Magazine Photos

L'écriture selon France Burghelle-Rey, poète française.

Par Ananda
Mon poème
avant tout palimpseste
Tu es la rose
désormais
que j'éffeuille
et effleure
Tes pétales
sont mes jours
sont mes peines
Images sans cesse mourantes
à ce vent de ma solitude
Mon poème
avant tout palimpseste
je t'achève
en silence
et te boucle
en pleurant
pour qu'enfin
tu sois
fleur
Vacance de mes mots
l'effroi est là du vide
comme vautré sur cette page
J'ai peur muette de moi-même
Car mes cris sont évanouis
Je cherche au loin un phare pour m'éblouir
Je fuirai ce papier
et foulerai les labours
Leurs sillons sont mes vers
Je les creuse de mes pas
et y enfouis mes larmes
L'ivresse - mes vers s'y livraient -
s'évaporait en nuages du temps
Me voici muette seule sans vie
Mais je préfère enfant terrible d'une génération soumise
le silence la solitude la mort
plutôt qu'une vie sobre - respect
de la grammaire des rimes et du bon rythme
Je compterai mes syllabes
comme l'ivrogne les gouttes
au fond de sa bouteille
Rien n'apaisera ma soif d'écrire
Je tituberai vers mes vers
Pour renaître saoule de vie
Miracle de mon alphabet :
l'oméga violet du Poète
l'i grec de tes yeux irisés
J'ai aimé ces temps incertains
où même en ton absence
chaque lettre comblait ma solitude
Reste maintenant ton epsilon
au clavier des voyelles
Vois-tu là d'où tu es
ma vie recommencée ?
J'enlève au verbe v ivre
   son initiale
et verse ici le vin souvenir d'une vigne de mots
   ma poésie ma troisième fille
j'ai tort d'attendre la fin de notre accouchement
Ma poésie mon phénix fabuleux
du Japon où tu vis
tu voles d'arche en arche
jusqu'à forcer ma porte
à chaque heure je m'essoufle
à chaque heure tu souffles
   sur ces cendres
ma poésie ma vie
  brûle
braises braises braises
   de mes vers
Paroles si blanches
   reflet de ton absence
Paroles si impures
   et silence rompu
Paroles de pierre
   de ton passé perdu
   mais
Paroles d'eau
   de ton présent précaire
   puis
Paroles paisibles
   du jour où tu peux te relire
pour voir luire les étoiles
   dans le froid de ta nuit
Avec mes paroles   me connaître
   te connaître
Avec ces blancs   me construire
   te construire
Je veux être   ce silence
   qui sait parler de nous
Je veux être   ce bruit aussi
   pour faire taire notre vie
   Je veux être comme toi
   pour mieux enfin chanter
   le calme des étoiles
  
15 Mai 2008.



Notre langue vivante
nous voulions t'inventer
dressés ou appuyés
l'un contre l'autre
Notre langue vivante
nous t'avons défendue
paroles ou silences
Il parle et je me tais
comme chiens chats
becs et ongles
Il se tait et je parle
paroles ou silences
Tu nous a fait renaître
notre langue vivante
  
12 Juillet 2008.



J'avais parlé pour toi
une grammaire vieille
pour que tu me comprennes
mes mots   tu m'as mis à mort
ne veulent plus de leurs phrases
Puisses-tu te taire aussi !
Je ne veux plus comprendre
plus parler   épeler
plus bégayer
bébé-bé
gai gai
yé !
Mon monde s'est écroulé en emportant les mots
Plus de voix
Plus de moi ni de t-o-ou-a
  
17 Août 2008.

France BURGHELLE-REY.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ananda 2760 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines