Magazine Culture

Serial Classeur : le Top 15 de mes séries cultes (3)

Publié le 20 octobre 2008 par Maudsoulat
18847308_w434_h_q80.jpg
Le n°13 de mon classement des séries cultes aborde une thématique tristement d'actualité : l'univers carcéral. Non, je ne vais pas vous parler du génie tatoué asocial mais d'une vraie bombe télévisuelle, aux scènes hyperréalistes et qui a révolutionné l'approche que la télévision avait de la prison
OZ
Créée en 1997 pour le network HBO à qui l'on doit les séries les plus conceptuelles, Oz nous plonge dans l'univers carcéral de manière violente et parfois assez malsaine mais a le mérite d'être la plus réaliste jamais faite sur le monde de la prison aux Etats-Unis.
Le concept de départ ?
Oz c'est Oswald, une prison de haute sécurité. L'intrigue de la série va se dérouler dans un quartier expérimental, Emerald "Em" City, qui regroupe délinquants de bas étage et dangereux criminels. Une mixité carcérale sensée permettre la création de liens sociaux entre les détenus et faciliter leur réinsertion, puisque ces détenus vont également avoir la responsabilité de certains aspects de la vie quotidienne.
Cette expérience, loin de se révéler concluante, va au contraire exacerber les tensions et renforcer la violence physique ou morale déjà existante, les prisonniers se regroupant par exemple en "clans" selon leurs origines ethniques ou leur couleur de peau.
"Oz est l'endroit où je vis. Oz est l'endroit où je vais mourir, où la plupart d'entre nous vont mourir. Ce que nous sommes importe peu. Ce que nous allons devenir ne compte pas"
Cette série d'une rare violence a été diffusée pendant 6 saisons aux Etats-Unis. Des scènes très choquantes, des sujets hyper sensibles ont fait de Oz une série dérangeante mais révolutionnaire car elle aborde des problématiques aussi difficiles que la drogue, la violence en prison ou le racisme. Les saisons sont très courtes, puisque composées en général de huit épisodes mais à la réalisation très rapide.
Oz inspirera de nombreux réalisateurs, y compris dans le cinéma français, comme Zonzon réalisé en 1998 avec Pascal Greggory et Jamel Debbouze.
A noter que dans Oz on retrouve deux futurs héros de Lost, Harold Perrinneau Jr (Michael) et Adewale Akinnuoye-Agbaje (Mr Eko)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maudsoulat 191 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte