Magazine

Et c'est le temps qui court

Publié le 19 octobre 2008 par Hervé Guillot

Je pourrais parler de la chanson chanté par de nombreuses célébrités françaises mais non. Je vais parler de moi, de ce qu'il m'arrive depuis plusieurs mois.

Parce que je ne vous ai pas tout dit sur moi, sur ce les changements actuels, les projets et tout ce qui va avec.

La conjoncture actuelle étant ce qu'elle est, ma boite ne fonctionne pas à la hauteur de mes espérances. J'ai donc du trouver une solution pour pouvoir terminer les fins de mois de manière convenable.

Et la solution est venue par l'un de mes clients qui m'a proposé de bosser en intérim dans la boite où il bossait. Ceci dure depuis le mois de mai. Ainsi, j'ai pu retrouver un niveau de vie acceptable sur le début puis par la suite, j'ai réussi à concilier vie salariale et vie d'entrepreneur.

Mais cela a des conséquences : le temps !!! Au début de l'intérim je ne bossais que peu de temps, puis finalement je me suis investi totalement et j'en suis arrivé à 35 heures par semaine. A cela, je rajoute tous mes clients que je positionne le soir, ou, si je ne peux pas faire autrement, à la place de l'intérim.

Au final, cela me fait des semaines de travail effectif d'au minimum 40 à 45 heures.

Pourquoi parle-je de travail effectif ? Tout simplement parce que la boite où je bosse en intérim est à 1h30 de trajet aller de mon domicile. Cela me fait au final, au minimum chaque pour l'intérim, 12 heures d'amplitude entre le moment où je pars et le moment où je rentre chez moi. Si je rajoute mes clients, cela revient facilement à 14 ou 15h par jour.

Vous multipliez par 5 et cela vous donne chaque semaine un nombre d'heures qui ne sont pas pour moi non négligeable. Chaque jour, il me reste entre 3 et 4 heures pour faire tout ce que j'ai à faire (devoirs conjugaux, administratif, m'occuper de moi, décompresser, etc...) En résumé, il ne me reste rien à moi.

Les semaines se suivent à une vitesse affolante.

Pour arriver à voir mes amis, cela se complique car je dois composer entre ma fatigue, mon homme et mes clients. Tout ça réuni fait que c'est assez difficile à gérer et à vivre.

En ce moment je ne profite pas de la vie mais la vie profite de moi. C'est un choix. Je le sais. Je pourrais trouver d'autres alternatives. Mais je n'en ai pas envie. Je ne veux pas condamner ma boite et j'ai besoin d'une rentrée d'argent secondaire.

Je verrai bien comment cela évoluer.

Original post blogged on b2evolution.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hervé Guillot 9 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte