Magazine Rugby

A deux doigts d'avoir des regrets. Stade Français 37 - Llanelli 15

Publié le 18 octobre 2008 par Ansolo

Le Stade Français poursuit son sans-faute, avec une neuvième victoire toutes compétitions confondues. Mais pour un peu, on aurait presque considéré ce nouveau succès comme un demi-échec. Il s'en est fallu de deux minutes, et d'un contre suivi d'un essai en solitaire de Lionel Beauxis.

Grâce à cette action, les Parisiens ont décroché le point du bonus offensif, qui pourrait faire la différence dans la course à la qualification pour les quarts de finales.

Comme à l'accoutumée, les joueurs au maillot "Warholien" ont pu compter sur un duo de choc : Lionel Beauxis à l'arrière, qui a sorti l'une de ses meilleures prestations à ce poste, et Juan-Martin Hernandez, qui a fait honneur à son surnom de "magicien". Deux reproches, peut-être, à l'égard des deux hommes : une tendance un peu trop prononcée à taper des drops en première mi-temps (choix d'autant plus fâcheux qu'il a conduit au premier essai de Llanelli) et un relatif relâchement de la star Argentine' en deuxième mi-temps. C'est bien peu à côté de l'apport substanciel de la paire de cannoniers. A cet égard, le jeu au pied n'aura pas été leur seul atout. Beauxis comme Hernandez ont su trouver les intervalles et faire les passes décisives qui ont permis au Stade Français de prendre le large au score.

Pourtant, cela n'a pas été facile. Comme il y a une semaine face aux Harlequins, les Scarletts ont réalisé une excellente première mi-temps. Ils menaient même assez logiquement 8 à 3 après 20 minutes de jeu. Les joueurs Parisiens s'en sont remis à la botte d'un Beauxis très en réussite au pied (100%, qui dit mieux ?). Le problème des Gallois est qu'une partie de rugby compte malheureusement deux mi-temps. Et à part une bonne séquence de vers la 70ème minute, les joueurs de Llanelli n'ont pas vraiment existé au retour des vestiaires.

Pour autant, le point de bonus offensif aurait échappé aux Parisiens qu'on n'aurait pas forcément crié au scandale : à force de rater les occasions et de ne pas concrétiser ses temps forts, le Stade Français semblait s'acheminer vers un demi-succès. Heureusement, Lionel Beauxis s'est chargé de donner à son équipe tout l'éclat d'une victoire à 5 points.

La confrontation face aux Harlequins décidera de l'avenir du Stade dans cette Coupe d'Europe. Il va falloir être très fort sur les fondamentaux et se montrer plus réaliste dans la finition, pour assurer la qualification.

Une chose est sûre, ce Stade Français montre des gages de solidité très encourageants. Et il a démontré, au passage, que sa série de victoires ne devait pas seulement à la qualité moyenne de certaines des oppositions rencontrées jusqu'à présent.

Enfin, Renvoi aux 22 avait pointé la faiblesse de l'arbitrage écossais la semaine dernière à l'occasion du match Gloucester - Biarritz. Aujourd'hui, force est de reconnaître que Monsieur Allan a fait une prestation tout à fait honorable cet après-midi.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Ansolo 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines