Magazine

Phil Gordon joue les cartes sur la table!

Publié le 17 octobre 2008 par Casinoligne

Qui ne connaît pas Phil Gordon? Arrivé à une quarantaine glorieuse, il est l’un des plus connus professionnels du poker, mais non seulement. Toujours dans la hâte, pour aboutir à toutes les activités dans lesquelles il est impliqué, Phil Gordon a, sans doute, une vie pleine et ça.">sa plus grande passion reste le poker. Il accomplit avec succès son rôle d’hôte à “celebrity Poker Showdown”, à (sauf si vous utilisez le verbe avoir).">a sa rubrique à l’ESPN et travaille à son “petit Livre vert”. Entre tout ça, il trouve encore le temps de jouer dans des tournois et d’y faire de bons numéros. A ce moment, le total de ses gains remportés dans des tournois de poker dépasse 1,700,000
">$
.

Quelques-uns de ses “secrets” et de ses histoires de vie, dans les lignes suivantes ( extraits d’une interview accordée par Phil Gordon à la rédaction d’un site de poker)
">:

R
">:
Comment avez-vous commencé à jouer au poker?

P.H.  J’ai commencé quand j’avais 7 ans. Ma tante nous a appris à jouer à sa table de poker. Nous avions râtelé les feuilles sur sa pelouse, ensuite, elle s’était assise à la table de poker, accaparant tout notre pognon. Quand j’étais petit, elle me laissait en faillite à peu près tous les soirs. Elle était un démon du poker, elle n’avait pas de remords. (…) J’ai commencé à jouer tout de bon autour de 1995.

 Il m’a fallu environ 3 ans avant que je remporte des victoires sur une base cohérente au poker -er, -re ou ir, par ex.: pour faire, pour aller, pour finir, etc.">à limite moyenne. Je pense que le mieux qui m’est à (ajoutez un accent grave), par ex.: je pense à lui.">arrivé a été la rencontre avec les “Tiltboys”. Je vivais à quelques kilomètres de l’université de et n'est pas précédé d'une virgule.">Stanford, et j’ai rencontré un groupe de gars qui jouaient tous les mercredi soir. Ils m’ont invité à jouer avec eux et ils sont devenus mes meilleurs amis. Ils étaient doués et très bons connaisseurs du jeu, mais également très rigoleurs. On allait à Las Vegas trois ou quatre fois par an en tant que groupe pour améliorer notre jeu. Chaque fois qu’on passe beaucoup de temps autour de gens intelligents, traitant d’un certain sujet, on finit par devenir plus perspicace grâce à l’ambiance. “

R: Combien de temps allouez-vous au poker?

P.G. Pas trop souvent. Je joue sur Internet environ cinq jours par semaine.” ( tel qu’ annoncé, il a joué presque tous les tournois de World Series of Poker de cette année, mais n’a pas participé aux événements de World Poker Tour).

R
">:
La prémisse de votre “Petit Livre vert” est que tout le monde peut être champion. Quelles sont les premières choses qu’un amateur doit faire pour devenir un gagnant?

P.G. Première chose: lire le” Petit Livre vert “. Deuxième chose
">:
Comprendre que la clé du jeu est l’agression et que les gens qui parient et relancent sont ceux qui gagnent. Jouer d’une manière passive, ce n’est pas gagner au poker, donc, si vous pouvez-vous gagner cette agressivité, vous aurez un très bon coup à gagner. Troisième chose: comprendre que les probabilités du jeu vous prescrivent les pertes, de belles pertes. On doit avoir le courage de faire face à ces pertes et se remettre.

R
">:
Un autre principe de l’ouvrage, c’est qu’il n’est pas besoin d’être le plus grand joueur. Pensez-vous que beaucoup de joueurs poursuivent la gloire qu’ils voient à la télé plutôt qu’essayer tout simplement de se concentrer sur les mains gagnantes?

P.G.
">:
Eh bien, tout d’abord je que les gens qui regardent les joueurs à la télé leur donne plus de crédit qu’ils ne méritent. Même si les plus grands joueurs du monde sont magnifiques et de taille mondiale, il n’y a pas une telle différence entre un mec qui prend le jeu et qui n’a joué que dix fois et le meilleur joueur - peut-être Phil Ivey ou quiconque. Je pense que ce gouffre, pour quelqu’un qui prend le jeu au sérieux et s’en occupe, peut être fermé. Si vous voulez être un grand joueur, vous pouvez être. Les joueurs à la télé jouissent d’une reconnaissance de leur niveau de compétence que la plupart ne méritent. Y compris moi-même.”

R
">:
Si vous pouviez claquer des doigts et faire quelques changements, quels seraient-ils?

P.G. Non plus d’algarades à la table. La vulgarité empire d’une année à l’autre, parce que les gens savent que c’est la meilleure façon d’apparaître à la télé. On se fait plus vite remarqué en donnant un savon à ses adversaires, jetant une chaire ou arpentant la pièce comme un fauve en cage. Ca manque de sens à la table. Deuxièmement, je réduirais les frais d’entrée que les joueurs paient pour les tournois télévisés. Je pense que c’est criminel de payer de 6 à 10 pour cent pour les frais d’entrée aux événements où les gens gagnent des sommes énormes de notre argent. Ce n’est pas très juste!

R
">:
Avez-vous des rivalités personnelles avec des pros ou des célébrités du domaine?

P.G. Il n’y a aucun d’autre que je veux plus ardemment battre que Phil Hellmuth, mais je ne peux pas dire que je ferais quoi que soit pour m’assurer une place à sa table. Je sais qu’il est l’un des meilleurs au monde et je tiens simplement à le vaincre” !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :