Magazine

Relancer la machine.

Publié le 19 octobre 2008 par Princesse101

A toi, mon amie.

Tu sais, il n'y a pas de justice sur cette terre, et je trouve que tout tourne de travers. Même les plus grands optimistes sont forcés d'abandonner, à un moment ou un autre, pour un temps plus ou moins long, tellement la vie est cruelle et dure. Et je sais que tu es une grande optimiste et une grande battante. Et je sais que tous les matins, tu te lèves, tu relances la machine à optimisme, tu redresses les épaules et la tête, tu respires un bon coup, et tu avances.... mais que parfois, tu as aussi le droit de mettre un genou à terre, parce que la vie ne te rend pas la monnaie de ta pièce en optimisme. Tu sais, je crois qu'on se ressemble beaucoup, et que beaucoup de femmes sont comme nous, des battantes. Ma foi, c'est aussi parce que j'étais remplie d'optimisme que j'ai eu le courage de faire mes 5 enfants, comme une insulte et un défi à la vie cruelle, à chaque fois. Et il en faut de l'optimisme pour faire venir dans cette vie des enfants. Parfois, je m'en veux, je panique, et je regrette de les avoir fait venir. Je me dit que la vie a gagné et que j'ai perdu. Que je ne vais jamais avoir la force ni l'optimisme nécessaires pour les élever et leur transmettre assez de bonheur et de valeurs pour qu'ils aient à leur tour assez d'optimisme pour savoir vivre leur vie. A quoi bon? La vie s'acharne sur les êtres humains. Il faut s'insérer, se trouver, se former, se socialiser, s'établir, grandir, trouver l'harmonie, être en accord avec soi même, être en phase avec le monde, parfois lutter contre les autres, souvent lutter contre ses émotions, contre ses états d'âme. Il faut apprendre à encaisser les coups, et à relever la tête, il faut apprendre à communiquer avec l'Autre, et surtout, apprendre à relancer la machine à optimisme.... C'est fondamental. Sans ça, il n'y a plus de matin heureux, sans ça, il n'y a plus de nuit paisible. Il faut garder la force d'y croire, et la force est en nous, nous seules, mon amie. Parfois une main se tend, et aide à franchir un obstacle que l'on pensait montagne, mais le plus souvent, nous sommes seules face à nos obstacles. Garde la force. Relance la machine. Encore. C'est comme ça, et tu le sais. Je t'embrasse mon amie. 

Read and post comments | Send to a friend


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Princesse101 1302 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte