Magazine

Le mi-bas qui sauve

Publié le 19 octobre 2008 par Doespirito @Doespirito

Je suis un fana des savoirs inutiles. Enfin, des choses pas vraiment utiles, pas immédiatement, pas maintenant, dans une autre vie. Le genre de connaissance qu'on acquiert un jour, qu'on est content de posséder, et qui ne ressert jamais. Ou pratiquement jamais. Chaque fois que je vois un Vélib la selle de travers et la chaîne qui pendouille lamentablement par terre, je me souviens que je sais réparer une chaîne de vélo cassée. Veloancien_2 Un jour, j'étais gamin, j'avais pris le vélo de mon père, sans son autorisation (il en fallait une, c'était le Moyen-Âge…). Et la chaîne m'a claqué dans les doigts, ou plutôt entre les pieds. J'ai ramené le biclou tout penaud, en marchant à côté. Et j'ai attendu le retour du paternel, dans l'état d'accablement de celui qui se sait promis à une rouste méritée. Mais au lieu de ça, j'ai eu droit à un cours de mécanique appliquée dont je me souviens encore.

Et j'ai compris pourquoi mon père avait été magnanime. Il avait lui-même cassé la chaîne du vélo de son père, et donc mon grand-père lui avait expliqué comment se sortir de ce mauvais pas. J'ai pris ce jour-là une leçon qui se transmettait de père en fils depuis quelques générations. « Le maillon cassé, tu l'enlèves comme ça : tu repousses le rivet avec un pointeau en mettant un boulon juste en dessous…».
Bon, je ne suis pas sûr que ça soit très utile maintenant : sur les forums sur Internet, on conseille un dérive-chaîne qui a l'air autrement plus efficace que le pointeau et le boulon de feu mon père. Et puis, aujourd'hui, avec un VTT Spitfire avec cadre alu/carbone et dérailleur Shimano, il faut quasiment un guidage au laser pour monter la selle… Résultat des courses, si j'ose dire, je sais réparer une chaîne en utilisant une technique tombée en désuétude. 

Zouc
La liste de mes savoirs inutiles voire dérisoires est longue. Je sais que Martine Carol a été mariée trois fois. Tout le monde s'en moque, et je suis poli. Il fut un temps, je savais redémarrer un Mac planté avec un trombone. Ça fait à peine sourire le premier geek venu Je sais aussi que Zouc s'appelle en réalité Isabelle Von Allmen, et que Van Allmen, ça signifie  « des pâturages alpestres », ses ancêtres ayant visiblement habité les montagnes toutes proches de Berne. Si j'ajoute que Berne vient d'un mot germanique qui signifie "ours", comme Berlin, l'assistance réprime quelques bâillements à peine dissimulés. Car tout ça, ça ne sert strictement à rien. A la rigueur, à éclairer de temps en temps une conversation, voire à faire le malin. Ou pire, à pontifier. Mais dans la vie courante actuelle, ici et maintenant…
Mibas
En revanche, je suis très fier de mes connaissances sur les mi-bas
. Quand on parle de cet avatar féminin de la chaussette, les réactions sont d'un prévisible… Les femmes trouvent que c'est pratique. Et les hommes que c'est un tue-l'amour abominable. A ce propos, je me rappelle d'une amie qui disait que les dim-up, c'est pas mal, mais l'ennui, c'est qu'il faut se déshabiller au white-spirit. Où va se nicher l'esprit français, par moment... Je m'égare. Donc, à part ses fonctions calorifiques, sa sensualité débordante et son esthétique indéniable qui rallient tous les suffrages, vous conviendrez qu'un mi-bas, ça ne sert à rien. Eh bien si ! D'abord, sous réserve qu'il soit propre et non percé, c'est un filtre très efficace pour faire de la gelée de pommes. Je vois déjà des sourires se dessiner en pointillés sur vos lèvres poupines, mais je ne plaisante absolument pas. J'ai testé ça récemment, ça marche du tonnerre. Ensuite, on peut s'en servir pour lustrer les meubles : passez une fine couche de baume des antiquaires sur le bahut de mémé, frottez avec un chiffon doux et finissez au mi-bas. Vous gagnerez l'estime de vos contemporains et la reconnaissance de la mémé en question. 

J'ai gardé le meilleur pour la fin
. J'ai appris ce dernier truc d'un garagiste qui était venu me dépanner suite à une drôle d'histoire. Imaginez que vous rouliez en voiture, à 50 km du premier garage, et que la courroie de l'alternateur du moteur claque. Plus de clim', ni de direction assistée, plus de phares non plus… Peugeot assistance étant aux abonnés absents et votre portable déchargé dont une zone où, de toutes façons, il n'y a pas de réseau, il va falloir faire preuve d'ingéniosité. Heureusement, vous avez le réflexe qui sauve. Vous tortillez un collant ou des mi-bas attachés entre eux, vous le passez à la place de la courroie, vous serez fort, vous faites un nœud. Et hop, ça repart. Je n'ai jamais testé, c'est peut-être une bonne blague du mécano. Mais j'ai maintenant ça dans la tête à la rubrique "savoirs inutiles". Reste plus qu'à attendre que l'occasion se présente pour vérifier la validité de cette recette de bonne femme. Ça donnera un peu de piment au prochain coup de la panne.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Doespirito 925 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte