Magazine France

La mare ...

Publié le 20 octobre 2008 par Libracteurs
Vous savez, quand vous jetez un pavé dans une mare, sur le moment cela fait du bruit, des vagues, et cela dérange une faune bizarre que vous êtes surpris de trouver là.
Et puis, si vous n’y prenez pas gare, tout redevient comme avant, la surface de la mare redevient lisse et opaque, l’essentiel se passe sous la surface, et une mare non agitée ou nettoyée, sent de plus en plus mauvais.
C’est exactement ce que nous risquons de vivre avec la crise financière, les opportunistes, les mercenaires de la finance, les incompétents, et les escrocs de tous bords et de tous poils viennent d’être bousculés dans leurs sinistres industries.
Ils attendent que le vent tourne, pour reprendre leur petit business, improductif, hermétique, sauf pour leur avidité court-termiste.
On jette en pâture au bon peuple, des réunions du G4, G7, G « quelque chose à dire », en pleine nuit. On stigmatise des parachutes dorés sur tranche, on annonce que la vieille Europe lave plus blanc que blanc, mais on élude le fonds de l’affaire.
Il s’agit de reprendre purement et simplement la main sur les règles de déontologie financière, et sur les normes comptables qui permettent d’appréhender avec précision la situation effective de tout opérateur économique, qu’il soit Etat, collectivité, banque, Entreprise, ou simple quidam.
Il faut revenir à la réalité, au palpable, et pourquoi pas à l’étalon OR !!
LIBR’ACTEURS prône pour une agriculture qui suit la saisonnalité et est enracinée. Nous regardons avec méfiance l’agriculture « hors sol » qui donne des fruits fades et neutres.
C’est identique pour l’économie, elle est « hors sol », en ce sens qu’elle ne repose sur aucune sincérité. Il faut mettre un terme à la dictature intellectuelle des maniaques des normes comptables, qui fourbissent des normes, qu’ils ont ensuite la charge de faire respecter, et, cerise sur le gâteau, ceux sont les mêmes qui conseillent, l’entreprise dans ce dédale.
Nous avons été quelques uns, a dénoncer la dérive instillée par Bruxelles, par le biais des normes IFRS (International Financial Reporting Standard) dés leur émergence. En pure perte le lobby des grands cabinets financiers internationaux, tenait la plume des euros technocrates.
Tout vient de là, un organisme comme l’IASB (International Accounting Standards Board), produit des normes, alors qu’il s’agit d’un organisme privé. Si nous ne revenons pas au cout historique, à la sincérité du bilan, et aux valeurs résiduelles, nous aurons, avec de nouveaux instruments « masquant » une autre crise bientôt.
J’ai commencé par l’image de « la Mare » je termine avec celle du dopage. Les montages financiers de tous ordres, permettent de surévaluer la capacité de performance d’un opérateur.
Revenons a un partenariat financier (mieux que capitalisme durablement entaché) de proximité, identifiable, et à des réalités patrimoniales palpables qui seules doivent autoriser demain les crédits et les confiances accordées.
Richard HASSELMANN
Origine des liens
Wikipedia

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Libracteurs 162 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog