Magazine Insolite

La misère derrière la splendeur

Publié le 18 octobre 2008 par Buzzbox
La misère derrière la splendeur

La folie des grandeurs qui règne actuellement à Dubai fait émerger des constructions gigantesques et spectaculaires. Les bâtiments de béton, de verre et d'acier poussent comme des champignons. Sans parler des îles artificielles qui ne cessent de faire leur apparition !

Mais la face cachée de cette frénésie est beaucoup moins glorieuse, avec une véritable misère humaine touchant les 300.000 quasi esclaves qui œuvrent à la construction des chefs-d'œuvre architecturaux, parfois au péril de leur vie, et pour seulement quelques dollars par jour. Le correspondant du Guardian Ghaith Abdul-Ahad a choisi de tirer la sonnette d'alarme:

"Tous ces hommes sont les victimes d'une énorme escroquerie qui contribue au boom de la construction dans le Golfe. Comme des centaines de milliers de travailleurs migrants, ils ont tous payé plus de Une fois qu'ils arrivent aux Emirats Arabes Unis, les migrants sont à peine mieux traités que du bétail, sans accès au système de santé ni aux autres droits élémentaires. L'entreprise qui les emploie conserve leur passeport - et souvent un mois ou deux de salaire pour être certain qu'ils continuent à travailler. Et certains font ce travail pour seulement 400 dirhams (£62) par mois." £1.000 ( 1.300 €) à des intermédiaires en Inde et au Pakistan. On leur avait promis deux fois plus que ce qu'ils gagnent réellement, plus des billets d'avion pour retourner voir leur famille une fois par an, mais aucun des hommes dans la pièce n'avait lu son contrat. Seulement deux d'entre eux savaient lire.

En ésperant quand même que cette " sonnette d'alarme " fasse assez de bruit ...

Source : Gizmodo


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Buzzbox 86 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine