Magazine Politique

Fadela Amara et le produit Destop

Publié le 18 octobre 2008 par Gezale
Le Destop serait-il le karcher du pauvre ? Le produit utilisé pour déboucher les canalisations et notamment celles des toilettes aurait-il suppléé le célèbre mot de Nicolas Sarkozy en visite sur une dalle bien connue d'un quartier d'Argenteuil devenu célèbre au corps défendant de ses habitants ? « Un bon coup de Destop pour stopper les sifflets dans les stades » voilà ce que propose la secrétaire d'Etat à la Ville, accueillie il y a peu à Val-de-Reuil, où de gros efforts sont faits pour que toutes les communautés s'agglomèrent et se respectent.
Dans la bouche d'un membre du gouvernement, qui plus est ancienne présidente de « Ni putes et ni soumises » qui n'avait pas de mot assez durs contre ceux qui fustigeaient les petits délinquants ou les ados d'origine étrangère en difficulté dans les quartiers chauds, ce propos est tout simplement scandaleux. Je sais bien que Fadela Amara n'a pas un langage chatié et qu'elle se vante assez de ne pas avoir fait ses humanités (et « Merci Sarkozy de m'avoir faite ministre moi qui viens de la banlieue ») mais quand un membre du gouvernement parle ainsi de milliers de jeunes en révolte contre le rejet dont ils sont victimes, que peut-on attendre ? On ne peut attendre que plus de violence, plus de haine, plus de désir de vengeance. Contre quoi ? contre le fait de ne pas être accepté comme Français. Voilà pourquoi les jeunes ont sifflé. Ils ont sifflé, alors qu'ils sont Français, contre un pays qui ne les reconnaît pas comme tels.
Fadela Amara n'est plus dans son rôle lorsqu'elle parle ainsi. Le mot Karcher a collé à la peau du candidat UMP à la présidence et lui colle encore. Le mot Destop collera longtemps à la peau de Fadela Amara alors que d'elle on attendait des paroles compatissantes.
(photo JCH)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (3)

Par Laurent G
posté le 29 octobre à 12:39
Signaler un abus

En commentaire, le staff de com de Fadela Amara vient encore se manifester ici... Donc F.Amara "a décidé de porter plainte". Décidemment, c'est la mode dans ce gouvernenement. Cette plainte a été annoncée déjà le 2O Oct. Nous sommes le 29. On attend encore... Je croyais que la mission de Fadela, c'était les banlieues. Il n'y a pas assez à faire dans ce domaine, pour qu'elle s'occupe de menacer de procès les journalistes à cause de leurs "manquements" et les sociologues , à cause de leur "malveillance" " ?

Par hugues vessemont
posté le 24 octobre à 22:11
Signaler un abus

En regardant les vidéos avec la plus grande attention, on comprend bien que tout ça, c'est un coup de comm

Par COMFADELA AMARA
posté le 20 octobre à 21:05
Signaler un abus

Dans l’édition du journal le Monde du lundi 20 octobre, la Secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville, Fadela Amara, a vu ses propos détournés de manière malveillante.Cette attitude choquante, ne peut s’expliquer que par une volonté de nuire de manière délibérée et de créer l’amalgame et la confusion. Dans un article intitulé « Ceux qui se sentent français, levez le doigt », traitant de la question de l’identité française dans une classe de banlieue, le journaliste Mustapha Kessous, cite le sociologue Jean Claude Tchicaya qui se dit « écœuré par les propos récents de Fadela Amara (…) qui, au lendemain du match (France-Tunisie) aurait déclaré (…) qu’il fallait donner un gros coup de Destop à ces comportements dans les stades. » Fadela Amara faisant référence à la Marseillaise huée lors de la rencontre sportive. Il suffit d’aller voir, sur internet, la vidéo du 13h de France 2 datée du 15 octobre 2008, pour comprendre que la secrétaire d’Etat a parlé d’un coup d’ESTOC et non pas de DESTOP. Petit pic de rappel. L’estoc est un terme d’escrime désignant un coup porté par la pointe de l'arme. Il est employé pour définir la manière de toucher la cible. (wikipedia) En clair, Fadela Amara a précisément choisi cette métaphore sportive pour montrer qu’elle ne souhaite absolument pas se « débarrasser » du problème comme le laisse entendre le journaliste avec cette insinuation douteuse.Au contraire, elle souhaite définir une réponse appropriée, choisir l’action juste pour cibler, en touchant en un point bien précis.Il n’est en aucun cas question de cibler des jeunes tunisiens ou des jeunes de banlieues mais bien des imbéciles qui ne respectent pas les valeurs de la République.Or, il n’est pas envisageable de banaliser de telles pratiques ! Fadela Amara est choquée par la légèreté du travail du journaliste et par son manque de déontologie, car lorsque les sources ne sont pas vérifiées, que reste-t-il du métier de journaliste ?Par ailleurs, la secrétaire d’Etat s’interroge sur le rôle et la volonté de Jean Claude Tchicaya sociologue, mais également maire-adjoint de Bagneux et porte-parole du collectif "Devoirs de mémoire" de travestir volontairement les propos de la secrétaire d’Etat pour créer une polémique malveillante.C’est pour cela, que Fadela Amara a décidé de porter plainte contre le manquement aux règles déontologiques du journaliste et contre la malveillance de ce sociologue qui derrière une posture faussement généreuse, se sert de sa figure d’autorité sur les jeunes pour exister politiquement. Ne cédons pas aux campagnes de dénigrement !

A propos de l’auteur


Gezale 7335 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines