Magazine Séries

Ugly Betty : 3.03 Crimes of fashion

Publié le 20 octobre 2008 par Tao

Alors, on m’avait prédit cet épisode comme étant formidable et déjanté. Par certains aspects il l’est et j’y reviendrai mais au fond il n’y a pas de quoi crier au génie car on est quand même assez loin de la folie ambiante du milieu de la saison 1. En particulier avec l’intrigue Henry 2.0 où le gentil geek a été remplacé par un Eddie Cibrian au corps parfait au point de le montrer sous toutes les coutures et cela sous la douche pour le rendre encore plus sexy. C’est amusant, limite parodique mais je me demande vraiment si c’était le but. Celui ci étant plutôt de chauffer l’audimat, la scène ayant servi d’avant goût sur le site de ABC pour motiver les téléspectatrices coincées à la maison avec un mari au ventre bedonnant. Que Ignacio fasse la morale à Hilda, c’est normal c’est sa fille. Il est son père, il s’inquiète pour elle. Mais que Betty le fasse, je suis scandalisé. De 1) Car elle était dans une situation similaire l’an dernier avec Henry 1.0 et on n’en a pas fait tout un plat et 2) ses arguments sortent tout droit d’un discours rétrograde écrit par Sarah Palin (la vraie, pas son clone interprété par Tina Fey dans le Saturday night live). Okay oui, tromper son conjoint c’est mal mais est ce une raison pour traiter Hilda de la sorte ? Daniel est accusé de meurtre mais elle est encore gentille avec lui. Tandis que Hilda sort avec un mec marié, c’est limite si elle ne l’invite pas tout de suite à passer sur la chaise électrique.

Oui très bien, je me suis un peu avancé en parlant de meurtre car Christina n’est pas morte et son bébé non plus. Zut, on avait l’occasion parfaite pour se débarrasser de cette ridicule intrigue et on ne la saisit pas. Au moins cela permet le ” Vanessa Williams show ” dans lequel elle est toujours parfaite. Si la princesse Diana savait utiliser les médias, aujourd’hui morte le trône appartient à Wilhelmina Slater, posant pour les photographes en train de prendre soin de sa mère porteuse agressée par un monstre sans cœur ou piquant une crise d’hystérie pour un verre d’eau. On s’amuse toujours avec Willy. On m’avait d’ailleurs dit du bien de ses séquences mais au fond c’est simplement en ligne directe de ce que fait le personnage. C’est un jeu outrancier décalé totalement assumé et ça marche comme sur des roulettes. Et mis à part les scènes de Wilhelmina cette partie de l’épisode est assez longue à démarrer et prend seulement toute son ampleur au moment où Betty, Marc et Amanda se mettent à enquêter. Et là on entre dans un grand délire dont Ugly Betty a le secret entre la Wilhelmina Barbie grandeur nature, Amanda en chaleur devant l’inspecteur sexy et les flash backs délirants en compagnie de Claire. Je ne sais pas pourquoi mais j’ai cru à un moment qu’on allait nous révéler Daniel Junior comme étant le coupable. Daniel senior ayant volé la casette de surveillance, cela paraissait logique et au fond je n’avais pas du tout pensé à Alexis. Et là on tombe dans un délire de dingue au sujet d’Alexis ayant oublié de prendre ses hormones et se découvrant un poil de barbe lors de la réception. Cela faisait très longtemps que l’on n’avait plus joué sur la transexualité du personnage et j’ai savouré chaque moment jusqu’à la révélation finale : DJ n’est pas le fils de Daniel, il est le fils d’Alexis ! Heureusement les Meade ont plein d’argent, le gamin pourra donc se payer une longue, très longue thérapie chez un psy renommé car ” mon père est une femme très sexy “. Là je ne le voyais pas venir et ça repousse les limites du soap tellement c’est à mourir de rire comme retournement de situation.

On retrouve là tout le côté déjanté de Ugly Betty à la fois par des petits détails comme le jeu excessif de Vanessa Williams ou Alexis paraissant beaucoup plus grande que le trio de détective mais également par des intrigues complètement barrées comme l’enquête de Betty et les révélations qui s’en suivent. A côté de ça, l’intrigue d’Hilda ne tient pas la route une seule seconde. Car c’est du déjà vu pas plus tard que l’an dernier et la morale bien pensante est beaucoup trop mise en avant. On le sait, il y a un décalage entre le Bronx et Manhattan mais on pousse le bouchon un peu trop loin cette fois. Cela dit la série est sur la bonne pente. Après une saison 2 difficile à certains moments, Ugly Betty se reprend. Les folies de cet épisode montre que la série a encore beaucoup d’idées drôles en magasin. Je ne demande qu’à voir ça.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tao 40 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines