Nicolas Sarkozy proposait ni plus ni moins ce qu'on pourrait appeler un crédit hypothécaire en poupées russes - moyen plus sûr encore d'accélérer la spirale du surendettement : dès que vous sortez un peu la tête de l'eau on vous attire à nouveau vers le fond !

Ainsi, le candidat à l'élection présidentielle qu'il était deux ans plus tard faisait-il en toutes lettres dans son programme la proposition suivante :

" Les ménages français sont aujourd'hui les moins endettés d'Europe. Or, une économie qui ne s'endette pas suffisamment, c'est une économie qui ne croit pas en l'avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C'est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l'État intervienne pour garantir l'accès au crédit des personnes malades. Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement. Il faut réformer le crédit hypothécaire. Si le recours à l'hypothèque était plus facile, les banques se focaliseraient moins sur la capacité personnelle de remboursement de l'emprunteur et plus sur la valeur du bien hypothéqué. Ceci profiterait alors directement à tous ceux dont les revenus fluctuent, comme les intérimaires et de nombreux indépendants. "

Mais le poids de la parole et de l'image étant plus important pour Nicolas Sarkozy, écoutons ce qu'il disait le 14 septembre 2006, lors de la convention UMP Pour la France d'après - Contre la précarité, permettre à chacun d'être propriétaire :

Mais Nicolas Sarkozy est aussi cet homme qui a répété mille fois : " Tout ce que j'ai dit, je le ferai ". On se souvient également que dans son discours de prise de fonction, le nouveau petit président avait déclaré souhaiter que sa présidence soit guidée par douze exigences, parmi lesquelles figuraient en deuxième position de " respecter la parole donnée " et en troisième de " tenir les engagements ". Il nous faut encore une fois mesurer la chance que nous avons de savoir que ce n'était là aussi que des paroles en l'air.

Il nous faut tout autant avoir conscience que son revirement actuel et ses tirades enflammées en faveur de la régulation du marché, la moralisation du capitalisme et l'intervention de l'Etat dans les affaires économiques ne sont rien d'autre que circonstancielles. Il ne fait là que ce qu'il fait habituellement : il communique, il cherche à enfumer les français, une fois encore et une fois de plus.

Souvenons-nous également, car il l'a répété à maintes reprises, que la prochaine ambition de Nicolas Sarkozy, son nouveau boulot auquel il pense en se rasant, sera de faire de l'argent ...

Où l'on parle de : Sifflets pour Sarkozy


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Dedalus 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte