Magazine Politique

Delanoë: hausse des impôts à Paris !

Publié le 21 octobre 2008 par Pierre
  Bertrand Delanoë avait inscrit son premier mandat de Maire de Paris sous le signe de l’absence de hausse des impôts locaux. Réélu une seconde fois avec un score soviétique, le maire de Paris annonce la couleur : +9% de hausse des impôts locaux pour 2009 et création d’une taxe foncière départementale de 3%. Alors certes, Il n’avait pas dit qu’il n’allait pas le faire dans son « projet 2008-2014 », préférant évoquer du bout des lèvres une « hausse modérée », mais peut-être aurait-il pu prévenir les parisiens de manière un peu plus claire ou tout du moins, indiquer que sa promesse (tenue) du premier mandat ne serait pas prolongée ; il a préféré entretenir le flou, on le comprend car maintenant, il sort l’artillerie lourde… La spécificité parisienne a bon dos Bien sûr, comparés à leurs voisins de première couronne, lesparisiens feraient mieux de la jouer modestes car leurs impôts locaux sont beaucoup moins élevés. En revanche, deux éléments sont à rappeler. Le premier c’est que le marché du logement à Paris est très cher et que cette charge immobilière, pour un locataire ou un propriétaire accédant, pèse très lourd au quotidien. Aussi, ce que ne dit pas Bertrand Delanoë, c’est que cette charge est accentuée par les droits de mutation à titre onéreux (DMTO) véritable barrière à l’accès au logement qui, à Paris, représentent tout de même un montant d’environ 300 euros/m2 ! Normal, les DMTO apportent à son budget beaucoup, beaucoup d’argent…   En effet, et c’est le deuxième élément, le plus choquant, c’est que la Ville de Paris s’est enrichie ces dernières années grâce à la hausse insensée du marché de l’immobilier sur lequel les DMTO sont assis. En effet, Paris, en tant que conseil général et en tant que ville a perçu en 2006 puis 2007 plus de 900 millions d’euros de DMTO ! soit plus que le montant de la taxe professionnelle alors qu’elle n’était que de 480 millions en 2001, à son arrivée à la Mairie de Paris ; qu’a-t-il fait de tout cet argent ? Quand le Maire de Paris s’insurge contre la pénurie de logements et la spéculation immobilière en tant qu’homme politique d’envergure nationale, il devrait aussi reprendre sa casquette de Maire et rappeler que c’est cette même spéculation qui lui a permis de boucler ses budgets, financer ses dépenses et, dans une certaine mesure, être réélu.   Les raisons invoquées par Bertrand Delanoë

N’ayant pas anticipé la baisse de cette manne (ce qui est une réelle erreur de la part d’un élu), le Maire de Paris sort l’argument choc : hausse des impôts. Il aurait pu aussi baisser les dépenses, voire les maintenir, mais c’est probablement plus compliqué. Alors il préfère nous dire que c’est pour construire des logements sociaux et investir dans l’innovation. A Paris, bientôt, il y n’y aura plus de logement intermédiaire, juste du privé très cher et du HLM. Et puis, ce programme de HLM il l’avait anoncé dans son programme, mais il avai sougneusement évité d’aborder son financement! Quant à l’innovation pur les entreprises, au-delà du flou de la mesure, on peut surtout sérieusement se demander si c’est une compétence qui relève du niveau municipal…

François

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pierre 381 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines